Accueil > Le Danube à vélo : voyage en Autriche de Passau à Vienne

Le Danube à vélo : voyage en Autriche de Passau à Vienne

par Adeline
Publié Mise à jour le

Parcourir la vallée du Danube à vélo était dans un petit coin de notre tête avec Sarah depuis le retour de notre voyage aux Pays-Bas. Avec l’aide de l’office national autrichien du tourisme et de Grand Angle, nous avons donc organisé ce voyage sportif et culturel de 320 km entre Passau et Vienne. A nous villages posés au bord de l’eau, vignes, châteaux et abbayes ! Je vous raconte ces 8 jours entre nature et culture sur les pistes cyclables de l’Eurovélo 6, le long de ce fleuve mythique qu’est le Danube.

La vallée du Danube à vélo avec Grand Angle

Grand Angle est une compagnie française spécialisée dans la randonnée à pied et à vélo en Europe, c’était donc le partenaire idéal pour nous accompagner dans l’organisation de ce voyage à vélo en Autriche. Avant notre départ, la compagnie basée dans le Vercors a géré pour nous la location de nos vélos, la réservation des hôtels, le transfert des bagages et la 1/2 pension. Pour le reste, c’est un voyage en totale autonomie qui nous attendait.

Avant le départ vers Passau

Nous avons reçu notre kit de voyage comprenant notre road book avec la liste des hôtels, les bonnes adresses pour nos repas, les choses à voir sur le parcours, toutes les informations utiles pour faire réparer le vélo en cas de panne, ainsi que le point de rendez-vous et l’heure pour récupérer nos montures à Passau. Nous avons aussi reçu les sacoches avant et arrière à emporter avec nous et renvoyer au retour.

A vélo sur les rives du Danube

Prise en main des vélos et brief sur le voyage à Passau

Le rendez-vous pour récupérer nos vélos est fixé en fin de journée à Passau, avec une compagnie locale relais de Grand Angle sur place. Au programme : briefing complet du parcours, les explications pour le transfert des bagages, récupérer les vouchers de nos hôtels et repas, réglage de nos vélos, deux montures à assistance électrique neuves.

Retour des vélos à Vienne

La simplicité incarnée puisque nous avions juste à le garer dans le garage de l’hôtel et remettre les clés à la réception.

Mon avis sur cette randonnée à vélo sur le Danube avec Grand Angle

De l’organisation en France au moment où nous avons rendu les vélos à Vienne, la communication a été très fluide avec Grand Angle. Nous avons eu deux légers couacs en 8 jours de randonnée mais tout a été très facile à régler par mail ou par téléphone grâce à l’assistance prévue. Ce voyage a été grandement facilité par la réservation des hôtels et le transfert des bagages. Chaque matin nous déposions nos valises à la réception avant 9h et nous les récupérions chaque soir à notre arrivée à l’hôtel suivant. En journée, pas de question à se poser, juste aller d’un point A à un point B en roulant à notre rythme et en s’arrêtant selon nos envies. Les hôtels et restaurants sélectionnés sont vraiment bien et situés sur la route, donc pas de grands détours à faire (sauf une fois mais cela valait vraiment la peine).

Le Danube à vélo : itinéraire de 8 jours en Autriche

Jour 1 : de Passau à Schlögen

C’est en Allemagne, à quelques kilomètres seulement de l’Autriche, que notre voyage à vélo sur le Danube débute. Objectif du jour : 50 km pour rejoindre Schlögen, le plus beau méandre du Danube à voir en Autriche.

Passau, la ville aux 3 fleuve et rivières

Passau est une petite ville de Bavière dont la particularité est d’être située à la confluence d’un fleuve et de deux rivières : le Danube, de l’Inn et l’IIz. Son coeur historique se fond entre le Danube sur sa rive gauche et l’Inn sur la rive droite où la forteresse d’Oberhaus, située sur un éperon rocheux, domine la ville. De là-haut, on remarque que les eaux sont de couleurs bien différentes : le vert de l’Inn, le marron du Danube et le noir pour l’IIz

Vue sur Passau
Passau, départ de notre voyage sur le Danube à vélo

Étape bien connue des croisiéristes qui descendent le Danube vers Vienne ou Budapest, Passau se découvre facilement en une petite journée. Les immanquables sont la cathédrale Saint-Etienne et son orgue aux 17 774 tuyaux et la forteresse d’Oberhaus où se trouve un café/restaurant où il faut absolument aller boire un verre, et éventuellement manger un Apfelstrudel en fin d’après-midi. C’est la plus jolie vue sur Passau avec celle depuis Schanlzbrücke, un pont qui traverse le Danube.

Passage de la frontière, que le voyage à vélo sur le Danube commence !

Au petit matin nous mettons les premiers coups de pédales de ce voyage et traversons l’Inn pour rejoindre la rive sud du Danube et mettre enfin les pieds en Haute-Autriche, à seulement quelques kilomètres de là. À partir du panneau et jusqu’au barrage de Jochenstein, le fleuve marque la frontière entre l’Autriche et l’Allemagne.

Photo de départ à passau
Passage de la frontière autrichienne

Notre premier jour de vélo est assez tranquille. Une petite cinquantaine de kilomètres nous sépare de Schlögen où nous passerons la nuit. Nous nous arrêtons déjeuner dans un jardin de bière à Engelhartszell où nous demandons comment traverser le Danube pour rejoindre la rive nord. “C’est facile, vous descendez là en contrebas, sonnez la cloche, et le petit bateau situé sur l’autre rive viendra vous chercher” nous dit-on.

traverser le Danube en ferry
Traversée authentique du Danube
Traversée en ferry du Danube
Repos des montures sur le bateau

Avant, nous faisons un détour par la curiosité locale, une abbaye cistercienne (Stift Engelzell) à l’intérieur rococo qui a pour particularité d’être la seule abbaye trappiste d’Autriche. Les bières sont vendues dans le petit magasin situé à côté de l’entrée de l’église.

Extérieur abbaye de Engelzell
L’abbaye de Engelzell
interieur rococo abbaye de Engelzell
Intérieur rococo de l’abbaye de Engelzell

Notre première traversée du Danube est un événement, la plus pittoresque de toutes aussi. Sonner la cloche, attendre le bateau, faire une petite pause tranquille sur l’eau pour rejoindre l’autre rive, ça fait partie de ce voyage. Nous rejoignons ensuite Au et traversons une nouvelle fois le fleuve pour dormir à Schlögen.

rives luxuriantes du Danube
Le Danube et ses rives luxuriantes prennent parfois un petit air d’Asie

Schlögen, le plus beau point du vue sur le Danube en Autriche

Après nos 46 kilomètres, nous posons nos vélos à l’hôtel et faisons une petite pause avant de monter au fameux point de vue sur le Danube.

seniter de randonnée schlogen
Sentier de randonnée vers le point de vue de Schlogen

Le belvédère se trouve à 30/40 minutes de marche environ des berges du fleuve. On y monte par un sentier boisé. C’est une randonnée tranquille, à l’ombre des rayons du soleil qui en été peuvent être intenses.

A peine 200m de dénivelés positifs nous attendent. Une petite promenade de santé !

Le temps est orageux et le coucher de soleil n’est pas au rendez-vous, mais la vue sur ce méandre du Danube reste néanmoins sublime.

Le méandre de Schlögen, l’un des plus beaux points de vue sur le Danube en Autriche

Jour 2 : de Schlögen à Linz

Nous continuons notre voyage sur les rives du Danube. Direction Linz, une étape tranquille de 60 kilomètres, sous une chaleur un peu écrasante.

Traverser le Danube à Inzell

La matinée commence doucement… Nous quittons Schlögen et longeons le Danube par sa rive sud jusqu’au village d’Inzell, à seulement quelques kilomètres de là. Ici, il nous est annoncé un éboulement de terrain un peu plus loin, ce qui ne nous laisse pas le choix : nous devons traverser le fleuve une nouvelle fois.

Inzell village sur le Danube
Inzell, un village tranquille sur le Danube
Ferry à Inzell

Le ciel est mitigé, le vent calme, ce qui nous offre de jolis reflets dans le Danube. Le ferry traverse le fleuve, nous chargeons nos vélos et c’est parti pour l’autre rive…

De sous-bois en vues dégagées sur le Danube, nous continuons notre route pour arriver tranquillement dans les environs de Linz et visiter le seul point d’intérêt de la journée : l’abbaye de Wilhering.

L’abbaye cistercienne de Wilhering et son intérieur Rococo

Dernier arrêt, le monastère cistercien de Wilhering (Stift Wilhering) où l’église abbatiale est un réel chef d’oeuvre de l’art rococo. Ravagée par un incendie au début du 18ème siècle, elle fût reconstruite grâce à Johann Haslinger, un maitre d’oeuvre local. De nombreux artistes ont travaillé la décoration intérieure comme Martino Altomonte qui a peint l’assomption de la vierge du maitre-autel et les tableaux des autels latéraux. Les 450m2 de voûtes et les murs ont eux, été peints par son neveu Barolomeo Altomonte. L’abbaye de Wilhering est vraiment un incontournable à visiter lors d’une visite de Linz. Une splendeur pour qui aime les décors chargés. On en prend plein la vue !

Extérieur de l'abbaye Wilhering
Extérieur de Wilhering aussi discret que son intérieur est explosif
Intérieur rococo de Wilhering
Intérieur rococo de l’abbaye de Wilhering

Après cette visite rafraichissante (visiter une église lors d’une journée de grosse chaleur est toujours une bonne idée), nous avons continué notre route vers Linz par la rive sud (environ 8km). Sur cette portion il n’y a pas de piste cyclable et je n’étais vraiment pas rassurée à l’idée de partager la route avec voitures et autres camions. Au final ce n’est pas agréable du tout mais il faut reconnaitre que les automobilistes autrichiens sont respectueux des cyclistes.

Jour 3 : Linz

J’avais envie de visiter Linz depuis un bon moment. Comme toute ville industrielle, elle a su se transformer en une ville où il fait bon vivre. Aménagées de plages et de bars, les rives du Danube se transforment en lieu animé dès que le soleil se couche. Les musées Ars Electronica Center et le musée d’art moderne Lentos, construits lorsque Linz a été nommée ville européenne de la culture (en 2009), s’illuminent et se reflètent merveilleusement dans le fleuve.

Hauptplatz Linz
Place principale de Linz
Les toits de Linz
Höhenrausch, le festival qui permet de prendre de la hauteur sur Linz

Linz est une ville qu’il faut absolument visiter en été, notamment pour Höhenrausch (l’ivresse des sommets). Ce festival d’art contemporain propose un parcours d’oeuvres éphémères sur les toits des bâtiments du quartier culturel. Ils offrent les meilleure vues à 360° sur la ville. Cette année, le sujet de l’exposition était “le Paradis”, un joli sujet pour une année où le Covid occupe encore un peu trop nos esprits.

J’aurais aussi voulu découvrir le port transformé en une galerie de Streetart, malheureusement il ne se découvre que sous forme de visites guidées, et lors de notre passage elles n’étaient qu’en allemand et complètes !

Pour aller plus loin, je vous invite à lire mon city guide complet sur Linz et ses incontournables.

Jour 4 : de Linz à Ardagger Markt

La troisième journée de notre voyage à vélo est marquée par notre entrée en Basse-Autriche, la visite du camp de Mauthausen, de jolis paysages de campagne et une nuit dans une super pension à Ardagger Markt. Une étape de 70 km sous une chaleur harassante.

Visiter Mauthausen, pour ne pas oublier ce pan de l’histoire

La journée est riche en émotions puisque nous traversons Mauthausen, un région où les nazis ont construit des camps de concentration où 200 000 déportés ont péri entre 1938 et mai 1945 à la libération par les troupes alliées. Les chiffres divergent selon leur source. Celui-ci émane de la documentation fournie par le centre d’information du site.

Mauthausen était le camp principal mais on dénombrait une quarantaine de camps annexes, comme celui de Gusen situé non loin de là. La localisation du camp a été choisi pour sa proximité avec une carrière de granit où l’on obligeait les déportés à descendre travailler puis remonter, le dos chargé de blocs de granit, par un escalier de 186 marches surnommé alors l’escalier de la mort.

Carriere Mauthausen
L’escalier de la mort et ses 186 marches

La visite d’un tel site est glaçante et oppressante mais nécessaire pour ne pas oublier ce pan horrible de l’histoire. On visite les baraques où l’on découvre des photos et panneaux explicatifs. L‘infirmerie a été aménagée en un musée très bien documenté, à la scénographie sobre. A la fin de la visite, on passe par le glaçant four crématoire et une salle où sont répertoriés tous les noms des personnes qui ont perdu la vie lors de ces atrocités.

A l’extérieur de l’enceinte, sur le site où se trouvaient les baraquements des gardes SS, ont été construits des monuments aux morts par les pays dont les ressortissants sont morts ici. Le dernier en date est une sculpture hommage aux juifs, une immense ménorah qui surplombe la carrière.

monument hommage aux juifs morts à Mauthausen
Monument hommage au Juifs morts à Mauthausen

Le site est gratuit et totalement accessible aux personnes en situation de handicap.

La petite ville de Mauthausen propose quelques restaurants sur les berges du Danube et donc un arrêt idéal pour déjeuner et reprendre des forces pour l’après-midi. En repartant, admirez les jolies façades gothiques des maisons qui bordent le fleuve.

Ardagger Stift

Après une pause réconfortante, nous continuons notre route par la rive nord jusqu’au pont de Wallsee où nous rejoignons la rive sud. Nous nous éloignons du Danube et traversons des champs de maïs. L’arrivée à Ardagger est sublime avec son abbaye qui domine les alentours. Nous avons hâte d’arriver mais un dernier effort nous attend puisque notre hôtel est situé juste en face de l’église. Nous ne l’avions pas compris. La montée est raide mais récompensée par une super adresse gourmande !

Arrivée à Ardagger Stift, notre hôtel se trouve en haut de la colline (mais on ne le sait pas encore)

La landgasthof Winter, bien qu’elle soit un peu en retrait de la piste cyclable, est une très bonne adresse. La partie hôtel est très bien entretenue avec une bonne literie, et la partie restaurant mérite le détour et la dernière montée un peu rude à vélo ! La cuisine est faite à partir de produits locaux et revisite les classiques autrichiens. Une très bonne adresse que je vous recommande pour y manger comme pour y dormir.

Sur cette étape, la ville de Enns qui marque la frontière entre la Haute-Autriche et la Basse-Autriche, peut aussi constituer une jolie étape avec sa place colorée et son Beffroi du 17è siècle. Quand on voyage à vélo, il faut toujours prendre en compte les détours, les kilomètres en plus et faire des choix. Nous étions sur la rive nord, Enns est sur la rive sud, nous n’avons pas fait le détour car il était déjà tard.

Jour 5 : d’Ardagger à Melk

En cette 5ème journée de voyage, nous continuons notre route vers Vienne avec une étape de près de 60 kilomètres. Nous entrons dans la sublime vallée de la Wachau par Melk et son incontournable abbaye baroque.

Grein

Parcourir le Danube à vélo c’est avant tout traverser ces paysages parsemés de jolies petites villes qui paraissent comme posées sur le fleuve. A quelques kilomètres d’Ardagger, Grein est certainement l’une des plus photogéniques avec son château, son église et des petites fleurs en premier plan.

Grein, jolie ville sur le Danube
Vue sur Grein depuis la rive sud du Danube

Nous continuons à pédaler par la rive sud jusqu’à Ybbs où nous n’avons pas le temps de nous arrêter, notre objectif est d’arriver tôt à Melk pour visiter le couvent bénédictin. Nous traversons donc le pont sans nous arrêter à Ybbs, qui peut-être une jolie étape pour une pause café ou déjeuner.

Ybbs, vue des champs de maïs

Nous verrons Ybbs depuis les champs de maïs de la rive nord. Il est super agréable de pédaler dans les paysages variés de Haute et Basse-Autriche.

Ybbs ville sur le Danube
Vue sur Ybbs depuis les champs de maïs

Nous nous arrêtons déjeuner à Zur Alten Fähre, une bonne adresse que je vous recommande. Ce restaurant est situé sur un bateau dans le petit port de Marbach. Une bonne petite halte avant d’attaquer la dernière ligne droite vers Melk.

Melk et son abbaye baroque

Elle est imposante et domine fièrement le Danube. On la voit de loin lorsque l’on arrive à vélo et devient l’objectif à atteindre. Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2000, l’abbaye de Melk est l’une des plus grandes curiosités à visiter en Autriche.

Abbaye baroque de Melk
L’abbaye de Melk sur son éperon rocheux
Cour intérieure de l'abbaye de Melk
Cour intérieur de l’abbaye de Melk

C’est sur un camp romain que les fondations de ce monastère ont été créées à la fin du 10ème siècle par la famille Babenberg. A l’époque c’était un château que la famille cède au 11ème siècle aux bénédictins qui le transforment en monastère fortifié. En partie détruit à l’invasion turque au 17ème siècle, il est reconstruit dans sa forme actuelle au 18ème par l’architecte Jakob Prandtauer. Situé sur un éperon rocheux, il est long de 320m et veille sur la ville comme sur le Danube.

Je me suis sentie toute petite lorsque j’ai pénétré dans l’enceinte de cette abbaye. Malheureusement les horaires ayant été adaptées en raison du Covid, mais avec très mauvaise communication là-dessus, à 5mn près nous n’avons pas pu la visiter et n’avons accès qu’aux cours, à l’église abbatiale (magnifique et quand même le plus beau visiblement) et les jardins. J’aurais aimé voir la bibliothèque, ses 100 000 volumes avec son plafond peint par Paul Troger et la terrasse. Cela me donne une très bonne raison de retourner dans la vallée de la Wachau.

L’abbaye surplombe la ville de Melk
Centre ville de Melk

Le reste de la ville est assez mignon et idéal pour passer une fin de journée sympa et une bonne nuit avant d’attaquer la journée la plus riche du voyage.

Jour 6 : la vallée de la Wachau

Avec ses vignes en terrasse, ses châteaux en ruine perchés, et ses vergers de cerisiers et d’abricotiers, la vallée de la Wachau a constitué la plus belle journée, et certainement la plus riche culturellement de notre voyage le long du Danube. La plus touristique aussi. Nous avons fait seulement 50 kilomètres, mais avec de nombreux arrêts et sous un soleil de plomb !

vue sur le Danube à Dürnstein
Vue sur le Danube depuis les ruines du château de Dürnstein

Le château de Schönbühel

Nous quittons Melk par la rive sud du Danube. Premier arrêt Schönbühel, un château construit au 19ème siècle. Il ne se visite pas mais il est idéalement placé sur les rives du Danube.

Le chateau de Schönbühel comme posé sur le Danube
Le château de Schöhnbühel, vue plongeante sur le Danube

Un peu plus loin, nous laissons le château d’Aggstein, une forteresse en ruine du 12ème siècle dont la situation est certes exceptionnelle, mais pour laquelle il faut prévoir 2 heures pour la rejoindre à pied. A vélo la route est trop raide. Comme nous voulons profiter de la journée, nous préférons garder du temps pour la fin de journée et les ruines de Dürnstein.

Dans les vignes de Weissenkirchen

Nous prenons donc la direction de Weissenkirchen, un village viticole offrant de magnifiques vues plongeantes sur le Danube. Sur la route, nous nous arrêtons acheter des cerises, directement au producteur. Des petits paniers de 500g nous attendent, il nous suffit juste de glisser nos pièces dans la caisse !

Nous traversons le Danube à Spitz pour rejoindre la rive nord et nous arrêtons à l’église St Michael. Construite dans un style gothique, c’est l’une des plus anciennes églises de la vallée du Danube.

A l’approche de Weissenkirchen, les vignes font leur apparition. Pour le déjeuner, nous choisissons de faire une pause pique-nique. Sur les hauteurs du village, nous trouvons une table à l’abris de jeunes abricotiers. Au plus haut dans le ciel, le soleil brille et nous sommes étouffées par la chaleur et éblouie par la forte luminosité. La pause est salvatrice.

Vigne de Wassenkirchen dans la Wachau
Prendre de la hauteur pour photographier les vignes de Weissenkirchen

Une dernière vue sur Weissenkirchen et son église fortifiée et nous prenons la direction de Dürnstein pour le dernier stop de la journée.

Dürnstein, son abbaye, ses ruines et le beau Danube !

Dürnstein est l’arrêt incontournable de la Wachau. Ce petit village viticole posée sur la rive nord du Danube est connu pour son couvent des Augustins dont le clocher bleu se reflète dans le Danube, ses dégustations de vin et les ruines de son château. Celles-ci dominent la vallée et offrent un panorama exceptionnel sur la Wachau, et sans conteste l’un des plus beaux de notre parcours sur le Danube et ses richesses.

Dürnstein
Vue sur Dürnstein, son abbaye et les ruines de son château depuis la rive sud du Danube
Les ruines du chateau de Dürnstein en fin d’après-midi
Cour intérieure abbaye de Dürnstein

C’est ici à Dürnstein que Richard Coeur de Lion a été fait prisonnier après une bataille avec le duc Léopold V.

Si comme nous vous arrivez par la rive nord à Dürnstein, à savoir directement dans le village, n’oubliez pas de prendre le traversier pour avoir la vue d’ensemble sur l’abbaye et les ruines du château.

La vallée de la Wachau se situe à moins de 100 kilomètres de Vienne, environ 1 heure de route, donc si vous n’êtes pas trop vélo, vous pouvez aussi choisir de louer une voiture et la découvrir lors d’un road trip (il faudra juste tester les vins avec modération), ou faire une croisière depuis Vienne, Krems ou Melk.

Jours 7 : de Krems à Vienne

La dernière journée est la plus longue en terme de kilomètres puisque le compteur en affichera 92 à la fin de la journée. Nous profitons de Krems en début de journée puis déroulons les kilomètres jusqu’à Vienne où nous sommes heureuses d’arriver.

Krems

Capitale vinicole de Basse-Autriche, Krems est une jolie petite ville où il fait bon flâner. C’est ici que nous goutons aux fameux Marillenknodel, de délicieux beignets aux abricots. Je vous invite à vous arrêter chez Bailoni (adresse : Schwedengasse 2) pour faire le plein de saveurs en tous genres.

Les rues du centre historique de Krems
Beignets aux abricots, la spécialité locale à gouter absolument

Découvrir Vienne en été

Nous arrivons à Vienne par la rive nord, celle qui, selon nos guides, offre une arrivée plus en douceur dans la capitale autrichienne. Il est vrai que notre arrivée a été très agréable puisque nous avons traversé Donauinsel, une île artificielle d’une vingtaine de kilomètres créée sur le Danube. C’est l’endroit à découvrir lorsque l’on visite l’Autriche en été.

Arrivée à Vienne à vélo
Arrivée à Vienne devant la bibliothèque nationale, photo prise une fois fraiches et reposées

Avant ce voyage, je n’avais passé que 24 heures à Vienne et n’avais pu visiter que le centre ville et le quartier des musées. Là j’ai eu le temps de visiter les musées qui m’intéressaient, comme la hofburg et le château de Schönbrunn pour marcher dans les pas de Sissi, et le Belvédère où est exposée la plus grande collection d’oeuvres de Klimt. J’ai aussi profité du Vieux Danube où il fait bon aller en été. Ici, il est possible de se poser sur une terrasse en bois pour bronzer et se baigner, louer un bateau ou un pédalo, boire un verre en bordure du Danube… Bref c’est l’endroit où les viennois se retrouvent le week-end.

Enfin j’ai découvert l’art de vivre viennois. Avec ses 1300 kilomètres de pistes cyclables, ses terrasses et ses différents poumons verts, Vienne est une ville où il fait bon vivre. Très étendue, il y est facile de s’y déplacer en transports en commun, comme à vélo et la nature est facilement accessible.

Nous avons prolongé notre séjour afin de pouvoir visiter Vienne de long en large. 5 jours sur place n’ont pas été suffisants pour visiter tous les musées qui m’intéressaient, mais j’ai vraiment pu prendre le pouls de cette capitale européenne afin de vous préparer un city guide complet avec quelques merveilleuses adresses, un peu de street art, de la nature, et de la culture.

Lire mon guide -> Visiter Vienne en 3 à 5 jours

Si ce voyage à vélo sur le Danube était à refaire ?

Lors de l’organisation de ce voyage, nous avons fait le choix de nous arrêter 2 nuits à Linz pour avoir le temps de visiter la 3ème ville d’Autriche. Si c’était à refaire, je choisirais d’arriver un peu plus tôt dans l’après-midi à Linz pour avoir le temps de faire le tour et visiter un ou deux musées, n’y passer qu’une nuit et privilégier une deuxième nuit dans la vallée de Wachau où une nuit à Melk, une à Dürnstein et une à Krems me parait être l’option idéale. Cette vallée est tellement riche qu’il faut prendre le temps de la déguster et visiter les différents sites.

La vallée du Danube à vélo : conseils pratiques

Comment y aller ? A quelle saison découvrir la vallée du Danube ? Quel équipement prendre ? Voici tous mes conseils pratiques pour découvrir la partie autrichienne du Danube.

Comment rejoindre Passau ?

Le plus simple pour rejoindre Passau depuis la France, et totalement en adéquation avec le slow travel qu’est un voyage à vélo, c’est de prendre le train. Depuis la gare de l’est il faut compter 9 heures de voyage avec un changement à Stuttgart (et éventuellement un autre à Munich) pour rejoindre la ville allemande qui se situe en Bavière, à la frontière autrichienne. C’est le point de départ de ces 8 jours à vélo en Autriche. Pour réserver votre voyage en train, OUI.sncf est votre ami. Vous pouvez aussi éventuellement faire vos recherches sur OMIO pour trouver les meilleurs prix entre le train, le bus et l’avion.

En avion, vous pouvez rejoindre Munich ou Vienne et faire le reste en train. Pour trouver un vol pas cher pour Vienne, regardez sur Skyscanner.

Quand partir voyager dans la vallée du Danube à vélo ?

Le printemps et l’été sont les deux meilleures saisons pour voyager le long du Danube à vélo. Attention il faut savoir que cette partie de l’Eurovélo 6 est l’une des plus anciennes et donc l’une des voies vélo les plus fréquentées d’Europe. Même s’il y a beaucoup de pensions (Gasthaus) et de campings le long de la route, il est préférable de réserver vos logements en haute saison. Idem en période Covid puisque toutes les pensions ne sont pas ouvertes.

Quel matériel prendre pour parcourir l’Eurovélo 6 ?

Si nous avons voyagé avec un vélo à assistance électrique, celui-ci n’est pas forcément nécessaire pour les bons rouleurs. Le parcours est plat de Passau à Vienne, sauf pour monter à Mauthausen et à Addager Stift, et ne présente aucune difficulté. Nous avons parfois eu du vent de face et notre plus grosse étape, la dernière, était quand même de 90 km.

Un spot photo sur le Danube

Nous avions le transfert des bagages organisé par Grand Angle ainsi que les pochettes avant et arrière fournies. Si vous partez en autonomie avec votre propre matériel, je conseille cette pochette de guidon Vaude très pratique pour glisser son appareil photo, une petite gourde de 350ml et surtout facile à détacher et à prendre à l’épaule lors de vos différentes visites. Je vous invite aussi à regarder ces sacoches arrière si jamais vous ne prévoyez pas le transfert de bagages.

Côté gourde, je vous recommande vivement de prendre une version Isotherme pour garder votre eau au maximum au frais. Il peut faire très chaud dans la vallée du Danube. Nous avons eu quelques jours de fortes chaleurs, voire caniculaires, et la piste est très ensoleillée donc l’eau est indispensable. Vous pourrez remplir vos bouteilles dans toutes les Gasthaus que vous rencontrerez sur votre passage. Vous pouvez en prendre une petite à glisser dans votre pochette avant et une plus grosse à mettre dans votre pochette arrière.

Pensez aussi à prendre casque, crème solaire, casquette ou chapeau pour les moments en dehors du vélo et un maillot de bain… Même si on ne se baigne pas dans le Danube (hormis à Vienne), il y a plusieurs lacs sur la route où il est possible de faire une pause fraicheur.

La piste cyclable sur le Danube

Vous trouverez une piste cyclable sur quasi la totalité de la distance de Passau à Vienne. Il n’y a aucune difficulté dans la direction à prendre, sauf à choisir la rive nord ou la rive sud du Danube, selon vos envies de visites. A vous de préparer avant chaque départ.

Assez régulièrement de grands panneaux vous indiquent les différents ponts ou ferries pour traverser le Danuble, ainsi que les distances entre chacun des passages.

Aucun besoin de GPS, sauf pour trouver les hôtels s’ils se trouvent un peu en retrait de la piste.

Certains passages sont partagés avec les voitures mais hormis l’arrivée à Linz, aucune n’est dangereuse, et comme écrit un peu plus, les autrichiens sont respectueux des cyclistes.

Panneau sur l’Eurovélo 6 à l’arrivée vers Vienne

Avec quel guide voyager en Autriche ?

Le choix d’un guide voyage est très personnel et il s’oriente souvent vers le Lonely Planet ou le Routard.

Sur ce voyage en Autriche, et après avoir utilisé trois guides différents, j’ai préféré le Guide Vert qui est beaucoup plus détaillé que les deux autres sur la partie culturelle des endroits où nous sommes passées.

Pour ceux qui partent découvrir la vallée du Danube à vélo, le guide Les rives du Danube de Passau à Vienne de Cartovelo.com est vraiment très bien fait avec des cartes, les choses à savoir sur l’art de vivre autrichien, les incontournables de chaque étape, ainsi que quelques bonnes adresses. Par contre, il n’est pas très détaillé sur la partie culturelle.

Le Guide vert + Cartovélo est donc le meilleur combo à emporter dans ses sacoches !

Voyager en Autriche en période Covid, c’est comment ?

Je ne vous cache pas que le fait d’être vaccinée a grandement facilité le voyage ! En effet pour entrer Autriche, vous devrez présenter votre Pass Sanitaire, comme maintenant en France. Celui-ci est demandé dans les hôtels, restaurants et cafés. Si vous n’êtes pas vacciné alors vous devrez passer un test tous les 3 jours, ainsi que vos enfants de 11 ans et +. Il y a des centres partout, et les tests sont gratuits (mais jusqu’à quand ?)

Le Pass Sanitaire est demandé absolument partout en Autriche, donc pas moyen d’essayer de contourner les règles. Le certificat européen visible sur l’application TousAntiCovid fonctionne. Testé par mes soins lors de ce voyage en Autriche en Juin/Juillet 2021.

Le port d’un masque type FF2 est obligatoire en Autriche dans les transports, les commerces et les musées. Il ne l’est plus dans les hôtels, restaurants et cafés depuis le 1er juillet 2021. Attention, cela peut vite changer en fonction de l’évolution de l’épidémie. Tenez-vous informé avant votre départ. Vous trouverez les informations détaillées et à jour sur le site de l’ambassade d’Autriche en France et/ou sur austria.info.

Rentrer en France depuis l’Europe en période Covid

Que vous preniez le train ou l’avion, un Pass Sanitaire européen vous sera demandé pour voyager vers la France. Il vous faut aussi remplir une attestation sur l’honneur à montrer à l’embarquement. Vous trouverez toutes les informations pour entrer en France et les documents à présenter à l’embarquement sur le site du ministère de l’intérieur.

Article produit en collaboration avec l’Office National Autrichien du Tourisme et Grand Angle

Le Danube à vélo : voyage en Autriche de Passau à Vienne

Autres articles à découvrir

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation. Si vous continuez à utiliser ce site, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies Accepter Lire la suite