Voyager seul, se sentir libre et heureux

Voyager seul - la isla del sol bolivieBientôt 6 mois que je suis rentrée, déjà 6 mois ! Le temps passe, les souvenirs s’éloignent et l’envie de repartir me démange.

Pourquoi ? Peut-être que ce « virus du voyage » ne s’explique pas mais se vit. Comment expliquer alors le plaisir que voyager seul procure à tous celles et ceux qui rêvent de partir mais n’osent se lancer ?

Au 19ème siècle, la suissesse Isabelle Eberhardt écrivait ce texte qui résume parfaitement le plaisir du vagabondage solitaire. Deux siècles nous séparent et pourtant chaque vagabond des temps modernes qui vit ce genre d’aventure, s’identifie certainement comme moi, à ses mots.

« Un droit que bien peu d’intellectuels se soucient de revendiquer,
c’est le droit à l’errance, au vagabondage.
Et pourtant, le vagabondage, c’est l’affranchissement,
et la vie le long des routes, c’est la liberté.
Rompre un jour bravement toutes les entraves dont
la vie moderne et la faiblesse de notre cœur,
sous prétexte de liberté, ont chargé notre geste,
s’armer du bâton et de la besace symboliques, et s’en aller !
Pour qui connaît la valeur et aussi la délectable saveur
de la solitaire liberté (car on n’est libre que tant qu’on est seul),
l’acte de s’en aller est le plus courageux et le plus beau.
Egoïste bonheur, peut-être. Mais c’est le bonheur,
pour qui sait le goûter.
Etre seul, être pauvre de besoins, être ignoré,
étranger et chez soi partout, et marcher, solitaire et grand
à la conquête du monde. »

Voyager seul, se sentir libre et heureux. Que faut-il de plus pour convaincre les plus hésitants ?

Tags from the story
More from Adeline

Mes 5 voyages de rêve (que je compte bien réaliser un jour)

Nous avons tous un rêve de voyage, non ? Je ne peux...
Lire la suite

7 Commentaires

  • Bonjour,

    Je découvre ton blog et je vais venir le lire plus en détails, car je vais être très intéressée; tes pays visités je ne les connais pas en vrai, mais je les aime.
    A bientôt et bon week-end.
    Bises

  • Magnifique texte où tout est dit! je pars le 20 juin pour un vagabondage de 6 mois, alors plus que jamais ces lignes ont une résonance particulière!

  • Bonsoir Adeline,

    Partir seul me tente depuis longtemps déjà…mais même pour un homme ce n’est pas si facile. La barrière de la langue me crée justement mes propres barrières. Du point de vue de la sécurité, c’est sûrement moins pire que pour une femme, mais ce n’est tout de même pas si facile faire le premier pas. Je découvre tout juste ton blog et je me ferai un plaisir à le parcourir 🙂

    Un jour peut-être, j’oserai…

    Merci!
    Luc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *