Accueil > Découverte de l’agritourisme en Sarthe en 3 rencontres

Découverte de l’agritourisme en Sarthe en 3 rencontres

par Adeline
Publié Mise à jour le

Depuis quelques années, l’agritourisme se développe un peu partout en France. Autrefois limité aux dégustations de vin ou aux balades à cheval, aujourd’hui les activités se diversifient pour nous inciter à aller à la rencontre du monde agricole. En Sarthe, j’ai rencontré 3 agricultrices qui ont pour points communs l’envie de faire découvrir leur environnement, leur savoir-faire et partager l’amour de leur métier, de leurs animaux et de leur territoire. Câliner des vaches, apprendre la patine ou la couture, ou aller à la rencontre d’un élevage d’alpagas, je vous présente ici 3 expériences d’agritourisme à vivre en Sarthe.

Câliner les vaches avec Elke et Hermjan à la ferme des 2 sabots

Vous connaissiez probablement l’équithérapie, je vous présente la Koe thérapie ! Elke et Hermjan sont originaires des Pays-Bas et eux qui n’étaient ni l’un ni l’autre issus du monde agricole, nourrissaient le rêve d’être un jour à la tête d’une ferme laitière en France. Ils s’installent à la ferme des 2 sabots à Ecorpain en Sarthe, et se passionnent pour leur nouveau métier.

Quelques années après leur installation, ils décident de s’agrandir et de changer leur système de vente du lait pour une rémunération plus durable, responsable et équitable.

Passionnée par les bienfaits de l’animal sur l’homme, Elke décide de suivre une formation de médiation animale, ce qui lui permet aujourd’hui de faire des accueils à la ferme pour des familles, des groupes d’enfants ou de personnes en situation de handicap.

Ce jour-là, nous avions prévu d’aller pendre un thé ou café dans le pré et câliner les vaches sur leur territoire. La météo en a décidé autrement. Il pleuvait, le sol était détrempé, pas le jour idéal. C’est donc dans la stabulation, quelques heures après la traite, que je me suis essayée à l’exercice. Tout se passe très en douceur. On s’approche tranquillement de l’animal, puis on s’assied à côté de la vache. “Si elle ne veut pas, ce n’est pas grave” me dit Elke “c’est la vache qui décide”. Respect de l’animal avant tout.

Calinothérapie version Elke…
Calinothérapie version Adeline

Après quelques essais avec différentes bêtes, et alors que j’allais repartir, une “valeur sure” comme l’a surnommée Elke, a bien voulu se laisser câliner. Je n’ai pas été aussi à l’aise qu’elle qui connait bien ses vaches. Elle est capable de s’allonger sur le dos de l’une d’entre elles. Moi je suis restée sagement assise, bien lovée dans le cou de l’animal, à m’apaiser au rythme de ses ruminations. Une réelle connexion se créé et j’imagine les bienfaits sur les enfants en manque de confiance en eux.

Si je connaissais l’équithérapie, je n’avais aucune notion de l’existence de la Koe thérapie… Oui parce la vachothérapie, c’est pas très beau comme terme alors Elke a préféré garder le mot néerlandais ! Si vous passez dans la Sarthe, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec Elke et Hermjan. Vous serez entre de bonnes mains pour aller à la rencontre d’un univers qui vous est peut-être totalement méconnu.

S’initier à la patine ou la couture avec Marité chez Atelier & Cow

A Louplande, au fin fond de la vallée de la Sarthe, je suis allée à la rencontre de Marité. Elle aussi éleveuse de vaches laitières, elle a récemment aménagé une dépendance de sa ferme en 3 gites ruraux, et en une boutique-atelier où elle propose de s’initier à la couture ou la patine.

Marité aime faire du neuf avec du vieux alors elle chine dans les environs du Mans, trouve des vieux meubles ou de vieux tissus à qui elle donne une seconde vie. Elle revend ensuite ses créations dans sa boutique. C’est aussi avec celles-ci qu’elle a meublé ses 3 gîtes dans l’esprit campagne chic.

Lors de mon passage, je me suis initiée à la patine avec des pigments naturels sur une corniche de meuble. Plusieurs couches sont nécessaires pour avoir un rendu sympa. Avec la patine “pas besoin d’être perfectionniste” me dit Marité. Les coups de pinceaux peuvent donc être irréguliers et laisser apparaitre le naturel du bois, toute cette imperfection contribue au charme des meubles ainsi rénovés.

J’ai ramené la corniche chez moi. Je n’ai pas encore trouvé le temps de lui faire une petite place mais je pense la transformer en porte-manteau que je vais fixer dans ma chambre.

Au-delà du fait d’apprendre une technique que je ne connaissais que très peu et qui permet de faire revivre des objets anciens, cet atelier décontracté a aussi été l’occasion d’échanger avec Marité sur son métier d’éleveuse, l’art de chiner, ses gîtes ruraux et la Sarthe en général.

Je trouve son initiative très intéressante. Au-delà de partager un savoir-faire et d’offrir aux stagiaires le fait de repartir avec l’immense fierté d’avoir fait quelque chose de ses mains, elle propose une manière peu commune de s’ouvrir au monde agricole.

Visiter l’élevage d’alpagas de Géraldine au Paradis de Charnie

C’est lors d’un séjour à la montagne que Géraldine Caplain est tombée amoureuse de ces petits êtres andins. Elle décide alors d’accueillir deux alpagas dans son jardin, comme on prendrait une vache ou des moutons, puis décide en 2015 de se lancer dans l’élevage.

Quand on arrive au Paradis de Charnie, les alpagas vous observent depuis les prés où ils ont de l’espace, les mâles séparés des femelles. Les oreilles dressées, le regard fixe, ce sont de animaux sont curieux. Géraldine les approche, en attrape un pas le cou et alors ils se laissent caresser.

Lors de mon passage, ils venaient d’être tondus. Avec la laine, Géraldine fait fabriquer des vêtements pour enfants, écharpes, gants, etc… qu’elle vend dans sa boutique à la ferme.

La laine d’alpaga est très douce, contrairement à la laine de mouton qui gratte, alors c’est un joli cadeau à offrir. Quand on connait la provenance de la laine, qu’elle est produite, traitée et transformée de façon bio en France, alors c’est encore mieux.

Dans sa ferme Géraldine recueille aussi d’autres espèces d’animaux, dont certaines sont menacées de disparition. Ainsi on peut y voir des cochons Kune Kune ou des ânes du Cotentin.

La Petite Auberdière, une bonne adresse à 10 km du Mans

A deux pas d’Atelier & Cow, Monique et Gérard Baillif vous accueillent à la Petite Auberdière dans leurs chambres d’hôtes et leur tout nouveau gîte rural. C’est une merveilleuse adresse située à Louplande dans un cadre verdoyant, entretenu avec amour par ce couple de retraités.

Fine cuisinière, Monique propose aussi une table d’hôtes (très) gourmande. Vous pourrez ainsi goûter en apéritif aux alcools de pêche ou de pissenlit produits de leur propre production et un diner copieux avec les produits du jardin !

Chambre d'hôte la petite Auberdière
La petite Auberdière, chambre d’hôte et gite rural en Sarthe
Gite rural en Sarthe : la Petite Auberdière
Intérieur du tout nouveau gîte rural ouvert en Juin 2021

C’est une belle adresse où l’on est très bien accueilli. Et petit plus, il y a une piscine couverte (chauffée en été) et un jacuzzi allait être mis en place lors de mon passage.

Où trouver les adresses d’agritourisme en Sarthe ?

Il existe de nombreuses autres initiatives d’agritourisme dans tout le département de la Sarthe. De la visite de ferme à l’escape game, en passant par l’atelier créatif ou la calinothérapie de vache, le site de Sarthe Tourisme recense en un seul et même endroit toutes les options de vacances à la ferme.

Pour aller plus loin sur le tourisme en Sarthe, je vous invite à lire mon city guide sur Le Mans et mon article sur la Sarthe côté nature.

Reportage réalisé avec le soutien de Sarthe Tourisme

Découverte de l\'agritourisme en Sarthe en 3 rencontres

Autres articles à découvrir

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation. Si vous continuez à utiliser ce site, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies Accepter Lire la suite