3 jours à Kampot – Récit & conseils pratiques

Lors de mon séjour de 3 semaines au Cambodge, je me suis posée 3 jours à Kampot pour fêter le nouvel an Khmer. Je gardais un joli souvenir de ma fête de Songkran en Thaïlande et j’avais dans l’idée de revivre ce moment d’une manière toute aussi traditionnelle au Cambodge. C’est donc vers la région où est cultivé le célèbre poivre de Kampot que je me suis dirigée. Retour sur ces 3 jours, pas du tout arrosés, mais dont je reviens avec de jolis souvenirs.

3 jours à Kampot, récit et conseils pratiques pour organiser son voyage #cambodge

3 jours à Kampot pour découvrir la région

3 jours, c’est le minimum à passer à Kampot pour profiter de la région. Très honnêtement j’aurais pu en passer au moins 2 ou 3 de plus histoire d’aller à Kep, à Koh Tonsay (l’île du lapin) et de découvrir le parc national de Bokor. J’arrivais malheureusement à la fin de mon séjour et devais rejoindre Phnom Penh.

  1. Kampot, du poivre et des offrandes
  2. Journée verte le long du fleuve
  3. Le nouvel an Khmer au Cambodge
  4. 3 jours à Kampot : carnet pratique
    • Arriver à Kampot
    • Se déplacer autour de Kampot
    • Se loger dans la région de Kampot
    • Fête religieuse : respecter les traditions
    • A mettre dans sa valise

Kampot, du poivre et des offrandes

Je suis arrivée la veille du nouvel an à Kampot. Après avoir posé mon sac dans la jolie pension Kampot Cabana, c’est en vélo que je pars à la découverte du centre ville. C’est une cité tranquille où il fait bon flâner et se poser. Elle pourrait très facilement rejoindre cette liste de villes où il fait bon s’arrêter que j’avais établie après mon tour du monde.

Le charme de Kampot réside dans ses vieilles maisons de commerce au volets colorés, construites au XXème siècle par des marchands chinois, et par le fait qu’elle se situe en bord de fleuve. Le pouvoir de l’eau sur la zénitude d’une ville, on s’en parle ?

Jolie rue de Kampot - Cambodge

Vie dans les rues de Kampot, Cambodge
Joie de vivre à Kampot, Cambodge
Happy hour à Kampot, Cambodge

Je passe donc mon après-midi à flâner dans Kampot, m’asseoir siroter un jus de fruit et papoter avec mes rencontres éphémères.

Dans ma pension, je rencontre Chloé et Ninon, deux étudiantes en école d’infirmière en stage à Phnom Penh, et c’est donc avec elles deux que je vais découvrir les environs le premier jour des célébrations du nouvel an Khmer. Nos objectifs : une pagode et la visite d’une plantation de poivre de Kampot.

Nous suivons les bons conseils de Marylou, la propriétaire de notre pension, et nous arrêtons au Wat Traeuy Kaoh avant d’aller visiter la Plantation pour en savoir plus sur la célébrité locale : le poivre !

Jour d’offrandes à la pagode Traeuy Kaoh

Nous arrivons un peu tôt à la pagode. Nous décidons donc d’aller nous balader dans le village de pêcheurs voisin. Les magasins sont bien rangés, les maisons sont propres, de l’encens brûle sur les petits temples installés à chaque entrée… Il semblerait que tout le monde soit prêt à célébrer cette nouvelle année.

Village de pêcheur à Kampot, Cambodge
Village de pêcheur à Kampot

Maison du village de pêcheur à Kampot - Cambodge

Epicerie du village de pêcheur à Kampot
Epicerie du village de pêcheurs à Kampot

De retour à la pagode, nous remarquons l’agitation. Nous nous asseyons au fond du temple. Les gens sont apprêtés, viennent en famille avec leurs offrandes de nourriture. Il y a ceux qui prient, ceux qui font des donations d’argent et même ceux qui comptent les bénéfices pour la pagode ! L’ambiance est familiale et festive.

Nouvel an Khmer dans une pagode au Cambodge

Le jour du nouvel an Khmer, on compte la recette des offrandes - Cambodge
Jour de rassemblement familiale à la pagode - Cambodge

Offrandes au temple, le 1er jour du nouvel an khmer au Cambodge

J’aime cette ferveur. J’ai toujours aimé aller dans les temples en Asie du sud-est. M’asseoir et regarder. Ne penser à rien. Méditer.

Nous attendons la prière des moines mais ces derniers se font attendre alors, après au moins deux heures à flâner (et sourire), nous décidons de continuer notre route. La fête se déroule à l’extérieur aussi. Les petites filles ont de jolies robes. Le vendeur de sirop glacé a du succès !

Vendeur de glace de Kampot un jour de nouvel an khmer
Vendeur de glace au temple de Kampot

Nous reprenons nos scooters et partons en direction de La Plantation. La circulation est dense alors nous sommes heureuses de vite bifurquer sur un chemin de terre rouge.

Sur la route, nous nous arrêtons dans un temple où nous sommes cordialement invitées par une famille à nous asseoir sur leur natte. Il est tard et la ferveur est redescendue dans ce petit village. Ils nous offrent le reste de leur déjeuner. Ces boules de riz gluant cuites au lait de coco qu’ils nous ont offertes, sont un véritable délice.

Temple dans les environs de Kampot, Cambodge

Portrait du Cambodge
Portrait au temple à l'occasion du nouvel an Khmer au Cambodge

Après un don au temple, nous reprenons notre route. Nous nous serions bien arrêtées faire une partie de pétanque dans ce bar mais la journée avance sans qu’on ne la voit passer, alors nous avançons.

Une petite pétanque au Khmer root café à Kampot, ça vous tente ?

Nous arrivons à la Plantation où une visite en français nous attend !

Découverte du poivre de Kampot

La Plantation est une ferme certifiée bio créée par Guy et Nathalie Porré, un couple franco-belge tombé amoureux de la région de Kampot. Sur ce terrain, acheté en 2013 et très bien situé au pied du parc national de Bokor, ils ont créé leur plantation en recrutant l’un des experts du poivre de Kampot pour les aider dans cette tâche.

Le sublime bâtiment traditionnel khmer à la Plantation, domaine de plantation de poivre de kampot #cambodge

Ce sont les chinois qui ont apporté ce savoir-faire au 13è siècle en cultivant du poivre venu du Kerala en Inde. L’adéquation entre le climat, la qualité du sol et le savoir-faire local en font un poivre adoubé des plus grands chefs de la planète.

Mais il revient de loin ce poivre. Durant la guerre civile dans les années 70, sa culture a été abandonnée. Elle renait doucement depuis les années 2000. La reconnaissance de sa qualité est venue assez vite puisqu’en 2010 a été mis en place une IGP (indication géographique protégée) qui depuis, oblige les planteurs à répondre à un cahier des charges très stricte.

En arrivant, je suis frappée par la très belle maison khmer qui accueille les visiteurs. Un chef d’oeuvre en bois ! J’apprendrais plus tard que le couple fait beaucoup pour les cambodgiens. D’abord, il soutient l’école locale en fournissant du matériel et ensuite, il soutient les architectes khmers pour la reconstruction des bâtiments historiques brûlés durant la guerre par les khmers rouges.

L’emplacement de la Plantation est vraiment magnifique. La visite est gratuite et, après les quelques explications sur la culture, nous partons faire un petit tour dans les plantations pour voir comment il pousse, est entretenu, ramassé puis trié.

Grain de poivre de Kampot encore sur pied #cambodge
Présentation du poivre de Kampot à la Plantation

Tri des grains de poivre de Kampot à la Plantation - Cambodge

Au retour nous nous arrêterons diner ou déjeuner, nous n’avons pas vu l’heure passer, dans un petit coin prisé des cambodgiens en bord du lac secret. Le poivre et les durians, les deux stars locales, sont bien sûr présentes !

Le poivre de Kampot et les durians partout où on passe au Cambodge

Curieusement, et j’ai limite été déçue, nous n’avons pas été arrosées de la journée. Contrairement à la Thaïlande où on s’arrose pendant 3 jours durant Songkran, ici je n’ai pas vu l’ombre d’un seau, d’un tuyau ou d’un pistolet à eau !

Nous rentrons à la pension bien heureuses de cette journée simple et riche à la fois.

Retour en haut

Journée verte à Kampot

Le lendemain Chloé et Ninon retournent à Phnom Penh. De mon côté, je suis de nouveau les conseils de Marylou et part faire la boucle le long du fleuve. Objectifs : tour en kayak à la cathédrale verte, déjeuner et baignade dans le fleuve à la greenhouse. Tout est vert dans le coin 😉

Découverte du marché de Kampot

Avant ce périple, je commence par une petite errance dans les allées du marché de Kampot. Légumes, fruits, poissons, les marchés asiatiques sont assez uniques en leur genre et méritent toujours un détour pour se balader ou même manger. J’achète quelques fruits et c’est parti pour une journée zen !

Marché de Kampot, Cambodge

Je quitte Kampot en direction de la cathédrale verte pour un tour en kayak.

La bucolique cathédrale verte

La cathédrale verte est une boucle d’eau entourée d’une végétation luxuriante à faire en kayak. Située sur le fleuve, à deux pas de l’Eden Eco village, elle se découvre tranquillement, à son rythme. Le long de la route, quelques petites compagnies vous louent un kayak pour faire ce tour très bucolique. C’est tout calme et c’est bien chouette à faire. Bon j’ai trouvé l’eau assez polluée par des bouteilles en plastiques et autres déchets en tous genres, mais sinon c’est chouette.

La cathédrale verte et sa végétation luxuriante à faire en kayak lors d'un séjour à Kampot - Cambodge

Kayak sur la cathédrale verte à Kampot, Cambodge
La cathédrale verte, un canal à la végétation luxuriant à découvrir à Kampot au Cambodge

De temps à autre on y croise d’autres bateaux ou kayaks mais pas d’embouteillages sur les canaux, loin de là !

Déjeuner & baignade à la Greenhouse

Je reprends mon scooter et prends la route qui longe la rivière. Je dois retrouver le ferry (ou plutôt le bac) pour la traverser et rejoindre la route de l’autre côté.

Le bac est une aventure. Avec tous mes potes en 2 roues 🙂

Passage de fleuve à Kampot

La greenhouse est une guesthouse avec un restaurant gastronomique située légèrement en retrait de Kampot, le long du fleuve. La maison principale est un bâtiment historique de Phnom Penh voué à la destruction et qui, par chance, a trouvé un repreneur. Il a donc été démonté puis remonté ici. A Phnom Penh elle abritait le Snowy’s, un célèbre bar de la capitale.

La maison en teck est vraiment sublime et à elle seule mérite le détour. Le restaurant aussi, même si les prix ne sont pas donnés (comparés aux prix habituels du Cambodge). L’avantage c’est qu’après on peut profiter de l’après-midi au bord du fleuve. Après un bon déjeuner, je file donc dans l’eau qui est très propre à ce niveau-là. C’est rafraichissant et ça fait du bien à cette période de l’année où la chaleur est accablante au Cambodge.

Greenhouse, une très belle adresse à Kampot

Greenhouse à Kampot, Cambodge
Galerie de la Greenhouse à Kampot au Cambodge

Détente à la greenhouse à Cambodge

Après ces quelques heures de détente, je reprends doucement ma route vers ma pension.

Ainsi se terminent mes 3 jours à Kampot. Une dernière soirée au Kampot Cabana avant de me diriger vers Phnom Penh pour mes derniers jours au Cambodge. C’est vraiment chouette par là. Je serais bien restée quelques jours de plus à flâner dans les alentours et notamment aller à Kep pour goûter le fameux crabe. On ne peut pas tout faire. Tout est question de choix quand on voyage.

Sur les conseils de Marylou, je ne suis pas non plus allée dans le parc national de Bokor. Au moment du nouvel an Khmer « beaucoup de familles cambodgiennes y vont et la route, déjà dangereuse, l’est encore plus » m’a t-elle dit. Elle m’a donc fortement déconseillé d’y aller me proposant plutôt cet itinéraire de la cathédrale verte à la greenhouse. C’était un très bon choix.

Je n’ai pas eu le nouvel an auquel je m’attendais, comprendre la fête dans les villages et les batailles d’eau, mais j’ai vécu 3 jours hyper sympas à Kampot. Un séjour emplit de recueillement, de sourires et de générosité.

Très simple, très zen. Comme j’aime.

Retour en haut




Le nouvel an Khmer au Cambodge

Le nouvel an Khmer, appelé Chaul Chnam Thmey, se déroule mi-avril et c’est l’une des fêtes les plus importantes de l’année. La saison sèche touche à sa fin, l’air est chaud et humide ! Ressenti : 40°C minimum.

Les 3 jours sont fériés au Cambodge et il est de tradition de fêter le nouvel an en famille. Offrandes à la pagode, grand nettoyage de maison et cadeaux ponctuent ces 3 jours. Dans les campagnes on se livre normalement à des batailles d’eau. Je n’en ai pas vu une seule !

Il est aussi de tradition pour les Khmers d’aller célébrer ce passage à l’année suivante à Angkor. J’y étais 10 jours avant et la fête s’annonçait grandiose autour d’Angkor Vat, le plus célèbre de tous les temples.

3 jours à Kampot : carnet pratique

Vous l’aurez compris une vie simple et tranquille vous attend à Kampot. Voici quelques éléments pour vous aider à préparer votre séjour :

Arriver à Kampot

La ville de Kampot est située à 2 heures de Sihanoukville et 3 heures environ de Phnom Penh (tout dépend des embouteillages à la sortie de la ville). Pour regarder les horaires ou les prix, je vous conseille le site 12go.asia ou bookmebus.com. J’ai testé les deux et ça marche très bien (et pas besoin d’imprimer le eticket).

Sur des petites distances comme celles-ci, j’ai pris la compagnie Giant Ibis et c’était bien. J’aurais hésité sur une plus longue distance (j’ai largement préféré la compagnie Mekong Express).

Se déplacer à Kampot

La ville de Kampot se découvre très facilement en vélo, même si sous le soleil, un taux d’humidité au plus haut et un ressenti de température de 40°C, ça peut être rude.

Pour aller découvrir les alentours, je vous conseille plutôt de louer un scooter en faisant très très attention à vous. Soyez prudent, la circulation est assez sportive sur les grands axes. J’ai essayé de les éviter au maximum.

Avant de louer un scooter, je vous conseille de vérifier l’état des freins. Ils ne sont pas tous en bon état et mieux vaut les tester avant le départ que de s’en apercevoir sur la route et risquer un accident.

Attention je ne le répèterai jamais assez : louer un scooter en Asie peut s’avérer très dangereux. Ne prenez pas de risques incongrus. Si vous n’en avez jamais conduit, n’en louez pas. Si vous montez derrière quelqu’un, faites attention à qui vous faites confiance. Si vous conduisez, conduisez lentement en faisant bien attention à ce qui vous entoure et évitez les grands axes où la circulation est dense. 

Se loger à Kampot ?

Il y a une offre assez large de jolies pensions à Kampot. A vous de faire le choix de rester en ville ou de vous retirer un peu dans la campagne.

J’ai trouvé un bon compromis en la pension Kampot cabana qui se trouve à un peu plus d’1km du centre ville mais dans un joli coin de nature en bord de rivière.

Ma cabane au Kampot Cabana
Rivière au Kampot Cabana
Terrasse sur la rivière à la pension Kampot Cabana

En plein centre ville, j’ai repéré la Java bleue bien située, pratique si on veut profiter les restaurants/bars/marchés de la ville à pieds. Si vous recherchez un peu plus chic, le Boutique Kampot hotel a l’air sympa même si je trouve dommage de dormir dans ce genre d’endroit aseptisé dans une ville comme Kampot.

Vous pouvez aussi vous retirer totalement du monde et choisir une pension en bord de fleuve. Vous pourrez aussi vous y baigner. Lors de mon tour en scooter jusqu’à la greenhouse, j’ai repéré, entre autres, Ganesha Kampot Eden eco village Champa Lodge Sabay beach mais là vous aurez besoin d’un véhicule pour vous déplacer en ville. Tout dépend de ce que vous recherchez. Après vous pouvez faire un mix des 2 : quelques nuits en bord de fleuve et quelques nuits en ville.

Si vous aimez le glamping, regardez du côté de Ela Glamping pour une nuit en tente mais avec tout le confort d’une pension. ça a l’air chouette.

Fête religieuse : respecter les traditions

Lors de la cérémonie des offrandes le premier jour du nouvel an khmer, j’ai été choquée par l’attitude d’un touriste vis-à-vis des gens qui étaient dans le temple en train de prier. Avec sa caméra, il s’approchait à quelques centimètres d’eux pour les filmer, sans leur demander leur accord bien sûr. Il a réitéré plusieurs fois ses actes et notamment une fois lors de la prière d’une famille avec un moine. Il est resté à tout cassé 10mn, a fait ses images et est reparti sans même s’imprégner du moment.

Cette attitude est inacceptable !

Je rappelle que les pagodes sont des lieux de prière, les gens viennent ici pour se recueillir et la moindre des choses est de respecter leur moment de recueillement.

A mettre dans sa valise

Ce qui est chouette quand on s’envole pour l’Asie du sud-est, c’est que la valise est légère… En dehors des vêtements, je vous conseille de mettre dans votre valise dans sandales confortables pour marcher sans avoir les pieds au chaud et faciles à retirer quand vous irez dans les temples. J’ai adopté pour des Birkenstock il y a près de 20 ans et elles sont de tous mes voyages en Asie. Si vos souhaitez vous balader en scooter, je vous conseille de prendre une paire de baskets, c’est toujours mieux que les tongs ou les sandales.

Je vous conseille aussi, si vous faites des sorties en kayak ou en bateau, un sac étanche où glisser vos papiers, votre téléphone et votre appareil photo.

Il ne faut pas oublier de mettre dans votre sac un paréo et/ou une écharpe pour couvrir vos genoux et vos épaules quand vous visiterez les temples. Vous pourrez les acheter sur place, elles ne coutent pas grand chose et sont jolies.

Plus de conseils dans mon billet sur les accessoires indispensables pour partir en voyage.

3 semaines au Cambodge, le guide

Si vous voulez en savoir plus sur ce pays afin de construire votre itinéraire, j’ai écrit un guide qui détaille mon voyage de 3 semaines au Cambodge. Cliquez ici pour lire mon récit. Je vous y délivre aussi tous mes conseils pratiques pour préparer votre séjour.

Quel itinéraire pour 3 semaines au Cambodge ? Récit détaillé et conseils pratiques #cambodge

Retour en haut

Vous avez aimé ce récit et voulez l’épingler sur Pinterest :

3 jours à Kampot pour le nouvel an Khmer #cambodge
3 jours à Kampot au cambodge


3 jours à Kampot – Récit & conseils pratiques
4.5 (90%) 2 votes
3 jours à Kampot au Cambodge : récit et conseils pratiques pour organiser son séjour au coeur de la région connue pour son poivre et qui réserve de nombreuses autres surprises. #cambodge #kampot
More from Adeline

« Tu ne viendrais pas voir les aurores boréales en Islande avec moi ? »

Pendant mon année sabbatique, j'aimerais bien aller voir les aurores boréales en...
Lire la suite

2 Commentaires

  • Bonjour Adeline !
    Cette jolie page me rappelle d’excellents souvenirs, je te les partage pour le plaisir 🙂

    Le marché de Kampot est très chouette, j’y avais fait un très bon déjeuner. Faisant son tour avec un guide très sympa, il me pointait des produits « ça c’est pour vieille dame à problèmes, ça pour vieux monsieur, ça pour dame qui a eu bébé… » donc plein de photos des paquets de ces remèdes traditionnels. C’était drôle et instructif, et on fait provision de sourires et de rires dans cet endroit. On voit aussi les ingrédients bruts, comme ces dômes de pâte de crevette d’un rose foncé, bien odorants 😉 Ce guide m’a emmenée voir une école de danse où des ados apprennent la danse de cour khmère, physiquement très exigeante. On y voyait de jeunes gars avec des t-shirts de foot estampillés au nom de joueurs brésiliens, qui faisaient de leur mieux pour répéter des mouvements plein de grâce ! Et oui, pourquoi pas ?

    L’architecture de la ville m’avait aussi marquée, elle est charmante parce que désuète et romantique. Outre les maisons des marchands chinois dont tu parles (la Java Bleue est un super exemple), il reste des meulières françaises, dont certaines sont aujourd’hui bien entretenues, et qui donnent à certains endroits un air de Pontoise tropical 😉 Incongru mais ça a son charme !
    Je suis restée 3 jours pour me reposer dans une plantation de poivre, un peu isolée (parfait pour récupérer). J’avais été frappé par la culture qui produit des jardins en hauteur vu que la plante pousse sur des tuteurs assez hauts. Avant de goûter le poivre dans la cuisine, délicieux… La région a un joli relief, et la balade en plantation est vraiment plaisante et dépaysante;

    Je retiens la cathédrale verte et la baignade dans la rivière ! Totalement le genre de chose que j’ai plus envie de faire à l’avenir…
    Ah et question : est-ce que tu as vu des gens qui se déplacent en e-bike plutôt qu’en scooter ? En 2014, ça ne m’a pas marquée. Personnellement, je trouve que c’est beaucoup moins intimidant car plus facile à manipuler qu’un scooter, et ça permet de se lancer sans prendre trop de risques. On est moins absorbé par le fonctionnement très simple de la machine, on peut donc plus se concentrer sur le trafic qui est comme tu le dis dense et très dangereux à certains endroits. Merci !

  • Bonjour Adeline !

    Je voulais te féliciter pour cet article très réussi, qui va m’être très utile dans mon voyage. Tu donnes des précisions et des détails qui peuvent être utile pour tout voyageur.

    Très belles illustrations, les photos sont sublimes. Puis-je te demander quel type d’appareil photo tu utilises et si tu retouches tes photos ?

    Continues à nous faire voyager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *