Une semaine à bord du MSC Musica

Le 21 janvier dernier j’embarquais de Martinique sur le MSC Musica pour une semaine de croisière dans les Caraïbes. Nouvelles rencontres, nouvelles expériences, nouvelles découvertes et l’infini pour horizon. Venez, je vous emmène avec moi pour une semaine d’insolite, de rencontres, d’eaux turquoises et de couchers de soleil.

MSC Musica - vue de la mer

MSC Musica, mon géant des mers

Arrivée au port de Fort de France, je me sens toute petite devant mon navire. Imaginez un bateau de 300m de long, 50m de haut (+8m sous l’eau), 14 ponts, une ville flottante… Tellement grand qu’il ne tient ni dans mon appareil photo, ni dans mon téléphone. Et pourtant des dires des croisiéristes, ce serait l’un des plus petits de la flotte de MSC Croisières.

MSC Musica - dans le port de la Romana

A l’arrivée au port, on me remet mon passeport : une petite carte qui me servira à rentrer et sortir du bateau, à payer mes boissons, mes excursions, à signaler que je suis dans ma chambre… Bref l’objet qui me rendra folle toute la semaine (avec mon téléphone mais ça je le cherche 365 jours sur 365). Une fois le sésame en main, il ne me reste plus qu’à trouver ma cabine. Pas de mal à trouver le 10è étage, il suffit de prendre l’ascenseur, par contre la cabine 10171, je ne pouvais pas la trouver du côté des numéros impairs ! Tête en l’air comme je suis, je me suis trompée de couloir, et quand le couloir fait quelques centaines de mètres de long… Comment vous dire ? Heureusement, sur mon passage se trouvait un gentil personnel navigant qui se fît un plaisir de me mener jusqu’à bon port. J’ai même reçu une bise de sa part en guise de bienvenue ! La classe, quel accueil !

Plus tard je ferai la connaissance de Sylvie qui s’occupera de ma cabine pendant toute ma croisière. Je me souviendrai longtemps de son sourire et sa gentillesse chaque matin et chaque soir. Quand on voyage seule, je crois qu’on est sensible à toutes ces petites attentions.

21h on largue les amares. Bon ça c’est dans les faits parce que j’étais tellement fatiguée que je me suis endormie sans même aller découvrir ce que sera ma maison pendant la semaine, ni même pouvoir dire au revoir à la Martinique. C’est pas grave, j’aurais bien le temps de me rattraper plus tard…

Rencontrer le commandant de bord et les officiers

Avec le jetlag, je suis réveillée tôt, je vais pouvoir profiter du lever de soleil sur la Guadeloupe, puis de toutes les autres îles d’ailleurs. Je découvre qu’il y a une vie dès le réveil là-haut. Les uns font leur footing, les autres installent les transats, d’autres méditent les cheveux au vent au lever du soleil… Moi c’est dans cette dernière catégorie que je me suis placée chaque matin ! Quel bonheur de se lever et de voir l’horizon changer, le bateau s’éveiller au rythme du soleil. A bord j’avais mes petits rituels : d’abord le lever du soleil, puis le petit déj’ et enfin le café au comptoir du bar de la piscine ! Après place à la terre et aux escales.

MSC Musica - le pont superieur

Premier jour, pas trop le temps de m’éloigner, un rendez-vous m’attend avec Yvette Noel Harinivo, la guest relation manager qui rendra mon séjour à bord encore plus agréable ! En préparant cette croisière, j’avais demandé à rencontrer le commandant de bord et c’est à ce moment-là que j’apprends que je vais le rencontrer… dans les minutes qui suivent. Cela rendra notre rencontre plus spontanée mais je vous en réserve tous ses secrets pour un autre billet. Je peux quand même vous dire qu’une intervention au micro général viendra mis fin à notre entretien. Tous ceux n’ayant pas participé à l’exercice de sauvetage sont conviés à se rendre au point de rencontre indiqué sur leur carte. J’avouerai au Commandant en faire partie suite à mon endormissement impromptu de la veille. Sourire aux lèvres il me dit que ce n’était pas bien et qu’il fallait que j’y aille (mais je le savais j’avais reçu une lettre dans ma chambre).

Un autre soir, je serai conviée à l’apéritif du commandant puis à la table des officiers pour un diner bilingue franco-italien. Entre latins on se comprend plutôt bien finalement ! De plus les italiens en question étaient de Viareggio, une ville de Toscane où nous allions manger des pizzas et voir des gros bateaux quand j’étais ado. ça m’a rappelé de très bons souvenirs ! Ce couple de retraités étaient de vrais passionnés. 4 à 5 croisières par an… Des retraités heureux !

La vie à bord d’un bateau de croisière

MSC Musica - Lever de soleil sur Saint Domingue

La vie à bord d’un bateau de croisière est rythmée par les escales, les repas, les spectacles et parfois le temps. Pour une croisière dans les Caraïbes, les îles sont proches les unes des autres et nous naviguons, à une ou deux exceptions près surtout la nuit. Voulant sortir à chaque escale, j’ai surtout profité du bateau le matin, avant de mettre le pied à terre, et le soir. Comme je le disais plus haut, la vie commence dès le lever du soleil. Personnellement je n’aime pas être enfermée quand il fait beau donc c’est principalement sur le pont supérieur (ou sur mon balcon) que j’ai fait ma vie. Il y a juste une fois où le pont était fermé à cause de la pluie et du vent et là j’ai fait un spa (so girly). Pour le reste du temps, je m’y suis pas mal trimballée avec mon appareil photo. C’est d’ailleurs comme cela que Christophe et Valérie du blog les Vadrouilleurs m’ont retrouvée. J’avais découvert par hasard que nous serions sur le MSC Musica la même semaine. Un vrai bonheur de partager quelques apéros, diners ou escales avec vous les amis ! Souvenirs…

MSC Musica - saona beach

J’ai fait bien d’autres rencontres grâce à mon appareil photos. Des personnalités différentes mais tous avec des petits mots attentionnés : il y a avait le sportif de l’aube, le marin curieux, le couple qui avait envie de parler, le passionné de photo… Alors que je voyageais seule sur ce bateau, me promener avec mon matériel imposant était un bon moyen de me faire des potes.

MSC Musica - la bouée

Dans les coulisses, il s’en passe aussi des choses. Un bateau tel que celui-ci héberge jusqu’à 3000 clients par semaine et quelques 1000 personnes travaillent à bord pendant 6 à 9 mois d’affilés selon les contrats. Il n’y pas une heure où il ne se passe rien ! Dans les cuisines, c’est près de 190 personnes qui se relayent jour et nuit pour contenter les estomacs des passagers, et ce près de 20h/24h. Chacun ses spécificités : il y a bien sûr les cuisiniers, les boulangers, les patissiers, ceux dédiés aux pâtes ou aux pizzas (important pour une compagnie italienne) ou encore ceux à la plonge. Je conseille à tous ceux qui se rendront sur un bateau de croisière d’en visiter les coulisses, c’es fascinant (et ça fait partie des excursions) et pour ceux qui ne pourront pas, revenez dans quelques jours, je vous ferai moi-même la visite guidée du MSC Musica !

MSC Musica - Happy birthday

L’équipe d’animation n’est pas inactive non plus. Toute la journée on la retrouve au bord de la piscine ou sur les différents ponts. Le spectacle du soir dans le théatre est bien sûr le moment le plus attendu des croisiéristes (avec les escales). Les spectacles sont préparés par le siège en Italie et une fois l’équipe à bord du bateau, il faut environ un mois pour se caler. Et je vous assure que ce n’est pas facile, surtout pour les danseurs et les accrobates. Le théatre est situé à l’avant du bateau et c’est l’endroit où l’on ressent le plus les mouvements de la mer. Le dernier soir, la mer était un peu plus agitée qu’à l’habitude, autant vous dire que j’étais bien assise. Je ne sais pas comment les danseurs et le gars qui étaient sur des échasses ont fait pour tenir sur scène !

Un univers de passionnés

MSC Musica Caraïbes - en mer

Durant cette semaine dans les Caraïbes, j’ai surtout dévouvert une univers de passionnés et de fidèles. A bord, nombreux étaient ceux à ne pas connaître qu’un bateau de la flotte MSC : de-ci de-là j’entendais des bribes de phrase « le Musica est plus petit que le Spendida non ? », « j’ai fait la première croisière du Preziosa après sa sortie des chantiers de Saint Nazaire, c’était fantastique » « J’ai descendu la côte atlantique l’été dernier, qu’est-ce que ça bougeait »… Bref j’ai trouvé fascinant de discuter avec eux et de m’intéresser par leur biais à cet univers qui m’était inconnu. Certains sont passionnés d’aviation d’autres le sont de marine finalement. Et je les comprends. C’est aussi fascinant de voir un tel bateau flotter qu’un A380 s’envoler.

Bien souvent, ces mêmes croisiéristes connaissent tous les coins de la planète explorables en navire. Si j’ai souvent été frustrée par les arrêts que j’ai trouvé trop courts et qui ne me permettaient que de picorer des lieux, eux viennent pour se faire une idée pour, peut-être un jour revenir, et aller plus loin dans l’exploration de la destination, si le coeur leur en dit. J’avoue qu’à discuter avec eux, j’ai une bonne idée de ce que je ferais si je devais repartir. Sans surprise, je prendrais la direction du nord. Je vous ai déjà parlé de mon rêve de Fjords et bien j’avoue que cela n’a fait que confirmer cette envie quand d’autres m’ont aussi fait rêver avec la mer Baltique. C’est définitivement vers le nord ou vers l’Antarctique que je me dirigerais.

Pour l’heure, même si cette expérience a été formidable en rencontres, c’est à la terre que je vais me consacrer dans les mois à venir. Avant bien sûr, j’ai encore quelques petites choses à vous raconter sur mon expérience à bord et aux escales du MSC Musica alors à très vite !

MSC Musica - le radar

Je suis partie sur le MSC Musica avec la compagnie MSC Croisières. Les choix et contenus éditoriaux des billets produits suite à ce voyage me reviennent.

Tags from the story
More from Adeline

Ecotourisme en Catalogne : 2 jours dans le Delta de l’Ebre

Au sud de la Catalogne, il est une terre du bout du...
Lire la suite

8 Commentaires

  • Je garderais personnellement un excellent souvenir de notre rencontre au cours de cette croisière, cela me conforte dans l’idée que le hasard fait parfois bien les choses 🙂

    Moi aussi j’ai eu le jetlag la 1ère nuit. Bien que couchés vers 23h30 après la grosse journée de voyage, je me suis réveillé une 1ère fois à 2h30 puis ensuite à 4h30 où j’ai décidé de me lever pour aller faire des photos de l’intérieur du navire (c’est mieux quand il n’y a personne ;-)), Valérie elle n’avait pas trop ce problème …

    Sinon la lecture de ton article me rappelle plein de petites choses comme la gentillesse effective du personnel de bord, le sportif que j’ai aussi vu courir plusieurs fois à l’aube sur le pont supérieur, la beauté des paysages dès le lever du soleil, le numéro d’équilibriste sur un navire qui tanguait …

    Nous aurons passé de bons moments à bord et durant les escales, dont certains avec ton agréable compagnie, le bilan de cette croisière est donc positif.

    Sinon moi aussi je serais désormais personnellement plus attiré par une croisière vers le Nord, cela changerait un peu des paysages de cocotiers 😉

  • Aaaah… j’espère que tu vas nous parler des coulisses du navire! C’est assez fascinant ce petit monde en vase clos. On a pas mal d’a priori sur les croisières, et pourtant… J’ai toujours vu çà comme une façon de déguster des endroits, de voir là ou j’aurai envie de revenir en priorité pour en découvrir plus…
    Hâte de lire la suite!

  • Quelle chouette expérience, on ne se doute pas qu’il y a tant de personnes qui oeuvrent dans l’ombre pour que la croisière se passe au mieux … et la taille de ces paquebots m’impressionne toujours, c’est si haut !

  • Ah ça me fais plaisir de voir un MSC de l’intérieur, j’ai grandis à Saint-Nazaire où j’ai vu plusieurs paquebots de construit sous mes yeux (les Queen Mary II aussi !) mais jamais de l’intérieur… 🙁
    A faire donc !

    • Ravie de pouvoir te faire plaisir Moumi ! Je suis passée plusieurs fois devant les chantiers de Saint Nazaire et c’est vrai que c’est impressionnants de voir l’évolution de la construction de ces géants. Comme toi j’aurais rêvé aller en visiter un avant sa première sortie en mer 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *