Le goût de Malte

Ces dernières années, je m’étais éloignée de la méditerranée, de son bleu, de ses saveurs… et puis je suis allée à Malte, ce pays que je n’avais jamais vraiment considéré. Bien à tord je dois l’avouer ! C’est sur l’île de Gozo dans une petite ferme réhabilitée située au coeur d’un village désert, un peu fantôme en ce début d’automne, que j’ai posé ma valise. De ma terrasse, vue sur les villages, les champs et la mer en fond d’écran. Un lieu idéal pour une retraite hors du temps, loin de l’agitation de Paris. Tout ce qu’il me fallait.

les campagnes de Gozo Malte

Explore Gozo

Gozo est une petite île tranquille sur laquelle il fait bon flâner, se reposer et profiter de la vie. C’est d’abord dans la citadelle, sur les hauteurs de Victoria que je me perds. Blanche immaculée, je déambule dans ses ruelles, sur ses terrasses qui offrent une vue à 360° sur l’île et ses indénombrables églises au dôme rouge.

eglise citadelle victoria gozao malte

De là-haut, je n’ai qu’une envie, descendre et me perdre, aller à la rencontre de la vie gozitaine.

vue sur victoria gozo malte

Au coeur de Victoria, il règne une ambiance bien méditerranéenne : des rues étroites où les rayons du soleil peinent à passer, des balcons et des portes en bois colorés et des personnes agées assises à leur porte ou derrière leur fenêtre à l’affût de la moindre petite agitation qui offrira un petit rayon de soleil à leur journée. Je prends mon temps, j’observe, de-ci des chats, de-là de vieilles enseignes photogéniques et de vieux cafés où je me verrais bien m’asseoir pour observer le va et vient de la vie.

ruelle de victoria Gozo Malte

Gozo malte sens interdit

Gozo malte - bakery victoria

Azure window - Gozo Malte

J’ai envie de quitter la ville, voir les campagnes, les bords de mer, les plages, les sites bien connus de Gozo et l’infini sur la mer. Ces jours-là le vent a décidé de se lever, les embruns rentrent dans les terres et les vues sur la mer déchainée me plaisent. Je resterais des heures à contempler les vagues de plusieurs mètres de haut s’écraser sur l’Azure window ou les marais salants vieux de 350 ans et longs de plus 3km taillés dans la roche près de Marsalforn.

Marais salants gozo Marsaforn

Eat Gozo

Dans les grottes près des marais, je rencontre Emanuel Cini dont j’ai retrouvé l’histoire sur le blog eat my kitchen de Meike Peters. En octobre il n’y avait pas grand monde de passage sur les marais (les maltais ont fermé leurs maisons secondaires et les touristes préfèrent l’ile principale). Ce n’est plus la saison pour collecter le sel mais Emanuel est quand même là, fidèle à sa petite bicoque. Qu’il a fière allure avec son teint buriné par la soleil aux portes de son échoppe !

salt shop malte gozo

Le sel est essentiel dans la cusine gozitaine. Comme lui, beaucoup d’autres produits sont cultivés et récoltés sur place. S’il est une île où l’on mange local, c’est bien Gozo. L’île se suffit à elle-même et selon les dires des autochtones, « elle est bien plus agricole que sa voisine Malte ». On a moins construit sur Gozo que sur l’île mère. Ici il y a des champs à perte de vue. En ce moment fini les tomates bien rouges gorgées de soleil, c’est la saison des choux et des artichauts.

Gozo malte - pastizzi

A Gozo (et à Malte en général), on ne peut pas passer à côté des fameux pastizzi, ces feuilleutés au fromage ou aux pois. Mes papilles ont adoré, savouré et se souviennent encore de ceux à la ricotta sortant tout juste du four avec une pate cuite juste comme il faut. On en trouve à tous les coins de rue et ils ne coûtent rien ! Quelques dizaines de centimes pièce tout au plus. C’est vraiment la chose à côté de laquelle il est impossible de passer à Malte, un peu comme les empanadas au Chili ou la currywurst en Allemagne !

Les champs de ta mena Gozo malte

Gozo est avant toute chose une terre agricole et c’est en discutant avec Joseph chez Ta’Mena que j’en ai pris conscience. Joseph est un agriculteur qui produit légumes, vins, fromage, huile d’olive et tout ça en famille. Il est à la tête d’une exploitation qui se transmet de génération en génération… Ne parlez pas de culture bio à Joseph, pour lui tout ça c’est du marketing. Il travaille « au naturel » avec les méthodes de son père et son grand-père. On l’écouterait des heures à parler des vents, des embruns que le vent pousse jusqu’à chez lui, de son vin et de ses légumes au goût de sel. Il a la fièrté d’un ilien et il a de quoi être fière ! Ses produitscultivés avec amour sont authentiques. Ses animaux ont un nom et il connait leur caractère, comme celui de cette petite chèvre « un peu têtue et pas très sage. Elle a des excuses, nous dit-il, elle a perdu sa mère à la naissance et a été élevée au biberon par mon papa, aujourd’hui trop âgé pour s’en occuper. Elle le cherche alors elle fait des bêtises ». On sent l’amour quand il parle de ce qui l’entoure, des autres comme de la nature.

Agriculture Gozo - Ta Mena

J’aurais bien ramené tous ses produits : son huile d’olive, son excellente pâte de tomates séchées au soleil dont seule sa famille a le secret, ses tapenades mais voilà je n’avais pas la bonne valise… Celle qui m’aurait permis de ramener tout cela sans crainte que ça se casse.  Je retournerai à Gozo rien que pour lui, ses produits, faire le plein pour l’année.

Gozo malte - Ta mena

Love Gozo

Gozo n’est pas une simple carte postale. Gozo se hume, se vit et s’apprécie dans sa lenteur. Je crois que j’ai trouvé un coin, à seulement 2h30 d’avion de chez moi, dans lequel je prendrai plaisir à retourner, seule, en famille ou entre amis pour profiter de la vie, de sa douceur de vivre, de ses produits aux saveurs oubliés, pour nous les gens des villes pressés qui n’écoutons plus les saisons. J’ai l’impression qu’il est facile de s’attacher à la vie et à la culture gozitaine.

J’y retournerai sans hésitation pour profiter de son accueil chaleureux, de ses sentiers de randonnées que je n’ai malheureusement pas eu le temps de tester, de sa lumière et de sa photogénie.

Merci Gozo pour ces 5 jours hors du temps mais tellement riches !

Gozo malte - Sainte ruelle de victoria

Gozo : carnet pratique

Gozo se situe au nord à seulement 25mn de ferry de l’ile de Malte. On peut y aller pour une journée et prendre les bus verts hop on hop off qui font le tour de l’ile et qui offrent des arrêts sur les incontournables. On peut aussi s’y intaller pour quelques jours et se poser, profiter et faire les choses à son rythme. C’est cette deuxième option que je recommanderais.

Il n’y pas de saison pour visiter Malte et Gozo. Pour moi l’automne était idéale : il ne fait pas trop chaud, le soleil est là et on peut encore se baigner dans la méditerranée et pour ceux qui sont adeptes de randonnées, c’est l’idéal.

L’île est très bien desservie par les bus mais plus la saison est basse et moins il y en a, je recommanderais plutôt de louer une voiture pour être plus libre de ses mouvements (mais attention on roule à gauche à Malte)

La ferme dans laquelle je séjournais est l’une des propriétés de Baron Group Malta, idéale pour des vacances en famille ou entre amis, par contre pas pour le voyage en solo.

Sinon autre petit détail : ne faites pas comme moi, n’oubliez pas votre adaptateur. A Malte les prises sont les mêmes qu’en Angleterre (bon ceci étant dit même la petite épicerie paumée du village reculé dans lequel j’étais en vendait)

Pour y aller : j’ai pris un vol Air Malta. Depuis l’aéroport, l’accès au ferry est à environ 1h de route (selon la circulation et sur Malte il peut y avoir des embouteillages), ensuite il y a 25mn de bateau dont les horaires et les tarifs peuvent être consultés sur le site Gozo Channel.

Gozo malte - atmosphère victoria Gozo

Ce billet a été écrit dans le cadre de la campagne Blog Island Malta  créée et dirigée par iambassador et Malta Tourism Authority et le support de Air Malta. Tous les choix éditoriaux des billets produits avant, pendant et après le voyage me reviennent.

More from Adeline

Food et charcuterie trip en Vallée d’Aoste

Lors de notre récent voyage de blogueurs dans la vallée d'Aoste, outre la marche...
Lire la suite

6 Commentaires

  • Merci pour le partage de ton aventure, j’ai adoré l’histoire avec la chèvre et j’ai bien envie d’aller à Gozo pour goûter les spécialités de Joseph. Ta façon de décrire l’île est vraiment top, elle ne peut que convaincre 🙂

  • Superbe article vraiment! Votre analyse de Gozo est pertinente. Il faut savoir qu’aujourd’hui on peut se rendre à Gozo et explorer l’île via bien des façons (voitures de location, quad, navettes hop on / hop off, bus). Vos photos sont également sublimes! J’ai réalisé un film dernièrement qui s’intitule This is Malta d’ailleurs! N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *