Visiter Angkor à l’heure du tourisme de masse

Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1992, le site archéologique d’Angkor est le joyau du royaume du Cambodge et la fierté des cambodgiens. Pas un voyageur ne passe par Siem Reap sans visiter ces temples à la beauté indescriptible. C’était mon deuxième voyage au Cambodge et en 8 ans, la région a bien changé. Angkor est devenu le haut-lieu du tourisme asiatique, la « cash-machine » du pays. Avec plus de 10 millions de visiteurs par an prévus d’ici à 5 ans et les nombreuses incivilités qui vont avec ce tourisme de masse, faut-il continuer à aller visiter les temples d’Angkor ? La question se pose.

Visiter Angkor à l'heure du tourisme de masse

Visiter les temples d’Angkor, un rêve

Angkor est l’un de ces sites qui m’a longtemps fait rêver si bien que lorsque j’ai planifié mon tour du monde en 2009, c’était l’un des 3 lieux incontournables au même titre que le Taj Mahal ou le Machu Picchu (oui je sais c’est cliché 🙂 ). Deux sites qui souffrent autant du tourisme de masse aujourd’hui que les temples d’Angkor.

Lors de mon dernier voyage au Cambodge en avril 2018, j’ai voulu y retourner pour retrouver la magie qui avait opérée 8 ans auparavant. J’aime l’architecture des temples khmers, leurs ensembles, leurs détails, la sérénité ambiante dans les temples. Tout cela me procure beaucoup d’émotions.

Était-ce une bonne idée d’y remettre les pieds ? Bof.

En 8 ans les groupes de touristes chinois sont arrivés. Ils représentaient 21% du tourisme au Cambodge en 2017 selon le ministère du tourisme et ce chiffre ne fait qu’augmenter. Envahissants, bruyants, ils sont aussi peu respectueux des pierres et des autres. Pour moi un temple est un lieu de recueillement, de calme, de sagesse et de prière. Ces groupes « haut-parleur » comme je les appelle, tuent littéralement les émotions.

Ne rejetons pas la faute sur seuls les chinois. Nous sommes tous responsables des problèmes que pose le surtourisme et notamment celui de la dégradation des temples. Les deux plus grands exemples aujourd’hui sont :

  • L’allée royale qui mène à Angkor Vat est actuellement fermée pour consolidation. Un effondrement était prévisible, une passerelle flottante a donc été installée pour accéder au temple pendant les rénovations.
  • Une passerelle en bois a été installée à Ta Prohm pour guider les gens et surtout les empêcher de faire des photos sur les pierres et les racines.

Dénaturer les lieux pour mieux les protéger.

Reflet sur Angkor Vat - Cambodge
Poésie d'une branche à Angkor
Le sublime Bayon au lever du soleil sur le site d'Angkor

Le tourisme de masse à Angkor, un vrai défi pour les autorités

J’ai déjà abordé le sujet du tourisme de masse à Angkor dans le bilan de mon année 2018. C’est un sujet très préoccupant, à la fois pour les autorités cambodgiennes et pour l’Unesco qui a beaucoup œuvré depuis plus de 25 ans pour la restauration du site archéologique.

En 2017, les temples d’Angkor ont accueilli 5,6 millions de visiteurs et comme je le disais plus haut, les prévisionnistes en annoncent 10 millions d’ici 2025.

Perche à selfie, photos sur les racines des fromagers qui soutiennent les pierres, les guides qui parlent dans leur haut-parleur, le site d’Angkor n’est pas épargné par ces incivilités que je note partout sur la planète, comme par exemple dans le sud de l’Islande.

Le site d'Angkor au Cambodge souffre du tourisme de masse et des incivilités de ses visiteurs

Certains temples comme Angkor Vat, le Bayon ou Ta Prohm sont victimes de leur beauté quand d’autres sont désertés. Il faut bien admettre que les flux touristiques ne sont pas du tout organisés.

Que vont devenir les temples d’Angkor ?

Le site archéologique est la « machine à cash » du Cambodge. Il est pour l’Asie ce que Venise est à l’Europe. La situation est donc très préoccupante. Le centre sacré d’Angkor Vat, est déjà soumis à des quotas. Seules 300 personnes peuvent y accéder en même temps, ce qui peut, selon les heures de visite, générer une très longue attente. Mieux vaut y aller à l’ouverture quand tout le monde attend le lever du soleil ou entre midi et deux quand tout le monde est à table !

Il est évident que les temples les plus populaires vont devoir être soumis à des quotas à l’avenir. En Europe, des villes comme Dubrovnik en Croatie ou Venise en Italie par exemple, ont mis en place soit des taxes, soit des quotas pour réguler, mais sont-ils respectés et cela marche t-il vraiment ? Là est la question.

Personnellement je suis assez inquiète pour Angkor. Même si des installations ont été mises en place, notamment au Ta Prohm pour préserver les racines, il va falloir que les gardiens soient plus attentionnés et efficaces, que les guides fassent plus attention à l’attitude de leurs clients, que les perches à selfie soient interdites (comme au château de Versailles) et surtout que les flux entre les temples soient plus organisés.

Bien sûr ce sera plus pénible pour le visiteur mais le site d’Angkor a une valeur inestimable et il faut absolument le préserver. Si le gouvernement est partagé entre faire de l’argent et la préservation du site, les cambodgiens à qui j’ai parlé à Siem Reap sont très préoccupés par ce tourisme de masse qui détériore petit à petit leur joyau.

Ce site a survécu au temps, à l’histoire, à une guerre civile effroyable, ce serait une catastrophe qu’il ne survive pas au tourisme !

Est-ce toujours une bonne idée de visiter les temples d’Angkor ?

Mais bien sûr !

Ma grande déception est certainement liée au fait que je les avais déjà visités avant. Vous connaissez le syndrome du « c’était mieux avant » ? Je crois que j’en suis atteinte !

Le monde a bien changé depuis. Les smartphones et autres réseaux sociaux sont arrivés et ont révolutionné le tourisme. Pas forcément dans le bon sens.

Alors visiter les temples d’Angkor, bien sûr, mais le faire en toute conscience, ne pas faire les débiles et surtout faire attention à son environnement et aux pierres. Et surtout être curieux et aller au-delà des temples les plus connus (et donc les plus fréquentés). D’autres petits temples méritent le détour.

Les temples sont comme des personnes âgées. Il faut en prendre soin.

Visiter les temples d’Angkor : le guide pratique

Ce guide pratique n’a pas pour vocation de vous expliquer quel temple visiter et à quelle heure le visiter, mais plutôt celle de vous donner toutes les clés pour organiser votre visite dans le site archéologique d’Angkor de façon la plus responsable possible. Le site est immense, mieux vaut avoir le plus d’éléments entre les mains pour déterminer le nombre de jours, le moyen de transport pour visiter les temples, etc..

Une visite des temples d’Angkor s’organise en amont. Le site fait 400 km2 (oui c’est grand) donc il va vous falloir décider quand y aller, combien de jours et voir en fonction de votre budget car ce n’est pas donné donné tout ça.

A quelle saison faut-il visiter les temples d’Angkor ?

Il y a deux saisons au Cambodge : la saison sèche qui s’étend de novembre à mai et la saison des pluies qui s’étend de juin à novembre. Novembre et décembre sont les mois les plus agréables car les températures sont convenables mais c’est aussi la période où le site d’Angkor connait un pic de fréquentation.

J’y suis allée en avril, le mois le plus chaud de l’année. Il fait humide et le ressenti atteint vite les 40°C. ça se fait mais il faut s’habituer à la chaleur et l’humidité et oublier les visites sous le soleil (ou prévoir un parapluie pour faire ombrelle).

En été (juillet-août), c’est la saison des pluies. Même s’il pleut quotidiennement, il ne pleut jamais de façon continue. C’est donc tout à fait possible de les visiter à cette époque et vous serez certainement moins touché par le tourisme de masse.

Retour en haut

Combien de jours faut-il prévoir ?

En une journée, vous aurez le temps de visiter les deux temples principaux : Angkor Vat et Angkor Thom, qui abrite le célèbre Bayon et ses indénombrables têtes de Bouddha.

Si vous êtes intéressé par les pierres, je vous conseille donc de prendre le forfait sur 3 jours. Vous aurez ainsi le temps de faire les deux circuits (le petit et le grand) et éventuellement aller voir les temples de Roluos situés un peu plus loin.

Plan des 2 circuits des temples d'Angkor

Retour en haut

Quels sont les horaires & les tarifs ?

Les horaires :

L’ensemble des temples est ouvert de 7h30 à 17h30 mais il existe quelques exceptions pour assister au lever du soleil :

  • l’enceinte d’Angkor Vat est ouverte de 5h30 à 17h30 mais vous ne pourrez entrer dans la partie centrale qu’à partir de 7h
  • Prè Rup et Phnom Bakheng de 5h30 à 19h
  • Sras Srang 5h30 à 17h30

Le bureau des visiteurs se trouve à l’angle de Apsara road et street 60, entre Siem Reap et le site d’Angkor. Il est ouvert de 5h à 17H30 et c’est là que vous devrez acheter votre billet.

Je vous conseille d’aller acheter votre forfait la veille de votre visite (entre 17h et 17h30 uniquement) histoire de ne pas avoir à faire la queue le lendemain matin. Le bureau ne se trouve pas du tout à côté du site, c’est bon à savoir si vous y allez en vélo par exemple parce que ça fait faire un bon détour.

Les tarifs :

Il existe 3 forfaits :

  • 1 jour au prix de 37$ (soit 33€ environ)
  • 3 jours au prix de 62$, forfait utilisable sur une semaine (soit 55€)
  • 1 semaine au prix de 72$, forfait utilisable sur un mois (soit 64€)

Je trouve le forfait 3 jours parfait car il permet de visiter le site en discontinu (vous avez une semaine pour l’utiliser) et de faire d’autres visites entre temps. ça peut être pour certains indigeste de visiter des temples durant 3 jours d’affilés mais en une journée vous n’aurez pas le temps de flâner dans les temples or c’est vraiment cela qui est sympa. Prendre son temps pour observer tout en laissant les groupes se presser.

Le forfait s’achète uniquement au bureau des visiteurs. Si vous l’achetez entre 17h & 17h30 pour une première visite le lendemain, vous pourrez rentrer dans le site gratuitement ce soir-là pour aller voir le coucher de soleil sur Angkor Vat par exemple.

Un forfait avec photo vous est délivré et il est poinçonné chaque jour à l’entrée du parc et vérifié par les agents à chaque entrée dans un temple. Ne le perdez pas ! Pas besoin de prendre une photo, ils ont des petits appareils à chaque guichet.

Retour en haut

Comment visiter les temples d’Angkor ?

Le site archéologique des temples d’Angkor est situé à 8km au nord de Siem Reap et vous l’aurez compris, il est très étendu. Réfléchissez à deux fois avant de louer un vélo 😉

  • En tuk-tuk, c’est le plus courant. Il faut compter entre 20 et 25$ la journée (entre 17 et 22€). Tous les chauffeurs de tuk-tuk le proposent partout dans Siem Reap. A vous de faire votre choix et de négocier. Vous pourrez aussi passer par votre hôtel pour en réserver un mais il prendra certainement une commission de quelques dollars.
  • En vélo : je l’ai fait une journée lors de mon premier séjour et franchement je ne le conseille pas si vous n’êtes pas un cycliste aguerri. Le site est situé à 8km de Siem Reap, ce qui se fait hein, mais le site est tellement étendu que vous allez vite être fatigué et capituler. C’est une version économique mais pas forcément viable surtout par temps chaud et humide. Ceci étant, il existe des tours d’une journée secrète ou au coucher du soleil qui sont tentants. Ils ont l’énorme avantage de vous épargner les 8km qui séparent Siem Reap du site.
  • En green ebike : l’ebike est un petit scooter électrique et c’est cette option que j’ai choisie pour visiter les temples. J’ai aimé le fait de pouvoir être libre de visiter les temples à ma façon. Il se loue 10$ la journée et il y a plusieurs stations de recharge à travers le site où vous pouvez le laisser pendant que vous visitez les temples ou que vous faites une pause.

La location de « vrai » scooter est interdite sur le site d’Angkor.

Les options pour visiter les temples sont multiples : accompagné pour une journée depuis le lever du soleil, en tour privé avec voiture climatisée, guide et chauffeur, ou tour en individuel comme ce que j’ai fait avec mon green ebike. Si c’était à refaire, peut-être que je consacrerais une journée sur les 3 jours à un tour photo ou à vélo pour être accompagnée d’un guide pour sortir des sentiers battus sur ce site immense.

Retour en haut

Que prévoir et comment s’habiller pour visiter les temples ?

Les temples sont des lieux sacrés aussi vous devrez prévoir de couvrir vos épaules et vos genoux à l’intérieur des temples. C’est valable aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Jupe longue et T-Shirt à manches (ou prévoir une étole)

Je vous conseille aussi de ne pas oublier un chapeau et/ou un parapluie (qui vous servira surtout d’ombrelle), de la crème solaire, des lunettes de soleil et de l’anti-moustiques.

Enfin n’oubliez pas de prendre de l’eau dans votre sac à dos. Vous aurez besoin de quelques litres mais trouverez à en acheter partout sur le site. Prévoyez de la petite monnaie en dollars ou en riels.

Retour en haut

Faut-il aller voir le lever de soleil sur Angkor Vat ?

J’ai longtemps hésité à aller revoir le lever du soleil sur Angkor Vat et c’est finalement le dernier jour que je me suis décidée. Je suis très mitigée sur cette expérience, sachez-le !

Voilà ce que j’ai trouvé :

La foule au lever du soleil à Angkor Vat au Cambodge

Je ne sais pas combien de personnes il y avait ce matin-là devant le bassin où se reflète le temple. Dès mon arrivée j’ai été dégoutée. Je pense que je le savais au fond de moi et c’est ça qui m’a longtemps fait hésiter sur le fait d’y aller ou non. Trop de touristes, trop de vendeurs, trop de tout !

Avec le recul, je pense que je n’aurais pas dû y aller mais se lever tôt a quand même du bon : pendant que tout le monde attend que le soleil fasse son apparition derrière le temple et bien vous vous pouvez vous glisser à l’ouverture de Angkor Vat ou du Bayon et ainsi avoir le temple quasi pour vous !

En fait le lever du soleil résume à lui tout seul ce qu’il faut faire à Angkor : visiter le site à contre courant !

Retour en haut

Etre un voyageur responsable à Angkor, ça commence par :

  • Ne pas s’asseoir et marcher sur les pierres ou les racines (même et surtout pour une photo)
  • Porter une tenue descente : épaules et genoux couverts
  • Etre respectueux des locaux qui viennent pour se recueillir
  • Ne pas géolocaliser les photos sur les réseaux sociaux
  • Ne pas approcher de trop près les singes ou autres animaux sauvages croisés
  • Ne par faire de tour à dos d’éléphant

Ne pas faire de tour sur le dos des éléphants… Merci !

Le cambodge interdit les balades à dos d'éléphant en 2020
J’ai de nouveau pu constater que les balades à dos d’éléphant existent toujours sur le site d’Angkor. Ne faites surtout pas ça. En dehors du manque d’intérêt total d’une telle balade au milieu des voitures, tuk-tuk, scooters et vélos, sachez que l’éléphant au Cambodge est une espèce en voie de disparition. De plus, pour arriver à trimbaler les touristes sur leur dos, ces pachydermes sont martyrisés.

Ne soutenez surtout pas l’insoutenable !

Sur la photo ici à gauche, il y a tout ce que j’aime à Angkor, à savoir une vie locale, et tout ce que je déteste à savoir les balades à dos d’éléphant et la concentration de touristes.

Il y a quelques mois, l’association en charge de ces animations a indiqué que ces balades prendraient fin en 2020. Les 14 éléphants vont enfin prendre leur retraite. Une bonne décision.

Retour en haut

Un guide pour vous accompagner ?

Pour aller à l’essentiel, vous pouvez vous faire accompagner d’un guide officiel de l’Association Khmer des guides touristiques. Je ne l’ai pas fait mais je trouve l’idée intéressante. Le site est tellement riche, qu’un guide pourra vous permettre d’aller à l’essentiel et d’appréhender le site différemment. A réfléchir pour 1 journée peut-être.

J’avais pris avec moi Angkor dévoilé des Guides bleus, un guide d’un petit format avec une mine d’informations. Il tient dans une poche et est complètement dédié au site archéologique des temples d’Angkor. C’était parfait !

Vous avez aussi le guide des temples d’Angkor ou le petit guide du Lonely planet dédié à Siem Reap et Angkor.

Une du hors-série du Monde dédié à Angkor

Avant de partir, je vous conseille de lire le remarquable hors série du Monde sur Angkor (sorti en 2018) qui s’articule en trois parties (restaurer, découvrir, visiter) et qui offre une approche autre que celle purement touristique.

Retour en haut

Siem Reap : conseils pratiques

Arriver à Siem Reap

  • En avion : l’aéroport de Siem Reap est très bien desservi. Le mieux est de regarder les prix sur les comparateurs Skyscanner ou Momondo
  • Par la route : Siem Reap est situé à 6 à 7h de route de Phnom Penh en bus. Je vous conseille Bookmebus ou 12go.asia. Sur ces deux sites comparatifs locaux, vous avez les avis des voyageurs sur les compagnies de bus.
  • Vous pouvez arriver en bateau depuis Phnom Penh sous forme de croisière à travers le lac Tonlé Sap. Vous verrez ainsi les villages flottants.

Se loger à Siem Reap

L’offre s’est beaucoup développée en 8 ans à Siem Reap.  Le choix de votre hôtel va dépendre, comme souvent, de vos envies. Si vous voulez sortir alors un hôtel dans le vieux quartier français est une bonne option car vous serez proche du coeur vivant de Siem Reap le soir. Si vous souhaitez être sur la route des temples et un peu plus isolé alors il faut chercher du côté du quartier Charles de Gaulle.

J’ai opté pour la Rose Blanche Boutique, un petit hôtel avec piscine situé un peu en retrait de l’agitation du centre ville, dans les environs du temple Wat Bo. C’était parfait car je pouvais facilement sortir avec mon ebike ou pour seulement 2 ou 3$ en tuk-tuk.

Piscine de la rose blanche boutique, idéale après une journée de visite des temples d'Angkor
Rose blanche Boutique, un petit hotel sympa à Siem reap vers es temples d'Angkor

Les options sont nombreuses et à à tous les prix à Siem Reap. Vous trouverez un hostel pas cher pour rencontrer d’autres voyageurs et pourquoi pas faire la fête tous les soirs, l’hôtel de luxe, comme le Shinta Mani Shack ou Mane Hariharalaya et enfin la petite guest house comme la Babel Siem Reap Guest house ou Sothea home qui ont l’air très sympas.

Voyager responsable au Cambodge et à Angkor

Si vous souhaitez vous plonger au coeur du Cambodge, aller à la rencontre de la population locale de façon responsable et solidaire, je vous conseille de regarder du côté des voyages proposés par Evaneos et ses réceptifs locaux.

De Phnom Penh à Siem Rep, le voyage splendeurs Khmers au long du Tonlé Sap offre une plongée responsable et solidaire au Cambodge (à partir de 750€ par personne hors billet d’avion). Un peu plus sportif, aventure en pays Khmer vous emmène bien sûr à la découverte des temples mais aussi de villages flottants ou au coeur des montagnes. Vous pouvez retrouver tous les voyages proposés par Evaneos au Cambodge ici. Sachez que vous pouvez demander un devis gratuit, cela ne vous engage à rien.

Aller plus loin sur le Cambodge

J’ai rapporté de nombreux récits de mon voyage au Cambodge. Pour lire d’autres expériences, je vous conseille les articles suivants :

Est-il toujours possible de visiter Angkor à l\'heure du tourisme de masse ? Dans cet article je fais un état des lieux, vous livre tous les données pratiques et vous donne des options pour voyager de façon plus responsable au Cambodge.
Tags from the story
More from Adeline

Alors cette traversée de l’est du Canada ? Vidéo inside

Me voilà tout fraichement revenue du Canada, la terre des grands espaces....
Lire la suite

2 Commentaires

  • Bel réflexion sur le tourisme de masse sur ce site mythique. Les choses évoluent tellement vite. Il est important d’en parler à l’heure où le tourisme ne fait qu’augmenter à grande vitesse dans le monde et où des sites comme celui d’Angkor sont en danger. C’est une grande problématique à laquelle doivent faire fasse les autorités locales afin de réguler le flux et/ou l’encadrer afin de protéger au mieux ces lieux mais d’un autre coté l’appât du gain est aussi fortement présent… Et je ne parle pas du comportement des touristes qui sont bien trop souvent irrespectueux ce qui n’arrange rien… Vaste et complexe problématique en tout cas. Merci pour cet article ! 🙂

  • Je partage vraiment ce sentiment d’être dépassé par le tourisme de masse que j’ai vécu notamment en fevrier en période de fêtes chinoises. Ce sentiment scandaleux du à l’absence de respect pour les temples, l’histoire et les visiteurs déjà présents. Mais les chinois sont partout. Aussi le but consiste dans la journée à visiter les temples, avant eux ou après eux. Un exercice qui gâche le temps imparti dans le forfait choisi. Mais quel bonheur quand on arrive à se poser dans un coin d’un temple rien que pour soi et d’imaginer les temps passés. Je ne rêve que d’une chose, certes c’est d’y revenir et certainement en période pluvieuse piur éviter le tourisme de masse. Un peu d’égoïsme pour ces sites ne peut qu’avoir du bon. Muriel voyageuse souvent en solo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *