Birmanie #2 : Fenêtre ouverte sur le monde ?

Arrivée à Kalaw en pleine nuit après 12h dans un bus non climatisé et de surcroit assise au-dessus du moteur en surchauffe, je trouve enfin un peu de fraîcheur. En effet, située à plus de 1300 m d’altitude, cette ville me permet de respirer un peu après avoir vécu quelques jours dans une atmosphère humide de pré-mousson à Yangoon et une aventure de bus comme seule la Birmanie en réserve. Kalaw est connue pour ses treks et notamment celui qui mène au lac Inlé en passant par de nombreux villages reculés. C’est l’occasion de visiter quelques ethnies, celles-ci mêmes qui subissent le plus d’oppression de la part de la junte militaire.

Durant ce trek, nous sommes accueillis par des familles pour déjeuner. L’occasion de partager un peu de leur vie et de leur offrir un peu des nôtres. Dans ce village, nous sommes d’abord abordés par des enfants, comme un peu comme partout en Asie d’ailleurs. Après quelques minutes à jouer avec ces petits mignons, nous sommes invités à laisser nos chaussures aux pieds de la maison afin de monter déjeuner chez ce couple. Nous bénéficions d’un accueil des plus chaleureux et des plus souriant. Leur habitat est très simple : une maison sur piloti faite de bambou tressé. A l’intérieur, deux pièces. Une pièce principale où toute la famille (composée d’une dizaine de personnes) mange et dort sur des nattes et une cuisine.

Ce jour-là, toute la famille se réunit autour de nous pour nous regarder manger. C’est un peu gênant mais les échanges seront riches : pose de vernis à ongle sur les ongles des femmes, découverte de l’appareil photo pour les enfants, sourires, caresses de cheveux et observation, très longue observation des peaux blanches. Et oui, les blancs et les cheveux blonds et roux ne courent pas les chemins en ces contrées reculées.

Pour les remercier de leur accueil et selon les conseils de notre guide, nous laissons quelques cadeaux. Ce sont principalement des cahiers, des crayons, des brosses à dent et du dentifrice. Attention si vous aussi partez en Birmanie et voulez emporter quelques cadeaux, éviter les bonbons, les dentistes ne courent pas les campagnes, et surtout offrez les cadeaux à un adulte qui saura les répartir selon les besoins de chacun et de façon équitable entre les habitants du village. Pour les femmes, les petits échantillons de parfum font fureur.

Après ces quelques heures d’échanges, le couple a bien voulu poser pour nous à la fenêtre de leur cuisine. Une magnifique photo en souvenir de quelques heures inoubliables.

Tags from the story
More from Adeline

Calendrier de l’Avent #11 : le Berry c’est sexy !

Grand moment d'évasion pour cette 11ème fenêtre de mon calendrier de l'Avent...
Lire la suite

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *