Transition

Difficile de reprendre la plume après la semaine qui vient de s’écouler. Cette semaine de janvier devait être la première d’une nouvelle année comme une autre, celle de la reprise, celle des voeux, celle des premières galettes des rois, celle des sourires… Les tarés qui se sont attaqués à Charlie Hebdo en ont décidé autrement !

De mon côté j’avais prévu ce jour là de reprendre mon clavier pour vous parler de futilités : d’une journée à Versailles, de la magnifique exposition sur Garry Winogrand au jeu de Paume à Paris, de mes coups de coeur à Singapour ou du voyage en solo, mon sujet de prédilection. Le débordement d’émotions, l’incapacité d’écrire et surtout le coeur qui n’était pas à ce partage m’ont freinée dans cet élan. Place au choc, aux larmes, à l’incompréhension, au vide, à la révolte, aux questions. Pourquoi ? Et puis hier à l’espoir ! Et demain ?

Je ne pouvais pas reprendre ma plume comme si de rien n’était. Il fallait que je vous parle, que je vous dise combien j’ai été submergée par l’émotion. J’avais besoin de cette transition, d’évacuer ces hiers noirs pour vous parler de demains roses.

Je suis charlie 7 janvier 2015

Ce 7 janvier, l’information de l’horreur est venue d’abord des réseaux sociaux puis de la radio. Le choc. D’abord des questions. Comme les enfants, beaucoup de « pourquoi » ! Ensuite les larmes. Des pensées pour ceux qui sont morts, leurs familles, leurs amis mais aussi pour les vivants qui ont vécu ce drame de l’intérieur. Comment vivre ou survivre après une telle barbarie ? Comment vivre ce moment qui dépasse tout le monde et qui finalement ne leur appartient pas, déjà plus… Leur femme, leur mari, leurs amis sont morts mais eux comment vont-ils ? Le temps médiatique d’une telle information va trop vite pour penser à tout ça.

En voulant tuer Charlie Hebdo, ces barbares ont touché à la liberté d’expression mais personne ne s’est tue. Je suis Charlie est apparu sur le fil twitter de Joachim Roncin, un directeur artistique qui ne trouvait pas de mots pour s’exprimer et qui vite a été dépassé par les événements. Je l’ai adopté sans vraiment réfléchir au sens. Je me suis reconnue. C’est tout. Moi non plus je ne trouvais pas les mots et je n’ai pas le don du dessin malheureusement. Le lendemain de ce terrible événement, le dessinateur Plantu déclarait sur Europe 1 « L’art sera toujours plus fort que l’intolérance » et les artistes se sont exprimés à la fois avec sensibilité, gravité et humour. Des 4 coins de la planète ont afflué des dessins, des textes, des chansons et des créations. Le choc et l’incompréhension ont fait place à la solidarité et l’expression. Quelle qu’elle soit !

Le reste on le connait les 2ème et 3ème phase d’attentats tous aussi horribles que le premier et les lendemains qui chantent un peu pour la France. Pour une fois ! La France touchée dans son âme, se serre les coudes et sort dans la rue tandis que le monde la regarde, ému et solidaire.

Dans ce monde où je vis, il y a des hommes avant d’y avoir des religions ou des couleurs et il y a des cultures différentes à appréhender avant d’y avoir des frontières. Mon passeport est français mais je me sens avant tout citoyenne du monde. Avec tous ces voyages, parfois dans des pays où la liberté d’expression n’existe pas, où les femmes ne sont pas les égales de l’homme, je pose parfois un regard un peu sévère sur la France et sur les français je l’avoue. Ceci étant, à mon retour de tour du monde, je me suis souvent dit que j’avais de la chance d’être née ici. La vie n’est pas plus rose ailleurs. Non. Les événements de cette semaine et tous les rassemblements qui ont eu lieu ce week-end ont fait ressurgir nos valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité et nous avons montré une France qui sait s’élever, s’unir et parler d’une même voix dans les moments difficiles. Je retrouve un peu de fierté d’être française.

Mon souhait pour 2015 est que cette jolie France, pas celle des politiques mais celle du peuple, celle qui s’est dévoilée hier unie, soudée, solidaire, puisse rester ainsi et fasse tomber ses barrières de l’intolérance tant au niveau des races, des religions que de la sexualité ! Que ces défilés de millions de personnes à travers la France et le monde ne soient pas que le rassemblement et l’unité d’un jour mais celui d’un demain meilleur.

Liberté, Egalité, Fraternité, hier, aujourd’hui, demain, c’est ça JE SUIS CHARLIE. Une page se tourne, à nous d’écrire les suivantes, avec notre liberté d’expression bien sûr !

Pour finir je voudrais partager 2 vidéos :

Le spot de soutien à Charlie Hebdo de Reporters sans frontières

Et la chanson #jesuischarlie de Grand Corps Malade


Grand Corps Malade – « Charlie » – #JeSuisCharlie par culturebox

More from Adeline

Hey, Lundi je pars à l’ile Maurice !

A peine rentrée de l'Océan Indien que me voilà déjà en train de...
Lire la suite

4 Commentaires

  • Je me retrouve parfaitement dans ton billet. Merci.

    Expatriée à Singapour depuis 9 ans, je porte aussi un regard parfois dur sur la France. Mais la façon dont les Français du monde entier se sont unis dans cette tragédie m’a aussi beaucoup émue et m’a fait retrouver de ma fierté d’être française.

    Cela me conforte aussi dans le fait de faire découvrir le monde à mes deux garçons, et ce dès le plus jeune âge, afin de leur ouvrir les yeux sur les différences qui existent dans la diversité des cultures qui nous entourent mais qui constituent une source exceptionnelle de richesses et ne doivent jamais devenir quelque chose qui leur fait peur. Vive la différence, vive les citoyens du monde et vive la liberté d’expression !

  • Moi aussi, expatrié en Algérie, j’ai finalement décidé de monter sur Paris pour participer à la marche, étant donné que l’État d’urgence interdit ici les rassemblements.

  • C’est étrange je lis cet article que tu as écris il y a 12 jours déjà et en lisant ces mots je ressens de nouveau toute la violence des sentiments, positifs ou négatifs, qui nous ont submergés en ce début du mois de janvier.
    C’est un très bel article en tout cas, et je retrouve ton blog avec plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *