A la recherche des éléphants dans le parc national de Khao Yai

Parc national de Khao Yai Thailande

Si je ne devais garder qu’une frustration de toutes mes expéditions à travers le monde, celle-ci remonterait à mon voyage en Malaisie en 2008. En effet, alors que je visite l’un des seuls bouts de forêt primaire qu’il reste dans l’état du Sabbah sur l’île de Bornéo, je loupe les éléphants à un jour près.  En venant en Thaïlande, je comptais bien sur ce séjour dans le parc national de Khao Yai, situé à l’entrée de la région de l’Isan et à seulement 2h de Bangkok, pour rattraper cette frustration malaisienne. Mon but secret était donc de partir à la recherche des éléphants.

J’aime voir les animaux en pleine nature plutôt qu’en captivité alors ce qui m’intéressait en venant à Khao Yai, c’était bien sûr  de voir la diversité de la faune et de la flore mais surtout des éléphants sauvages. A l’aide du Lonely Planet, je m’oriente vers un hôtel qui propose un tour avec UNE guide.

Klin, notre guide d’un jour dans le parc national de Khao Yai

Serpent vert Khao Yai

Klin est thaïlandaise et depuis longtemps la jungle est sa passion. En 2002, elle se perd dans la forêt et ne croit jamais pouvoir s’en sortir… Elle met 5 heures téléguidée par les gardes forestiers pour retourner chez elle et c’est alors qu’elle décide d’apprendre à se diriger dans ce milieu hostile et de devenir guide.

Ce jour-là, Ed et Sean, un père et son fils américains, ont gentiment accepté que je les accompagne pour la journée et le safari de nuit qui suit. Nous commençons par quelques heures dans la jungle où nous sommes accueillis par des gibbons : des blancs à la tête noire, des noires à la tête blanche. Ils se dirigent de branche en branche avec tant de dextérité et de rapidité qu’il est impossible de les prendre en photo. De plus le gibbon vit haut perché alors ils sont un peu loin pour que cela donne quelque chose avec le matériel que j’ai.

C’est donc accompagnés des doux gémissements de mes amis les singes que nous continuons notre chemin avec Klin et ses yeux de lynx. Elle nous repère un serpent vert complètement repus placé sur une branchette à hauteur de nos yeux. C’est à ce moment-là que je me rappelle l’excitation que j’avais eue en Amazonie bolivienne. Celle-là même qui te guide sans jamais savoir sur quoi tu vas tomber. J’adore les guides passionnés comme Klin ou Giovanni en Bolivie, on les suit avec confiance, la boule au ventre d’excitation, dans l’attente qu’ils nous dégotent une petite merveille. Klin nous repère un nid de scorpions et essaye de nous en sortir un mais malheureusement ceux-ci n’étaient pas prêts à faire notre connaissance. Pas grave, nous verrons plein d’autres petites bêtes et beaucoup d’autres familles de gibbons. Les singes j’adore alors rien que pour eux, je suis heureuse d’être là !

Lui ce n’est pas un gibbon, c’est un macaque :

Macaque Khao Yai Thailande

Wild duck drinking beer ?

Dans l’après-midi nous partons voir la cascade Haew Suwat qui à mon sens n’a rien d’intéressant, d’autant plus à la fin de la saison sèche où les réserves d’eau sont plutôt à sec. Cette chute est célèbre parce qu’une scène du film La Plage avec Leonardo di Caprio a été tournée ici. De cette cascade je retiens que les éléphants sont passés par là il y a peu de temps. Klin nous montre une trace de pattes sur le chemin qui descend et dans l’eau je repère des crottes fraîches. J’ai enfin trouvé leur trace… ça sent bon. Je sens que cette fois-ci est la bonne. Alors que nous remontons, Klin veut nous montrer des papillons mais elle reçoit un coup de fil… Un éléphant est sorti de la forêt à 3 km elle décide donc d’aller à sa rencontre au cas où la famille suive. Malheureusement une fois sur place nous entendons le pachyderme mais nous ne le verrons pas. C’est alors qu’elle décide de retourner vers la cascade pour nous montrer quelque chose. Nous comprenons Wild duck drinking beer. ça nous parait étrange et c’est seulement un fois sur place que nous comprendrons : wild dog eating deer. En effet une famille de chiens sauvages venait de tuer un daim et s’en faisaient un festin royal. Nous, on a bien rigolé de ces petits problèmes de compréhension. On se réjouissait à l’idée de boire une bière fraîche avec des canards, on a moins rigolé quand on a vu ces chiens sauvages la tête dans un daim à une dizaine de mètres de nous. Nous étions bien cachés et leur avons fait un peu peur mais avec la paire de jumelle de Klin, nous les avons bien vus.

Et les éléphants alors ?

C’est à la tombée de la nuit que nous avons plus de chances de voir des éléphants. Au retour de notre escapade pour voir les chiens sauvages, nous en voyons un de dos. Juste le postérieur. C’est déjà ça mais je ne suis pas satisfaite. Je compte sur le safari de nuit. Manque de bol Klin ne nous accompagne pas et nous tombons sur une jeune fille qui pense plus à regarder son téléphone portable qu’à nous montrer des animaux. Nous ne verrons donc que des daims (que avons avons vu par dizaines dans la journée) et 2 suricates. A la fin du safari, nous verrons tout de même une mère et son éléphanteau au loin, à quelques centaines de mètres, histoire de ne pas repartir frustrés.

C’est sur la route du retour que la surprise viendra… La voiture ralentie, nous sentons les odeurs fraîches de pachydermes et les arbres sur les bords des routes sont arrachés. Tout d’un coup Klin crie « Elephant Elephant ». C’est alors que devant nous se trouve une famille, une dizaine d’éléphants. Incroyable, magique, indéfinissable, je n’ai pas d’autres mots. Dans cette réserve de près de 2200 km2, il y a seulement 250 éléphants recensés et j’en ai vu une dizaine d’un coup ! Un moment tout simplement magique.

Elephants de Khao Yai thailande

Mon rêve de voir des éléphants d’Asie à l’état sauvage est enfin exhaussé ! Merci Klin. Merci Khao Yai. Merci la Thaïlande.

Je n’ai pas de regret d’avoir fait ce safari de nuit qui à mon sens n’était pas indispensable mais je pense sincèrement que si nous ne l’avions pas fait, nous n’aurions pas vu d’autres éléphants. Ceux-ci sortent de nuit quand le parc national se vide des voitures et reprend son état sauvage. Alors si vous aussi souhaitez venir à Khao Yai, n’hésitez pas à tout faire pour rester le plus tard possible dans le parc. Les éléphants sortent à la fraîche, souvent à la tombée de la nuit, voire de nuit ! Pour cela il faut prendre un tour : le parc ferme au public vers 17h.

Informations pratiques :
Klin travaille au Palm Garden Lodge dans le village de Ban Khon Kwang, au sud du parc national de Khao Yai. Pour y aller, relisez mon aventure en mini van pour Khao Yai.
Coût de la journée incluant le safari de nuit : 2500 bahts soit près de 70€ (pour 2 à 4 personnes)
Entrée dans le parc non incluse : 400 bahts soit près de 11 €

A la recherche des éléphants de Khao Yai

More from Adeline

Ticket to Thaïlande : embarquement immédiat pour l’Asie du sud-est

Voici quelques semaines que je vous parle avec passion de la Thaïlande. Pour...
Lire la suite

15 Commentaires

  • C’est clair que voir des éléphants sauvages, c’est autre chose que des domestiqués. J’adore les éléphants et en ai vu à des nombreuses reprises en Inde et au Népal. L’année dernière, j’ai réussi à voir des éléphants sauvages au Burkina Faso. Alors on ne les voyait pas si bien que ça dans la brousse mais il n’empêche, on ressent alors la force de ces pachydermes. Ce ne sont plus ces animaux tout patauds que l’on a pu voir préalablement.
    Et c’est là qu’un bon guide devient en effet indispensable. Merci pour cette histoire d’éléphants 🙂

  • Wouhou, comme quoi, persévérance est récompensée ! Ca me fait penser que j’ai déjà vu des éléphants, en Inde en fait, mais toujours domestiqués il me semble. Ca doit être autre chose de les voir en liberté !

  • Magnifique aventure et c’est bien raconté en plus! Enfin, on peut oublier la frustration ressentie à Malaisie. Le sous-titre sur la guide m’a interloqué sur le moment car tout de suite après il y avait le cliché sur le serpent vert, hi hi hi!

  • je rêve de pouvoir aussi voir des éléphants de près, et autre que dans un zoo, mais je préfèrerai en Afrique ! particulièrement au Chad pour pouvoir en même temps rencontrer Stephanie de l’association http://www.soselephants.org (si cela t’intéresse de rejoindre la page facebook ou d’en parler!) .. une française qui essaye de trouver des solutions et se bat pour protéger les éléphants qui disparaissent malheureusement de plus en plus …

  • Bonjour,
    On a découvert ce magnifique parc en juillet dernier lors d’un voyage de 2 mois en Asie du Sud-Est. Le Parc National de Khao Yai nous a marqué par sa beauté et la richesse de sa flore et de sa faune. C’est un choc de verdure après la folie de la mégalopole Bangkok.
    On a séjourné quelques jours dans un chalet à l’intérieur du parc…sensations garanties 😉 En journée, on a randonné avec un ranger ou seuls lorsque c’était possible. On y a vu pas mal d’animaux et de beaux oiseaux. On se souvient surtout des sangsues lol Pensez à acheter des sur-chaussettes avant toute escapade dans la jungle 😉
    Voir notre vision du parc sur notre blog ^^

  • Bonjour Adeline,

    Je compte me rendre en Thailande en février et cet article m’a vraiment donné envie d’aller faire un tour dans ce parc national.
    Pour être sur d’avoir bien lu, le coût de la journée incluant le safari de nuit est 2500 bahts soit près de 70€ (pour 2 à 4 personnes) ou est-ce le prix par personne ?

    En te remerciant encore et très bonne continuation. Je lis ton blog régulièrement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *