A Copenhague à vélo : vis ma vie de cycliste au Danemark

Copenhague a veloCirculer à Copenhague à vélo, ça a l’air plutôt facile alors pourquoi ne pas tenter l’expérience ? Il faut que vous sachiez qu’à Paris je ne suis pas une adepte de ce moyen de transport… D’un naturel un peu rêveur, mes pensées vadrouillent à droite à gauche et mon vélo… aussi. Pas très sécure cette histoire hein ? A l’idée de me retrouver un jour sous une voiture, un camion ou un bus, je préfère ne pas risquer ma vie et prendre les transports en commun. Lors de mon week-end à Copenhague, à voir tous ces vélos et ces pistes cyclables partout, je me suis dis que ce serait trop bête de repartir sans avoir au moins essayé. Les danois comme les hollandais ont la culture des 2 roues non motorisés et les automobilistes, souvent eux-mêmes cyclistes, font attention à leurs compatriotes alors allons-y ! Aujourd’hui je vous propose un vis ma vie de cycliste à Copenhague

Le vélo à Copenhague, quelques chiffres

Copenhague à vélo - garage a velo

Pour mieux comprendre pourquoi je me suis laissée tenter par l’expérience, voici quelques données qui prouvent que le vélo est un véritable art de vivre chez les danois :

  • A Copenhague, on pédale 1,21 millions de kilomètres par jour
  • Il y a environ 350 km de pistes cyclables dont 1 autoroute du vélo et 41km de pistes vertes (dans les parcs et jardins)
  • 84% des copenhagois ont un vélo, 68% l’utilisent au moins une fois par semaine et 55% l’utilisent tous les jours
  • Rapide, facile, sain et bon marché sont les 4 raisons principales pour lesquelles ils utilisent leur vélo plutôt que les autres moyens de transport
  • La pluie est la seule raison qui les fait laisser le vélo à la maison (pour le froid, visiblement ils savent gérer)

 Fini les chiffres, venons-en à mon expérience.

Vis ma vie de cycliste à Copenhague

Copenhague à vélo - I love CPH

Tout commence le jour de mon arrivée où à peine sortie de mon hotel, ma guide me surprend à vouloir traverser une rue alors que le bonhomme est rouge. Où là là, je comprends vite qu’on ne rigole pas avec le savoir-vivre au Danemark. Je suis française et de surcroit parisienne (d’adoption), le savoir-vivre piétonnier des pays nordiques je ne l’ai pas mais il va falloir que je m’y fasse ! Le bonhomme rouge je ne traverse pas, le bonhomme vert je traverse ! Bon c’est acquis je ne traverserai plus quand le bonhomme sera rouge même si ça me démange !

Au passage ma guide m’explique que si je veux prendre un vélo, idée que je n’avais pas eu devant mon incapacité à savoir rouler droit, il faudra que j’apprenne à rester à droite si je veux tourner à gauche (juste devant les voitures qui attendent au feu rouge). Pas question de rester au milieu de la route et d’attendre que les voitures venant en sens inverse soient passées comme chez nous ! Pas mal le concept… Bref le deuxième jour, je me balade à pied et j’observe : je vois qu’il y a beaucoup de pistes cyclables, plein de parkings à vélos et du coup qu’on peut laisser le sien un peu partout, que les automobilistes sont civilisés et respectueux, qu’on doit descendre de son vélo si on veut traverser sur un passage piéton ou quand on est sur une rue piétonne… Bref le troisième jour je décide de me lancer !

C’est tellement facile que j’ai l’impression d’avoir fait du vélo au Danemark toute ma vie (alors que c’était la première fois que je montais plus haut que l’Allemagne). Je m’arrête au feu, je me mets à droite pour tourner à gauche (même si j’avoue avoir parfois oublié), je descends de mon vélo dans la rue piétonne mais à un moment tête en l’air que je suis, j’ai l’idée de traverser un passage piéton sur mon vélo… Erreur fatale. Une femme m’attrape le bras et me gronde en danois ! En vrai je ne comprends rien mais à son ton je devine que j’aurais dû descendre de mon vélo. Promis Madame je ne le referai pas ! Quand je vous dis que ça ne rigole pas…  ben ça ne rigole pas ! Un faux pas et hop on se fait gronder ! Et je vous assure que se faire gronder en danois ben ça fait un peu peur…

Copenhague Compteur autoroute du véloDans mon élan de « je suis un as du 2 roues », j’ai eu l’idée de tester l’autoroute du vélo. Bonne expérience. A l’entrée, sur le pont Louise, il y a un compteur à vélos. Ce matin-là, vers 9h05 un samedi, j’étais déjà la 2 352ème à passer à cet endroit. Je repasserai le soir pour voir et à 20H, 7 909 vélos avaient été comptabilisés (près de 3,5 millions depuis le 1er janvier) ! L’autoroute du vélo, c’est une 4 voies : 2 dans un sens et deux dans l’autre. Bon ben ça j’ai adoré parce qu’avec mes histoire de tête en l’air ben les gens pouvaient me doubler sans me klaxonner ! Ah ben oui je me suis fait klaxonner plusieurs fois mais rien de grave… Faut dire qu’ils roulent vite avec leurs vélos et moi en plus de penser à autre chose que d’être concentrée sur la route et de rester à droite ben j’étais pas entrainée alors parfois souvent j’ai pas pu éviter les klaxons.

Bon finalement se promener à Copenhague à vélo c’est hyper agréable et je vous le conseille vivement. A la fin du week-end j’étais hyper à l’aise. J’alternais les pistes vertes en bords de canaux ou dans les parcs avec l’autoroute ou les pistes de la ville, je descendais de mon vélo naturellement pour traverser une zone piétonnière, je le garais dans les parkings à vélos à côtés de centaines d’autres et chose incroyable je le retrouvais. A nan j’ai adoré et je me dis qu’après cette expérience, je ne suis pas prête d’en faire à Paris… Bon faudra quand même que je vous raconte mon accident dans Christiania mais ça je vous le réserve pour un autre billet… Suspens !

Copenhague à Velo - devant Tivoli

More from Adeline

Carte bancaire bloquée à l’étranger, que faire ?

Il y a quelques jours j'étais à l'aéroport de Vienne en Autriche...
Lire la suite

14 Commentaires

  • Bien le bonjour Adeline,

    J’ai eu la même surprise que toi en allant visiter ma soeur en Allemagne. Là-bas quand le bonhomme est rouge, on ne passe pas ! D’ailleurs il ne vaut mieux pas s’y frotter car j’ai remarqué que le délai de sécurité entre le bonhomme rouge et le feu vert est quasi inexistant, contrairement à ici, ou l’on a bien 5 sec de battement, juste au cas où… Comme quoi la culture de la désobéissance est bien ancrée de par chez nous 😉
    Sinon, juste par curiosité, tu as utilisé un vélo électrique pendant tes balades ou tu as tout fait à la force de tes mollets ? En ce qui me concerne depuis que j’ai essayé le vélo électrique, je crois que j’aurais vraiment du mal à remonter sur un vélo classique.

    Ah et merci pour ton article, je l’ai trouvé captivant 🙂

    • @Jackie : ah non, j’ai tout fait à la force des mollets, comme les danois d’ailleurs… J’ai pas le souvenir d’avoir vu bcp de vélos électriques à Copenhague. J’avoue avoir déjà essayé et c’est vrai que c’est le bonheur surtout dans les faux plats et les montées mais il faut avouer que ça n’a pas le même charme 🙂

  • J’espère que tu ne t’es rien cassé avec cet accident…
    C’est certain qu’à Paris on a vraiment vraiment vraiment des progrès à faire en terme de deux roues. Là tu semblais être au paradis de la petite reine. J’imagine la tête des Danois qui tentent l’aventure du Vélib…

  • La culture du vélo à CPH s’explique par plusieurs raisons qui dépassent le simple fait que cela soit pour le côté « bon air ».
    En faite, posséder et circuler en voiture au Danemark est très cher (tout comme le cout de la vie). Les politiques incitent donc à se tourner vers le vélo pour le déplacement. C’est donc une raison économique qui rejoint le reste: sportif, air pur, etc…
    Il n’est pas rare qu’une famille possède une voiture et qu’elle soit partagée entre les frères/soeurs, neveux/nièces en cas de gros besoin. Sinon, tout le reste se fait en train/vélo/métro.

    Ayant habité quelques mois là bas (à Frederiksberg) ce fut un vrai plaisir de circuler en vélo et les problèmes que l’on trouve en voiture se retrouvent aussi à vélo, c’est à dire: il faut faire attention avant de doubler, on se fait souvent ralentir, il peut y avoir des accrochages et il y a des bouchons aux feux rouges ^^. Et il y a même des assurances pour les vélos top-moumoute de compétition. Enfin il y a aussi quelques autres règles de savoir-vivre: l’équivalent des clignotants, on tend le bras droit pour tourner à droite, ou alors on le lève pour signifier que l’on va s’arrêter (mais ça n’empêche pas certains carambolages).

    Après une soirée alcoolisée en général le WE, je vous dis pas la horde de vélos circulant un peu aléatoirement dans les rues normalement piétonnes 😀 mais même bourrés, ça se conduit bien ^^
    Enfin un dernier point pour les mecs, j’aimais bien personnellement voir les filles circuler en vélo, c’est agréable ^^ (l’inverse doit être vrai aussi !!).

    • Merci Emmanuel pour toutes ces précisions.
      C’est vrai que la vie est très chère au Danemark et circuler à vélo est un bon moyen de faire des économies mais visiblement c’est quand même la rapidité du moyen de transport qui prime sur l’économie (en tous cas dans le sondage qui m’a été transmis). Quand tu vois le prix d’une piste cyclable, l’état met quand même les moyens pour satisfaire les cyclistes (8 millions de Kr pour 1km de piste). La ville est en travaux car ils sont aussi en train d’agrandir le métro, et là c’est 1 milliard de Kr le km.
      Concernant les accidents il y en a aussi bien sûr mais je trouve que les danois sont quand même bien plus civilisés vis à vis des cyclistes que nous autres français !

  • Coucou !
    C’est cool comme tu décris la rigueur des « pays nordiques » à travers leur usage du vélo ! Je retrouve certains traits de caractère des suédois, meme si leur usage du vélo est bien moindre. Il faut respecter les règles sinon tu te fais gronder, et même si tu es avec tes « potes jeunes et cool et que tu fais une bringue » et bah ils ne te parleront plus si tu fais qqch contre la loi ! Enfin… Le combat éternel entre Qualité de vie / Fun
    Oui, en fait j’en profite pour dire que j’aime bien l’utilité des chiffres que tu fais dans tes articles. Tu les met direct, BIM, et ensuite tu racontes ton histoire perso. C’est bien car beaucoup trop racontent des chiffres froidement et décrivent les paysages, toi t’as le bon compromit entre « chiffres » et « anecdotes » à la première personne !

    A+

    Flo

  • Super ce compte-rendu! Je suis allée à Copenhague récemment aussi mais n’ai pas tester le vélo…Bon, en même temps j’ai eu pas mal de pluie, donc pas trop de regret…

    Mais à lire ton expérience, cela donne vraiment envie! J’avais eu l’occasion d’essayer le vélo aux Pays-bas et en garde un excellent souvenie…Tout est aménagé pour, c’est super agréable!

    En revanche, comme toi, pas question de me faire faire du vélo à paris…Trop stressant, c’est un coup à avoir une attaque!

  • Oups un accident! 😉
    Je ne suis pas trop vélo non plus, surtout à Londres c’est dangereux et je préfère marcher! Par contre, quand je vivais en Suède, c’était le moyen de locomotion numéro 1, toute l’année. Rouler à vélo en hiver sur la neige et la glace? Même pas peur!

  • La différence avec Paris, c’est qu’ils ont une culture du vélo avec des structures et des installations prévues et adaptées aux cyclistes. A Nice, on a les « vélos bleus » (c’est le vélib des niçois ;)) mais il n’y a pas beaucoup de pistes cyclables et en plus, elles sont souvent utilisées par les voitures :-/

  • C’est incroyable mode de vie. Sa sain et bon pour l’environnement. C’est dommage que ce n’est pas partout de cette façon. cela aiderait notre environnement et de garder les gens à rester en forme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *