Rêver et donner du sens à mes voyages

Je me souviens très bien de cet instant où j’ai pris conscience que je m’éloignais de mes rêves de voyages. Dans cet avion quelque part entre Paris et Bangkok en juillet dernier, ces quelques mots entendus alors que Morphée m’attirait dans ses bras, ont créé comme un électrochoc interne :

If you’ve got no love in your heart, you’ve got nothing… No dreaming, no story, nothing

A cet instant-là j’ai rouvert les yeux, me suis relevée de mon siège et couché cette courte phrase (tirée du film Australia de Baz Luhrmann) sur un carnet qui ne me quitte jamais.

Comme pour ne pas l’oublier.

Comme si j’allais l’oublier.

Rêver et donner du sens aux voyager

Pas d’amour, pas de rêve, pas d’histoire !

Depuis de nombreux mois mon coeur est tiraillé entre ce que je suis, la voyageuse solo passionnée par le voyage lent, la nature et la rencontre de l’autre, et celle que je suis devenue, une « influenceuse » à qui l’on fait découvrir certes de très belles choses, mais qui s’éloigne de plus en plus de son univers. Entendre ce jour-là « pas de rêve, pas d’histoire » a fait tilt dans ma tête. Tout ce que je vis en ce moment, aussi génial cela soit-il, ne va ni dans le sens de ce que j’aime ou de ce que je suis, ni dans celui de mes rêves. L’absence de sens, d’histoire, voire même parfois de valeurs expliquent pour beaucoup le syndrome de la page blanche auquel je fais face aujourd’hui.

Quelques mois après mon retour de tour du monde, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure de l’entreprenariat pour, entre autre, assouvir mon besoin inconditionnel de liberté et mes rêves de voyage. Un défi bien difficile pour la passionnée que je suis. Les obstacles sont multiples mais dans cet avion, en entendant cette phrase, je me suis rendue compte que j’étais moi-même le premier d’entre eux.

Je m’explique…

Mon tour du monde en 2010 m’a servi de thérapie… 9 ans après la mort de ma mère, il était temps que j’arrête de ressasser le passé et me concentrer sur des faux problèmes pour me tourner vers l’avenir. Mener ma route. Sans en être consciente bien sûr, ce voyage m’a portée sur le chemin de la résilience. Le bouddhisme, les rencontres, prendre son temps et le bonheur de vivre l’instant présent ont été des éléments fondamentaux dans cette reconstruction.

En professionnalisant ce blog, j’ai légèrement mis de côté ces idéaux or je ne peux pas changer à tout prix celle que je suis. J’ai besoin de véhiculer des valeurs plutôt que de suivre des tendances ou promouvoir. Je me suis un peu perdue dernièrement et j’éprouve le besoin de retrouver du sens, raconter des histoires.  De celles qui inspirent. Pour le moment, hormis pour les voyages dans lesquels je me suis fortement impliquée pour l’organisation ou ceux où je suis en partie libre de faire comme je veux comme la North Coast 500 en Ecosse ou Rügen en Allemagne par exemple et bien j’ai beaucoup de mal à trouver le fil conducteur de mon histoire.

La réflexion et la remise en question sont au coeur de ma vie, permanente . Le cheminement est long.

Qualifier qui je suis m’aide déjà à avancer !

Il y a quelques années, je m’étais amusée à mettre un mot en face de chaque lettre du mot voyager dans un brouillon d’article qui n’a jamais abouti… Je le ressors aujourd’hui et je suis fière de constater que ces mots-clés sont ceux qui me qualifient le mieux et caractérisent vraiment ce que le voyage représente pour moi.

Donner du sens aux voyager - Ma définition de voyager

Vibrer, Ouverture, Yin & Yang, Authenticité, Générosité, Emotions, Rencontres… Que des adjectifs qui ont du sens.

Aujourd’hui je n’ai plus envie d’être résumée à des chiffres mais plutôt mettre en avant ce que je suis pour développer des projets qui me tiennent à coeur. Pour moi ce sont les valeurs que l’on véhicule qui donnent un sens et une envergure aux chiffres. Plutôt que l‘instantané et l’éphémère, j’ai envie de réflexions profondes, construites et pratiques.

Depuis toujours je voyage pour vivre l’instant présent, rencontrer et vivre des émotions. Cela sert mon écriture et c’est grâce à elle que je suis toujours ici aujourd’hui. J’aime écrire avant tout.

Retrouver du sens et le partager avec vous est ma priorité. J’ai besoin de me recentrer, de retrouver le plaisir de voyager, de retrouver l’inspiration pour écrire et de me lancer à la poursuite de certains de mes rêves. Je ne ferme pas la porte à des propositions de reportages, mais je ne ferai que ceux qui respecteront qui je suis et ce que je veux faire du voyage. J’ai eu trop de frustrations en 2016 et surtout l’impression d’être parfois passé à côté d’un voyage pour prendre le risque de recommencer cette année.

Il est temps de remettre le rêve au coeur de ma vie et cela n’est pas incompatible avec ma vie d’entrepreneuse. C’est sûr !

Rêver et donner du sens à mes voyages en 2017

Depuis quelques mois j’ai fait une pause dans mes voyages, d’abord pour travailler car j’ai beaucoup de retard dans mes articles, mais aussi pour me recentrer et réfléchir à ce que sera 2017.

Et tadam…

En 2017, je rêve de quitter Paris. Fuir cette ville où je n’ai plus besoin d’être. Fuir cette ville où chaque fois que je rentre de voyage je m’énerve après le bruit, un bus, un métro, les gens au téléphone, les supporters du PSG… Bref Paris est devenu ce genre de ville où je prendrai plaisir à revenir en visiteur mais où il ne fait plus bon vivre pour moi ! 25 ans c’est assez pour la petite fille de la campagne. Déjà trop. Loin de moi l’idée de devenir digital nomade. Moi je trouve mon équilibre dans le partir et revenir, dans l’ici et l’ailleurs et j’aime trop avoir un « chez moi » où me retrouver. Le yin et le yang.

En 2017 je rêve m’installer à Nantes… Ce rêve est en train de devenir réalité, si tout va bien d’ici quelques mois j’y serai. La vie étant un voyage, j’intègre cette envie de déménagement dans mes grands voyages de l’année.

En 2017, je souhaite faire honneur à l’année du tourisme durable et du développement décrété par les Nations Unies. Pour moi, ce sera voyager moins mais voyager mieux. Mieux étant dans mon cas de créer de vrais projets qui ont du sens, des valeurs et qui me laissent le temps de construire une histoire. Je souhaite surtout montrer que le monde n’est pas aussi dangereux que l’on veut bien nous laisser le croire et qu’en allant à la rencontre de l’autre et d’initiatives locales, on apprend beaucoup plus qu’en restant sur son canapé à regarder le journal télévisé. Bien sûr le but est aussi de me laisser du temps pour vous raconter ces voyages ici et surtout y mettre plus de profondeur et de sentiments. J’ai envie de vous proposer aussi bien des réflexions que des billets pratiques comme je le fais déjà aujourd’hui.

En 2017, je souhaite retourner en Inde. J’avais prévu d’y aller en ce début d’année et puis j’ai tardé à réserver mon billet d’avion, c’est devenu trop cher et surtout, si je suis très honnête avec moi-même, je n’ai pas eu la force de me lancer. Ceux qui connaissent ce pays, savent que la force est indispensable avant de partir pour un voyage en solo en Inde ! Je ne l’avais pas à l’époque mais le voyage commence néanmoins à se dessiner dans ma tête. Y’a plus qu’à définir une date et organiser un minimum.

En 2017 je veux partir sur les pas de ma grand-mère en Italie, un voyage que je devais faire l’an dernier et que je ne me suis pas donné le temps de réaliser. Il faut que je pose des dates. Peut-être à l’automne.

En 2017, je souhaite continuer sur ma lancée de 2016 et équilibrer ma vie entre reportages professionnels et voyages personnels en veillant à ce la passion ne s’étiole pas. Yin & Yang on y revient.

Voilà pour ce que je peux vous dire néanmoins mais mes rêves ne s’arrêtent pas là hein… J’ai d’autres idées en tête. Les projets ne manquent pas, le tout c’est de trouver les moyens et le temps de les réaliser. Pour l’instant le seul voyage sûr et certain, c’est une semaine à Séville entre copines en Mai… Vivement !

A chacun ses rêves. Le mien n’est pas d’être le plus possible dans le feu des projecteurs pour être identifiée comme le blog du moment mais plutôt d’être dans la lumière parce que le contenu que je produis a du sens, des valeurs et incite l’autre à se lancer dans une aventure, quelle qu’elle soit. Je me suis fait un nom comme cela. Que cela continue !

Il y a eu des nuages, l’avenir s’éclaircit !

Pour conclure, j’emprunte les mots d’Antoine de Saint-Exupéry :

Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve - Antoine de Saint Exupéry

N’oubliez jamais ça et que 2017 soit à la hauteur de vos rêves.

Aller plus loin sur la recherche de sens

  • Relire ma réfléxion de 2016 : voyager pour se sentir vivre
  • L’association Travel with a mission, créée par Ludovic Hubler après un tour du monde en stop, facilite les rencontres, les échanges et favorise les échanges interculturels.
  • Nathanaël et Marc, 2 amis de longue date, partent en tour du monde et reviennent avec un film sur la quête de sens, né de leurs rencontres. Je vous conseille vivement En quête de sens projeté dans de nombreux cinémas de France (vous pouvez même proposer d’organiser une projection si vous le souhaitez)
  • Demain le film, réalisé par Mélanie Laurent et Cyril Dion nous montre des initiatives positives à travers le monde.
Pour me suivre dans mes prochaines aventures, n’hésitez pas à vous abonner à mes comptes FacebookInstagram, Pinterest et twitter.

Pour partager cet article sur Pinterest :

Rêver et donner du sens à mes voyages

More from Adeline

C’est la rentrée des classes, direction Blogville Milan

Certains retournent à l’école, moi je reprends la route. Le 7 septembre...
Lire la suite

18 Commentaires

  • Bravo Adeline et bon courage avec tous tes projets, tu as raison sur toute la ligne. J’ai appris dernièrement qu’un des outils des coachs professionnels était d’étudier les valeurs de l’individu afin de lui aider à trouver un poste lui correspondant. Nos valeurs sont la source de tout, et si on ne les exerce pas dans le quotidien de notre travail, notre travail (et par la même le sens que l’on donne à notre vie) ne rime plus à rien. C’est parfois difficile (et même un luxe?) de pouvoir exercer en accord avec ses valeurs: plus on trime plus on a la tentation de s’en détacher, histoire de survivre, jusqu’à parfois oublier complètement ce qu’on était en train d’essayer de construire. J’ai comme toi choisi de ne plus faire de compromis même si ce n’est pas la route la plus simple. Et très bon choix pour Nantes 🙂

    • Merci Corinne <3 Je savais que tu allais faire partie de ceux et celles qui comprendraient mon message ! La porte sera grand ouverte à Nantes si tu veux passer. Un jour tu pourras même venir faire du catsitting 🙂

      • OMG, trop bien 😀 Tu as déjà un chat ou bien c’est dans les projets? Je commence à connaître du monde sur Nantes du coup. Je pense que s’il y avait une ville en France dans laquelle j’aimerais habiter c’est celle-ci aussi 🙂

  • Ah ben décidément nos articles se sont croisés, on est à peu près tous dans une phase de remise en question, de saturation et de besoin de renouveau. Se recentrer et surtout ne pas perdre la flamme que l’on a en nous.
    La lecture de « Le jour où j’ai appris à vivre » de Gounelle, et « Le pouvoir du Moment Présent » d’Eckhart Tolle ont été de bons préceptes dans cette quête du moi interne, je te les conseille vivement 🙂
    Belle année à toi Adeline, et bonne continuation dans ton cheminement, bises

    • Merci pour ton petit mot Alex. Je crois que nous sommes tous, nous les blogueurs, en train d’oublier la passion au profit des images et du moi. Clairement ce n’est pas le message que j’ai envie de faire passer, le voyage en général véhicule trop de valeurs pour le simplifier et le réduire à de belles images. Merci pour te reco de livres. J’ai lu Laurent Gounelle mais je ne connais pas le pouvoir du moment présent. Si tu en veux un autre, je te recommande « le moine qui vendit sa Ferrari » de Robin Sharma, un livre que j’avais bcp aimé lors de ma phase changement de vie avant mon tour du monde.
      Bonne année à toi aussi et peut-être que nos chemins se croiseront en 2017 🙂

  • Coucou Adeline,
    c’est beau ce que tu écris. Je me sens très touchée par tes mots, sans doute car l’écriture est très importante à mes yeux.
    Je te souhaite de réussir à te rapprocher au plus près de l’idéal que tu décris. En le publiant ici, c’est un grand pas je pense que tu as fait !
    A bientôt peut-être,
    Aurélie

    • Hello Aurélie. Merci pour ton petit mot. Quand on aime écrire, on se perd un peu dans tout ce flot d’images, non ?
      Ecrire sur cette nouvelle ambition est effectivement un premier grand pas même si le chemin a commencé il y a déjà quelques mois, le verbaliser marque vraiment le début de cette nouvelle route.
      A très vite,
      Bises.

  • Bel article qui fait réfléchir sur ce besoin-cette envie de voyager et le sens que l’on donne finalement à nos voyages. Effectivement, pas toujours en harmonie… Je trouve ta démarche très juste et ton projet de démanagement à Nantes très excitant!

  • Bonjour Adeline,
    Je suis ton blog depuis plusieurs années avec attention. Il m’avait semblé sentir quelque chose de nouveau depuis quelques mois avec le début d’article « Le temps d’une pause », voyager pour se sentir vivre et le positionnement franc et récent du blog sur le voyage de fille en solo.
    J’imagine que tu as dû passer par des périodes de doutes, de réflexion profonde et d’euphorie aussi pour en arriver à cette décision. Parfois on ne sait pas trop ce qu’on veut mais on sait surtout ce qu’on ne veut plus. Puis, ce qui était vrai hier ne l’est plus aujourd’hui parce qu’on a changé, parce qu’on a vieilli, parce qu’on a envie d’autre chose. L’essentiel est de se sentir au bon endroit, au bon moment avec les bonnes personnes. Question de karma 😉
    Je suis toujours admirative des voyageurs/blogueurs qui semblent se passionner et d’apprécier tout ce qu’ils voient. Mais je suis encore plus captivée par ceux qui restent eux-mêmes avec leur esprit sincère et critique.
    Et comme je te comprends pour l’Inde, ce besoin de se sentir prête avant de refranchir le pas. C’est capital je crois et encore plus pour une seconde fois.
    Je vais continuer à suivre ton cheminement avec plaisir et serai ravie de te rencontrer peut-être un jour à l’ouest (où je vis aussi depuis 10 ans après avoir quitté Paris).

  • Alors évidemment, si tu glisses l’Inde dans ton programme 2017, je perds définitivement toute objectivité 😉 Voilà en tout cas un joli programme qui te ressemble Adeline 🙂

  • Amen. Pour te suivre depuis une paire d’années, on aime bien cette nouvelle direction ! En tout cas nous te souhaitons beaucoup de courage, car il sera certainement difficile de convaincre un milieu qui ne jure que par les chiffres et les réseaux. Vous êtes des influenceurs, ce terme est lourd de responsabilités et je suis content de voir que tu es une des rares dans ce milieu à avoir une éthique et des valeurs. En tout cas ton programme est alléchant : voyager moins, pour voyager mieux, nous te suivrons pour cela 🙂

  • Bonjour Adeline,
    Tu as tout à fait raison à mon avis d’éprouver cela et de ne pas vouloir voyager uniquement pour mettre en avant des destinations qui te rémunèrent. Je pense que ça se ressentirait sur ton travail de toute façon si les voyages ne te correspondaient pas. Il y a tellement à faire sur le slow Tourism ou l’écotourisme : je suis certaine que tu pourras trouver le moyen de concilier les destinations qui te touchent avec ton activité professionnelle.
    En tous cas merci de nous rappeler l’importance de se constituer un socle de valeur pour ne pas tomber dans la commercialisation aveugle, vide de sens, poussée à l’extrême. Ça s’applique à beaucoup de choses dans la vie…
    Bonne chance dans tes projets !

    Justine

  • Bonjour Adeline,
    Je trouve cela très courageux de ta part d’avoir réussi à identifier ce qui n’était plus réellement toi, et d’avoir fait face à cela pour vivre de tes rêves. Je te souhaite de réaliser ce que tu souhaites pour cette année !
    Je te comprends si bien pour Paris et Nantes .. J’étudie à Paris et il y a quelques semaines j’ai compris le mal être que je ressentais depuis plusieurs mois et que je n’arrivais pas à identifier : je ne me plais pas à Paris. Cette ville est magnifique et j’adore m’y balader, la culture est incroyable .. Mais je profiterai bien me de cela si je n’y vivais pas et que je venais simplement de temps en temps. Et quand j’ai réfléchis à une ville ou j’aurais préféré étudier j’ai pensé à Nantes, drôle de coincidence avec toi ! Mon ancienne coloc’ y vit et je suis allée lui rendre visite en novembre. Ce serait typiquement le genre de ville où je trouverais agréable de vivre !
    Alors pourvu que tes plans aboutissent !

  • « Je souhaite surtout montrer que le monde n’est pas aussi dangereux que l’on veut bien nous laisser le croire et qu’en allant à la rencontre de l’autre et d’initiatives locales, on apprend beaucoup plus qu’en restant sur son canapé à regarder le journal télévisé. » : j’ai presque envie de dire Amen !

    C’est super cette introspection, tu en ressors changée et plus au clair avec toi même : cette année ne peut être que géniale 🙂 en tout cas je te le souhaite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *