Voyager pour se sentir vivre

Rien n’arrive au hasard. Oh que non.

Vous avez pu le constater, cet été ce blog a tourné au ralenti. Cela fait des mois que je me pose des questions existentielles. Quels sens donner à mes voyages ? A ce blog ? A ma vie peut-être. J’avais besoin de me poser pour réfléchir. J’avais besoin de m’éloigner un peu de ma vie numérique pour revenir dans ma vie réelle.

J’ai mis le mode pause et j’ai voyagé en France. Retour à l’essentiel. Voyager pour moi. Il y a eu mon voyage à Nantes chez ma soeur, mon retour en Berry en famille, des bières, des diners entre potes à Paris histoire de refaire le monde et dernièrement la Provence chez mon amie Carolyn. Un été fait de bonheurs simples, de retours aux sources. Un été salvateur. Enfin je crois.

voyager pour vivre

Trouver un trésor, être émue

Durant ce voyage et notamment lors de ma semaine dans le Berry à la recherche des parfums de mon enfance, j’ai trouvé un trésor. J’ai même envie de vous dire une pépite d’or. Je vous en parlerai un jour. Ce n’est pas encore l’heure mais sachez que celle-ci fait remonter en moi des souvenirs, des émotions liées à ma vie, à mes racines, à mes voyages et au sens de ceux-ci. De cette pépite naitra je l’espère un nouveau projet. De voyage bien sûr !

Parallèlement à ce fait très important dans cette phase de questionnements, il y a eu la diffusion du reportage sur les carnets de voyage dans le magazine Envoyé spécial sur France 2. Je n’y fais qu’une légère apparition avec le collectif des blogueurs voyage aux côtés de Julie en Catalogne mais suffisamment pour que Pascal, un nouveau lecteur (bienvenue chez moi), me demande après quoi je cours avec tous ces voyages et si je n’ai pas peur de perdre mon âme à faire des projets marketing.

Bonnes questions. Elles coïncident avec celles du moment.

Voyager pour vivre

J’ai toujours détesté la routine et suivre le shéma de vie que la société nous impose. J’aime l’imprévu, les surprises du coin de la rue, les émotions. Tout sauf la répétition. Copie/Colle Non merci !

Je rencontre de nombreux voyageurs qui veulent battre des records. Qui collectionnent des destinations comme d’autres collectionnent des médailles. Je ne suis pas de celles qui veulent rentrer au Guiness book ou éblouïr avec des chiffres. La compétition n’a jamais été mon truc et j’ai toujours trouvé idiot de savoir combien de pays j’avais visité, je préfère multiplier des moments de vie, ceux-là même qui composent mes souvenirs de voyage, qui m’inspirent, qui me rendent heureuse. Ces moments sont intenses, éphémères ou durables, surtout authentiques et essentiels pour « faire » mon voyage. La destination n’a que peu d’importance même si elle reste bien sûr à jamais liée à ces instants de vie. Je peux partir n’importe où et trouver mon bonheur.

Du coin de ma rue à l’autre bout du monde.

Je voyage pour vivre et non pour voir ou collectionner.

Oui dans mes voyages, je crois que je cours tout simplement après la vie.

J’ai envie de me sentir toute petite face à la nature comme ce jour où j’ai croisé un ours au Yukon ou celui où je me suis laissée embrasser par un loup en Norvège.

J’ai envie de retrouver l’humilité face à des hommes qui dédient leur vie à des croyances ou des causes comme Yuri à Cuzco au Pérou ou Angelo à Sylt en Allemagne. J’ai envie de rencontrer des gens passionnés comme Yvan sur les bords de Loire de mon Berry natal.

J’ai envie d’être émue comme ce jour où une vieille femme m’a offert deux bracelets dans un bus en Inde.

J’ai envie de ne pas oublier la chance que j’ai d’être née au pays des droits de l’homme. J’ai vraiment pris conscience que j’ai eu cette chance lorsque je me suis plongée dans le monde des mineurs de Potosi en Bolivie.

Sortir des sentiers battus ou de ma zone de confort m’importe peu. On peut trouver l’exceptionnel à côté de soi et le meilleur exemple autour de moi aujourd’hui est certainement la Diagonale du vide, le projet de Mathieu Mouillet.

La liberté pour moteur

Oui j’ai envie de me sentir libre et pas contrainte à rester derrière un bureau en ayant l’impression de ne pas profiter de la vie. Enfermez-moi et je finirai par regarder par la fenêtre. Mettez-moi dehors et je trouverai forcément un musée à visiter, une histoire à raconter, une photo à prendre, un coin de nature pour méditer, quelqu’un avec qui partager un moment de vie. C’est comme ça que je me sens exister.

Mon plus lointain souvenir de voyage à l’étranger remonte à mon enfance. J’avais 7 ans je crois. Plusieurs étés de suite nous sommes partis Valence en Espagne en vacances en famille. Un soir de cet été-là mon frère et moi avions été odieux au diner. Pour nous défouler, nos parents nous ont envoyé courir sur la plage. Seuls. 1er sentiment de liberté en voyage et visiblement pas le dernier.

Je n’ai rien à prouver à personne. Rien à apprendre à personne non plus. Chacun voyage comme il le souhaite. A chacun aussi de se faire ses propres expériences. Moi je ressens juste le besoin d’apprendre des autres.

J’ai envie d’apprendre encore et toujours. Aller à la rencontre d’histoires comme toutes celles citées plus haut ou celle de Gandhi en Afrique du sud. Aller à la rencontre d’histoires les plus simples aux plus exceptionnelles pour constuire la mienne. Je suis à la recherche de bonheurs et de rencontres simples, d’histoires inspirantes. A partager ici, pour transmettre, donner envie et avant tout montrer que rien n’est impossible ou inaccessible.

Ne pas perdre son objectif pour garder son âme

Dans ma quête de cet été, j’ai trouvé l’essentiel : je veux être moi. Je souhaite que l’on retrouve ici les valeurs d’ouverture, de générosité, de tolérance que m’ont inculqué mes parents. Je souhaite transmettre, inspirer et surtout garder ma ligne directrice. Celle-là même que j’avais imaginé lorsque j’ai créé mon blog en 2009.

Je vais continuer à raconter des histoires, trouver les émotions justes, fortes je l’espère. Je vais arrêter de vouloir répondre à des codes, de suivre des règles. Tout cela ne me ressemble pas et surtout je m’ennuie dans ce type de shéma. Je vais me concentrer sur mon écriture, la photo et le voyage en solo, ma plus grande source d’inspiration. Je souhaite surtout vivre intensément les moments présents pour retranscrire au mieux mes sentiments.

Génération Carpe Diem peut-être !

Je n’ai pas honte de le dire, mon bonheur se trouve dans la simplicité. Je souhaite partir à la recherche de certains souvenirs, de creuser certains sujets qui me sont chers. Aller à la rencontre de ce qui me ressemble. Ici et ailleurs.

Aujourd’hui j’ai la liberté de choisir les moments que je passe derrière un bureau et ceux que je passe à l’extérieur. Je suis en train de trouver un équilibre que j’aime bien. J’aime ma vie ici en France et j’aime ma vie sur la route. Aujourd’hui ces deux univers sont indissociables.

Je n’ai plus peur de perdre mon âme. Je sais ce que je recherche quand je voyage.

Ce n’est pas facile de vivre de sa passion surtout quand on a, comme moi, le voyage introspectif. A moi d’être claire pour que les projets que j’accepte me ressemblent et puissent générer des émotions. Ce qui, soit dit en passant, a toujours été un moteur ici. La personnalité de mon blog est ma force. La perdre serait ruiner toutes les fondations qui m’ont menée jusqu’ici. A ceux qui souhaitent travailler avec moi de me faire confiance. Ils auront tout à y gagner.

Rien n’arrive au hasard. Non.

Les questions que l’on se pose. Celles que l’on nous pose.

Les trésors que l’on (re)trouve au moment où il faut, juste quand il faut.

Les réponses se trouvent dans les signes. Faire confiance à la vie. Connaitre et comprendre son passé pour avancer vers l’avenir.

Vivre au présent. Etre soi tout simplement.

Le voyage est en moi. Inscrit dans mes gènes je crois.

Pour ne rien rater de mon actualité, n’hésitez pas à me suivre sur Facebook, Instagram, Twitter et Pinterest.

Dernière mise à jour par le .

More from Adeline

I love les pingouins

J'aime les pingouins ! Il aura fallu que j’entame le 11ème mois...
Lire la suite

37 Commentaires

  • Magnifique texte ! Reste comme tu es Adeline tu as du inspirer des dizaines de jeunes filles également en quête de liberté et d’émotion je sais de quoi je parle 😉 a bientôt Solene

  • Bonjour Adeline,
    Merci pour cet article qui m’a vraiment touché car il fait écho dans mon coeur et dans mon esprit.
    Reste celle que tu es car tu nous donnes la motivation de croire que nos rêves peuvent devenir réels (si on se met on coup de pied aux fesses :)).
    J’espère que tu trouveras ce que tu recherches et que ton voyage des émotions durera aussi longtemps que possible.
    Tatiana

  • Reste toi même, profite de ce que tes voyages t’apportent!
    Ce que je peux te dire en tant que lectrice, c’est que tes photos sont magnifiques, tes articles uniques! Tu retranscris de façon tellement juste ce que l’on ressent en voyageant, en rencontrant des gens si différents, et si proches en même temps! Merci de nous faire partager tout ca! Ca nous enrichit nous aussi!

  • Encore un très joli partage. Je me retrouve dans ta quête de vérité… « Voyager pour vivre » est un bien beau credo ! Combien de fois me suis-je surprise à regarder par la fenêtre depuis mon bureau? Eclairée par les jolies parenthèses ouvertes par le blog, j’ai trouvé beaucoup de réponses à mes questions ces derniers mois… Écrire, voyager, partager sont les moteurs qui me guident sur une voie qui se rapproche chaque jour un peu plus de mon Graal. Belle continuation, Adeline! Je te souhaite de nombreuses belles nouvelles rencontres, de chouettes projets, des voyages etc 😉

  • Très bel article … Je me retrouve dans ce dernier et suis d accord avec toi … Combien de fois je regarde par la fenêtre … Rêvant …. Je veux continuer de voyager a ma façon ….. Merci pour ce magnifique article

  • Vos articles sont super .
    Je ne suis plus de toute première jeunesse …..mais en vieillissant le virus du voyage me titille de plus en plus ,j’ai 60 ans sur papier ,mais mon cœur et mon âmes en ont 30 ….je vais toujours de l’avant rien que de penser à mon prochain voyage accompagnée ou en solo .

  • Quel magnifique article ! J’ai toujours plaisir à te lire, mais là j’avoue que je pourrais lire et relire de nombreuses fois ce texte tellement il me touche ! Ta sincérité et ta sensibilité fait qu’on se sent proche de toi. Continues à nous faire rêver ! et à nous inspirer 🙂 ! Bises !

  • Ce sont les autres qui te permettent de réfléchir à savoir ce que tu fais, pourquoi tu le fais et ce que tu veux réellement. On part ailleurs à la recherche de ressemblances à travers toute nos différences et c'est ça qui est beau dans le voyage, ça nous aide à nous épanouir 🙂 Bonne continuation !

  • Je n’ai pas grand chose d’autre à ajouter aux commentaires précédents à part.. Merci pour ce beau texte ! Je pense que nous sommes quelques uns à nous y reconnaître, et tu le dis si bien 🙂

  • Hey ! Merci pour le clin d’oeil 🙂
    J’arrive avec un peu de retard, mais c’est aussi un peu la diagonale du vide du côté du wifi…

    Tu as raison de t’écouter. On ne fait pas les choses pour les autres mais pour soi. À commencer par les voyages. Je suis tombé sur cette phrase qui m’a plu : « Ce n’est pas la montagne que nous conquérons, c’est nous même. » Je trouve qu’elle te va bien !

    Et je serais bien curieux de savoir ce que c’est, cette petite pépite que tu as trouvée… Tu vas finir par revenir t’installer au fin fond de ton Berry natal ? Ce serait marrant 🙂

    La bise

    Mat

    • De rien Mathieu 🙂
      C’est vrai qu’elle est sympa cette petite phrase. Je la fais mienne tu as raison 🙂
      Sinon concernant ma pépite, un peu de patience. Elle a ses origine dans le Berry mais raconte une autre histoire. Je n’en dirai pas plus 🙂

      Bises

  • Je me suis posé la même question quand j’ai vu le reportage ou vous apparaissez. Est ce que se faire sponsoriser ne tue pas l’âme d’un voyage ? C’est sûr qu’au point de vue financement on en est toujours environ au même point ici : on ne refuse pas de se faire inviter. Mais je trouve que ça brise quelque chose dans le Voyage quand même. J’espère que tu vas retrouver la raison qui te pousse à voyager et que tu vas le trouver cet équilibre que tu recherches !

  • C’est un très bel article Adeline ! Après avoir passé quelques jours avec toi, je peux te dire qu’on ressent très clairement ta passion pour le voyage, pour les petits détails et les moments simples. Ce fut un plaisir de te voir appareil en main a la découverte de Milan 🙂 Ta sincérité se sent et se ressent alors ne change surtout pas 🙂

  • J’aime bien lire tes posts car je te trouve « décalée » (au bon sens du terme s’il devait en avoir un autre…). Tu ne ressembles pas aux autres blogueurs parlant de voyage. Je trouve ça très touchant que tu ne veuilles pas « vendre ton âme au diable » et que tu le dises, simplement.
    Revenir (rester) à l’essentiel, à ce que tu es, ce que tu aimes, ce n’est pas toujours évident mais tu sembles être dôté d’un caractère relativement fort! 😉
    Merci de partager tout ça avec nous et merci d’être toi!

    • Merci Alice pour ton petit mot 🙂 La remise en question est nécessaire de temps en temps. Rester soi est essentiel sinon on se perd. Je n’ai pas envie de ça alors j’anticipe 🙂

  • Quel article !
    Je découvre seulement ce blog, c’est mon troisième article et bien que j’ai énormément appréciée les autres, je ne me suis pas senti obligé d’écrire comme pour celui-ci !

    Bravo !

  • Aujourd’hui j’ai un sentiment semblable au tien. En fait ça fait quelques mois. Ça fait vraiment du bien savoir qu’on est pas seul, bien que je supporte bien la solitude moi aussi. J’ai l’impression de travailler très très fort pour peu de résultats alors je me remet en question. J’ai terminé mes études en photographie et une chose est sûre: voyager me fait sentir bien. Mes valeurs sont moi aussi un aspect majeur de ma vie. J’ai confiance en l’avenir, je sais que je découvrirai le monde et que je récolterai de nombreuses aventures !! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *