Le jour où j’ai fait une randonnée dans les Apennins et fini habillée en Schtroumpf

Italie randonnée dans les Apennins vue sur le parc des 100 lacsEn voyage j’aime lorsqu’il m’arrive des imprévus, des aventures qui sur le moment ne me font pas forcément rire mais qui après coup me laissent le genre de souvenirs qui incitent à de bons fous rires. Le 10 juillet 2013 fût l’une de ces journées. Voilà comment, partie pour une randonnée dans les Apennins, je me suis retrouvée à marcher sous la pluie habillée en Schtroumpf avec une bombe sur la tête….

Venues en Italie pour une semaine dans le cadre de blogville, nous avions prévu Laurène du blog carnet d’escapades et moi, d’aller deux jours dans les Apennins. Laurène devait randonner à cheval et moi à pieds. C’est bien ainsi que commença notre journée.

Marche tranquille jusqu’au Mont Matto

Après une belle nuit tranquille au parfait et très accueillant Bed and Breakfast Il bosco delle fate, je prends la direction du refuge Lagoni avec Diadorim mon guide, tandis que Laurène prépare son cheval au Ranch Stella del Bosco avec Betta et Christelle, ses deux accompagnatrices. Sur la route du refuge, point de départ de notre randonnée, Diadorim et moi parlons du parcours qu’il souhaite adapter à mon niveau. Ce sera donc le Mont Matto à 1837 m d’altitude (le départ se faisant à 1340m) puis descente vers la Cabanne di Badiniana où nous rejoindrons Laurène pour déjeuner. Pour la suite, nous verrons, plusieurs possibilités s’offrent à nous.

La rando commence dans les bois de hêtres où des chemins de pierres ont été dessinés par des bergers qui autrefois menaient leurs troupeaux de moutons dans les pâturages. Nous longeons des lacs jumeaux puis montons doucement vers les hauteurs. Une halte pour admirer la vue panoramique sur le parc des 100 lacs est incontournable. Sur ce rocher, j’ai l’impression d’être seule au monde. Le ciel est dégagé et la vue incite à la médiation. Temps parfait pour une journée parfaite !

Randonnée dans Apennins vue depuis la crête

Après cette petite pause, nous quittons les bois et reprenons notre route en direction du mont Matto. La montée est raide mais le jeu en vaut la chandelle. Une fois sur la crête, le soleil est déjà trop haut et la vue trop brumeuse pour nous laisser entrapercevoir la Spezia et la mer méditerranée. Après quelques dizaines de mètres, j’arrive au point culminant du parc : à ma gauche la Toscane et à ma droite l’Emilie-Romagne. Je ne sais pas décrire mon sentiment à ce moment-là. Encore une fois j’ai l’impression d’être seule au monde, aucun autre marcheur à l’horizon, seule la montagne, Diadorim et moi. C’est très reposant. Je fais le vide dans ma tête et j’admire.

Randonnée dans les apennins

Il est 11h30 et nous devons descendre rejoindre Laurène. Deux options : continuer sur la crête et rejoindre la cabane via les bois ou prendre un chemin plus rapide, sans grande difficulté. J’ai bien sûr une préférence pour les hauteurs mais si nous passons par là, nous risquons d’arriver trop tard au rendez-vous. Nous choisissons donc de longer le lac Bicchierre et passer par la Fontana del Vescovo, une petite plaine bucolique qui nous mène jusqu’à la cabane. Je suis un peu déçue mais ma déception s’envole quand Diadorim me propose de le faire dans l’autre sens après le déjeuner. Cool.

Le temps commence à changer et quelques gouttes d’eau tombent. La pause déjeuner tombe à point. Quelques minutes après notre arrivée, Laurène, Betta et Christelle arrivent. Elles descendent de leur cheval et les laissent brouter dans la prairie, sans les attacher. A ce moment-là je me dit que ces chevaux sont bien dressés. Le panorama est beau : la montagne, les sapins et les chevaux. Que demander de plus ? La pluie vient malheureusement s’immiscer dans cette pause idyllique mais rien qui puisse gêner la suite de la randonnée. Enfin, jusqu’à cet événement que nous n’aurions pu imaginer…

Randonnée à cheval dans les Apennins

Randonnée dans les Apennins : le moment où nous avons perdu les chevaux

Nous savourons tous cette pause méritée quand soudain les chevaux se mettent à courir au galop et s’enfuient. Quel événement les a fait fuir ? Nous ne savons pas. Un animal ? l’orage au loin ?  Bref… Betta et Christelle se mettent à courir après eux quand Diadorim, Laurène et moi restons-là, impuissants, bouches bées. Le réseau téléphonique ne passe pas, impossible de prendre des nouvelles. Nous attendons un éventuel retour mais sans y croire vraiment. Comment faire ? Betta et Christelle doivent être en panique à la recherche de leurs canassons et Laurène se retrouve habillée en tenue de cheval au milieu de la montagne, sans cheval… Cherchez l’erreur !

Il est 14h, soit 3/4 d’heure plus tard, quand nous décidons que les chevaux ne reviendront pas. Nous gérons la situation et décidons que Laurène, avec son total look cheval finira la randonnée avec nous. Je lui donne les chaussures de randonnée prêtée par Vilma du Bed and Breakfast et chausse mes baskets que j’avais prises en cas d’ampoules. Hop c’est parti direction les crêtes tant attendues. J’ai hâte de retrouver cette impression d’être sur le toit du monde.

Le moment où il y a eu de l’orage

ça, c’était sans compter l’orage qui grondait au loin… Alors que nous sommes dans les bois, à une vingtaine de minutes de marche de la fameuse crête, un éclair puis un tonnerre assez fort éclate. Diadorim déclare qu’il n’est pas sérieux de continuer. ça tombe bien, ni Laurène ni moi n’étions très à l’aise avec cette idée. Nous ne pouvons pas continuer mais ne pouvons pas rebrousser notre chemin non plus. L’orage tourne autour de nous, une pause s’impose !

Sous la tente dans les Apennins

 

Diadorim, en guide sérieux, sort une bâche et l’installe pour nous fabriquer un abris de fortune. Nous mettons nos sacs dessus et nous asseyons. Si la pluie se met à tomber, nous n’aurons qu’à rabattre la bâche sur nous. Quelle bonne idée surtout qu’il ne faut pas plus de quelques minutes pour que la pluie arrive, puis la grêle. L’orage tourne autour de nous avec des coups de tonnerre plus ou moins forts. Ce n’est pas très rassurant et il nous faut prendre notre mal en patience. L’orage continue de gronder et la brume monte dans la forêt. Diadorim a prévu le thé, c’était donc avec plaisir que nous faisons un tea time dans les bois pour nous réchauffer un peu.

Abris de fortune dans les Apennins

 Et comment j’ai fini habillée en Schtroumpf

Une heure et demie plus tard, alors que l’orage s’éloigne, Diadorim décide de déclarer forfait et de rebrousser chemin. Il est trop tard et pleut trop fortement pour apprécier la balade. Nous descendons donc jusqu’à la cabane où nous avons fait notre pause déjeuner pour attendre un peu mais l’horizon ne semble pas vouloir se dégager. C’est alors que Diadorim se transforme en couturier des montagnes, coupe sa bâche en deux et nous confectionne deux ponchos qu’il nous fixe au corps grâce à un gros scotch argenté. La classe italienne. Et pour bien finaliser notre Schtroumpf attitude, ou plutôt nous protéger de la pluie, nous mettons sur notre tête les bombes laissées par Betta et Christelle. C’est ainsi que nous avons repris notre route à pied pour une vingtaine de minutes jusqu’au refuge Lagoni et sommes arrivées saines et sauves.

Pour la petite histoire, les chevaux ont pris la direction de leur maison et ont été retrouvés à seulement quelques kilomètres de chez eux.

Note : Je suis allée à Bologne dans le cadre de Blogville, un projet monté par la région Emilie-Romagne en partenariat avec iambassador

More from Adeline

Virée à Dawson city – Yukon, Canada

Nous ouvrons la 17ème fenêtre du calendrier de l'Avent voyage et je...
Lire la suite

3 Commentaires

  • Ahah, que de souvenirs…! 🙂

    C’est marrant, je me suis également dit que les chevaux étaient particulièrement bien dressés pour qu’on puisse ne pas les attacher…J’ai vite déchanté! 😉

    J’ai aussi couru après les chevaux, mais juste 5 minutes…J’ai finalement considéré que je n’arriverais pas à atteindre la vitesse d’un cheval au galop…!

    On dirait que je déprime sur la vidéo, alors que nous étions finalement tous les 3 de bien bonne humeur sous notre bâche…Et la vidéo du déguisement Schtroumpf au fait, tu n’oses pas la publier finalement?? :-p

  • Inoubliable journée très bien racontée. Les débuts idylliques sur les hauteurs j’ai souvent testé ! La suite est plus originale et finalement très drôle après coup, quand on sait que tout finit bien ! J’ai eu la grêle en montagne : il ne s’agissait pas de billes rondes mais de minis bâtonnets pointus qui faisaient très mal ! Je vous adore en schtroumphs ! mdr ! Bises

  • Ou comment une simple randonnée se transforme en aventure inoubliable 🙂

    En tout cas ça a l’air d’être une ballade très sympa à faire avec de beaux paysages. Il faut prévoir combien de temps pour faire la montée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *