J’achète Charlie donc je suis ?

Une fois n’est pas coutume, je sors encore une fois aujourd’hui du voyage pour vous parler d’une petite chose qui m’a rendue légèrement chaffouine ces derniers jours. Bon faut dire qu’en ce moment je ne voyage pas trop alors à trop rester à la maison, ben je m’occupe comme je peux. Il y a eu quelques jours de vacances et dernièrement, c’est l’actualité qui a pris un peu de place… Comme pour beaucoup de monde j’imagine.

Je suis Charlie bd beaumarchais

Le week-end dernier, 4 millions de Charlie ont défilé dans la rue. C’était beau de voir tout ce monde chanter la Marseillaise, applaudir les CRS et autres policiers municipaux et crier notre liberté en scandant Je suis Charlie. Ah la liberté, ça me parle ça la liberté mais parfois la liberté me révolte aussi un peu…

Hier 3 millions de Charlie étaient en vente et on a assisté à une mascarade. Qui aurait son exemplaire de Charlie entre les mains ? 7 heures du matin, la queue devant les kiosquiers, rupture de stocks et les gens qui s’emballent « mais comment c’est possible » et tout le tintouin !

Grâce à la radio je savais en me levant que je n’avais aucune chance de le trouver ce Charlie mais j’avais quand même envie d’aller au kiosque parce qu’avant de lire pour la première fois Charlie Hebdo, ben je voulais lire le Elle, ce titre que je lis quasiment toutes les semaines, avec toujours le même plaisir d’aller découvrir la couverture et de l’acheter. Oui j’aime internet et j’achète la presse. Selon la couv, selon l’envie, selon l’humeur, selon le contexte.

Bref ce matin en allant acheter mon Elle, j’ai vu du monde devant mon kiosque. Beaucoup de monde. Jamais vu autant de monde. Certains se rendaient compte qu’il n’y avait plus de Charlie et rebroussaient chemin, d’autres s’adressaient au kiosquier sans lui dire bonjour pour lui demander s’il lui restait des exemplaires et quelques rares achetaient un autre titre et recevaient par la même occasion un sourire et un merci du gentil Monsieur. Y’en a même qui ont demandé combien de Charlie il avait reçu (!)… Même si ça fait plaisir de voir des gens se déplacer dans les kiosques (alors qu’ils ferment les uns après les autres depuis plusieurs années) et bien ça m’a un peu révoltée.

J’achète Charlie donc je suis Charlie ?

Hier j’ai eu l’impression que beaucoup de gens se rendaient pour la première fois dans un kiosque à journaux et n’avaient qu’une chose en tête : acheter Charlie… Ben oui parce qu’il faut le sauver Charlie. Et si je vous disais que c’est la presse entière qu’il faut sauver ou plutôt sauvegarder et que c’est n’est pas en achetant Charlie une fois que vous allez aider. Ce numéro est historique ok mais si on regarde bien l’actualité, cette semaine tous les titres sont historiques. Non ?

La liberté, notre chère liberté d’expression, c’est d’abord par la presse qu’elle passe et la réalité c’est qu’il n’y a pas que la presse satirique qui ne se porte pas bien, c’est la presse en général. S’il n’y avait pas eu ce malheureux événement, Charlie aurait peut-être mis la clé sous la porte dans les prochains mois parce qu’ils n’arrivaient pas à lever les fonds nécessaires pour continuer sereinement. Ce qui est drôle c’est qu’aujourd’hui ce titre est peut-être le plus riche de France avec ces dons qui affluent de France et du monde. Ils doivent bien se marrer là-haut ! Acheter Charlie c’est bien mais il ne faut pas que acheter Charlie !

Les diffusions de la presse baissent, les revenus publicitaires baissent aussi et les moyens pour créer des journaux aussi ! Oui à l’époque où tout est gratuit sur internet, pourquoi irions-nous payer pour avoir de l’info ? La réalité, c’est que l’info que l’on lit dans la presse et celle que l’on trouve sur internet n’est pas la même ! Les journaux sont plus riches. Riches d’analyses, de dessins, de chroniques, d’enquêtes… Alors vous allez me dire c’est cher tout ça… Oui ce n’est pas donné mais quand même on en a pour son argent non ?

Vous qui avez acheté Charlie Hebdo hier, j’espère que vous l’achèterez demain et j’espère surtout que d’aller dans un kiosque vous a donné envie d’y retourner et de découvrir d’autres titres. Comme je disais hier sur mon profil Facebook personnel, la presse française est riche et de qualité alors achetons-là ! Achetons l’Equipe si nous aimons le sport, Grazia, Elle, Marie Claire… si nous aimons la mode, l’Express, Marianne, Le Point… si nous aimons l’actualité, Le Figaro, Libération, Le Monde, si nous aimons l’actualité chaude… Géo, AR magazine, Grands Reportages, Bouts du monde si nous aimons le voyage… Nous avons le choix alors profitons-en !

Ah oui avant de conclure, je voulais dire que je suis outrée par l’attitude de ceux qui achètent plusieurs exemplaires de ce numéro de Charlie hebdo et qui le mettent directement en vente à prix d’or sur ebay ou leboncoin. Ne l’achetez pas ! Votre argent ne servira pas la presse.

Sinon hier il y a quand même des chroniques qui m’ont faire rire, notamment le billet de Charline sur France Inter et l’article du Gorafi qui résumait à lui seul mon sentiment du matin : la France découvre l’existence des journaux en papier et des kiosquiers.

Le Billet de Charline : « Pété de thunes… par franceinter

Etre Charlie, flic, juif, musulman, athée et défendre la liberté d’expression, c’est avant tout acheter la presse !

More from Adeline

Thaïlande: les 5 choses à savoir sur les fêtes de Noël à Koh Phi Phi

Parler de Noël en février c'est décalé je vous l'accorde mais comme...
Lire la suite

9 Commentaires

  • Merci pour ton article je partage tout a fait ton point de vue sur ces acheteurs ‘du dimanche’! Moi j’aime toujours achete la presse papier et cela peut importe le pays! Et oui ca m’accable de voir que des gens veulent le mettre en vente sur ebay! Mais encore plus qu’il y est des gens pour l’acheter!

  • Plutôt d’accord, j’ai commencé à écrire un billet aussi, car je suis plutôt touché, et partage ce côté choquant de ces gens qui vont l’acheter pour l’avoir, et n’y penseront plus dans 2 semaines. Je me suis abonné car ça fait parti des journaux que je souhaite vraiment soutenir, comme Média part par exemple.
    Après, je pense qu’on est avec la presse et internet sur un problème compliqué, car si les gens n’achètent plus la presse, c’est parce qu’elle est en ligne, gratuite, et que finalement c’est plus pratique de lire sur son smartphone dans le train, ou sa tablette, ou au bureau, qu’un gros magazine qui prend plein de place (les mecs qui lisent l’équipe dans le métro bondé, une horreur non ?).
    Il y a 10 ans maintenant à la fac, j’avais fait un mémoire en DEA sur la presse justement, qu’elle ne savait pas s’adapter, bein 10 ans après, c’est toujours le cas, elle ne s’est pas adapté. Beaucoup d’articles ne sont pas forcément intéressant (je parle des gros journaux), c’est chiant à lire en format papier, faut aller l’acheter (oui, à Paris il y a des points de vente partout, mais ailleurs ?).
    Il faut réinventer le modèle, des Médiaparts ont ouvert une brèche, si les gros médias s’y mettaient aussi ça pourrait changer les choses…développer le net et réfléchir à un modèle économique pourrait surement les aider.
    Voici ce qu’on trouve sur le site du canard enchaîné:

    « Mais notre métier, c’est d’informer et de distraire nos lecteurs, avec du papier journal et de l’encre. C’est un beau métier qui suffit à occuper notre équipe.

    Ce site officiel du « Canard » se limite donc, pour l’heure, à donner quelques informations pratiques, et aussi à occuper les adresses que des escrocs ont parfois tenté de détourner, en se faisant passer pour nous. »

    Le web est indispensable maintenant, et quand on voit dans d’autres domaines des marques qui sont mortes car pas ou mal entrées dedans, j’ai un peu peur pour notre presse…qui va restée soutenue par des gros groupes auxquelles elles devront obéir en terme de contenu, et donc de qualité…mais c’est compliqué 🙂

    • Oui c’est super dur et surtout que les générations qui arrivent ne sont pas consommatrices de papier, je ne suis pas super optimiste non plus. Youtube est leur moteur de recherche favori !
      Il aurait fallu prendre le virage du web il y a 6 ans à peu près mais ici en France on est frileux dans la presse comme dans tous les secteurs d’ailleurs. Finalement j’ai l’impression ici qu’on consomme plus la presse et super mal le web. J’espère que ça va évoluer…

  • Bonjour Adeline, merci pour cet article de blog intéressant. Je ne lirai jamais ce Charlie vu que je suis en Nouvelle-Zélande, assez ironique, puisque je le lisais ou feuilletais à la bibli avant de temps à autres … Je suis un peu choquée par cet élan de masse, d’autant que beaucoup de monde ne comprend/connaît pas trop la presse satirique en France (dont moi d’ailleurs) sauf lors des procès médiatisés … Et j’ai bien rigolé en lisant l’article du Gorafi … Je me dis que ça en mettra quelques uns à la lecture et que ça ne fait pas de mal … Aborder la modernisation de la presse dans ce contexte est d’autant plus pertinent dans le sens où il me semble que le blogging fait partie prenante des mutations de la diffusion de l’info et de l’analyse de l’actualité. Qu’en penses-tu ? Ce phénomène m’a l’air encore sous évalué ou utilisé de manière limité … Côté presse indépendante (papier ou net) on commence à constater de belles réussites : il y a Médiapart cité par Laponico plus haut … ou le magasine Causette par exemple. J’espère que l’on va aller plus loin avec plus de créativité car il faut vraiment se renouveler … Je suis entre le papier et le net. Je trouve tellement simple de lire et stocker sur mon ebook mais j’aime découper des articles, des images, coller … tout comme aller chez le libraire, passer 20min à regarder les sommaires de magazines d’actu/féminins/voyages avant de choisir mes lectures … Et ce qui est marrant : je suis d’autant plus l’actualité quand je suis à l’étranger ! Ca doit être un moyen de me rapprocher de la France …

  • Personnellement, je pense qu’actuellement les médias papiers sont beaucoup moins indépendants et plus censurés que ceux du web. Hormis quelques-uns qui tentent de survivre sans publicité, c’est le cas de Charlie Hebdo notamment, les autres sont plus ou moins dictés par ceux qui les financent. Sur le web en revanche, la liberté d’expression est plus flagrante, et moins onéreuse on ne va pas se mentir… Je pense notamment aux blogs d’infos qui sont parfois d’une grande qualité.
    Je suis la première à regretter le support papier, mais je constate amèrement que mise à part d’excellents articles de fond comme tu le soulignes, la presse papier fait parfois de l’information quotidienne édulcorée. Et c’est la même chose sur les chaînes de radio également, je pense à certains chroniqueurs humoristes de France Inter qui se sont succédés les uns après les autres, accusés d’être allés trop loin, et donc, d’être trop libres.
    Alors c’est vrai qu’il y a à faire sur notre conscience collective et notre manière de consommer, mais la presse en général a beaucoup plus à faire pour gagner en indépendance et donc, en ce qui me concerne, en crédibilité.

  • Pour ma part, je partage l’avis de Séverine, la presse papier n’est hélas plus très indépendante.
    La couverture médiatique est fortement influencée par les intérêts financiers et parfois même politiques.
    Hélas, Charlie Hebdo en fait partie depuis plusieurs années. Certes dans une moindre mesure que d’autres.

      • Oui bien évidemment. Dans mon commentaire, je parlais de la presse d’actu, en lien avec le commentaire précédent.
        La question de l’influence extérieure sur les médias est surtout vraie pour l’actualité.

  • bonjour Adeline ..Charlie a eu au moins le merite de faire comprendre à tout le monde que la liberté d’exception ( au sensd francais ) est un luxe et une exception dans le monde, qu’il faut la défendre ..et comme tu le dis , le mieux est d’acheter de la presse pour leur donner les moyens d’exister tout simplement . Autre petite refelxion.Desproges aurait dit  » on peut ritre de tout mais pas avec tout le monde  » .. des blagues lourdes , pas fines entre copains qui ont le même humour ..ca passe..entre personnes qui ont le même humour le même vécu, la même culture ca passe comme Charlie qui avait son lectorat attitré..mais quid d’un dessin ou d’un humour balancé dans le monde entier vers des personnes qui n’ont absoluement pas le même vécu, la même culture la même histoire ?? d’où frustration, collére , incompréhension.. c’est bien sûr pas la faute de Charlie mais à la mondialisation des medias de l’info ..on sait beaucoup de choses de part le monde mais le reste du monde aussi percoit beaucoup de choses..du coup les blagues entre copains du départ peuvent déboucher sur des attentats des morts des crises voir des guerres .. quel vertige

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *