Voyager seule ou l’audace de s’abandonner à vivre

Audace de voyager seule

Au retour de mon tour du monde, nombreux ont été ceux à me dire combien j’avais été chanceuse de voyager si longtemps. A cela je répondais toujours que j’avais plutôt eu l’audace de prendre mon destin en main pour dire bye bye à une vie qui ne me convenait plus. La chance voudrait dire que le goût du voyage m’est tombé dessus comme ça ou que le hasard en avait décidé ainsi. Non non, c’était bien un choix et j’ai eu l’audace de ne pas remiser mon rêve au placard, de croire qu’il était possible. Aujourd’hui j’ai envie de souligner l’audace de ces filles qui un jour décident de partir voyager seule.

L’audace de sortir de sa zone de confort

De l’audace il en faut pour sortir de sa zone de confort, pour laisser ses habitudes, sa petite vie huilée, dire au revoir à ses proches et filer vers l’inconnu. Pas évident de contrer cette petite voie intérieure qui, la veille du départ, te dit « t’es sûre mais qu’est-ce que tu fais ? ». Il est temps de quitter l’imaginaire d’un voyage, le laisser prendre vie et enfin de se retrouver face à nous-même, lâcher prise, affronter le monde et découvrir des émotions nouvelles.

Voyager seule est un choix qui convient aux filles d’un tempérament solitaire mais surtout pas asociale ! La fille qui voyage seule, aime aller à la rencontre des autres, découvrir, sourire, n’a pas peur de ne pas avoir le même langage que l’autre. Elle est forte et pourtant se laisse parfois bouleverser par ses émotions car voyager en solo, c’est se mettre à nue et oser lâcher prise, vivre des choses que l’on aurait pas osé vivre dans sa vie de tous les jours. Faire tomber les masques, les barrières et s’ouvrir.

Etre soi. Etre vraie. Il ne peut en être autrement.

L’audace d’affronter le regard des autres

« Ma pauvre fille t’es tellement seule que tu n’as pas d’autre choix que de voyager toute seule ! » Mais vous est-il seulement venu à l’idée que cela pouvait être un choix ?

Quand on part faire quelque chose de différent, il faut affronter le regard ou l’avis des autres qui, du fond de leur canapé bien douillet dans leur petite maison bien feutrée, se permettent du juger ton choix de vie ou la dangerosité d’un monde dans lequel ils n’ont pas mis un pied ! Oublier les « t’es folles » « et ta carrière tu y as pensé ? » « et s’il t’arrive quelques chose ? » « le monde est dangereux fais attention ». Ah le danger en voyage, nous y voilà… C’est très gentil d’avoir peur pour nous mais c’est la dernière chose à laquelle nous avons envie de penser. Nous préférons faire confiance à notre instinct et pourquoi pas au genre humain pour une fois. Les « Si » n’ont pas vraiment leur place dans notre monde de voyageuse solitaire. Nous savons plus que quiconque qu’il faut être ancrée dans le présent, faire attention à son environnement pour ressentir les choses, contourner l’éventuel danger et surtout PRO-FI-TER !

En voyage aussi on affronte le regard des autres et c’est souvent l’occasion de vivre des situations caucasses. Où est ton mari ? A ma droite pas de mari, à ma gauche non plus… Je crois qu’il est pas là ! Ben oui où que ce soit dans le monde il n’est pas « normal » qu’une fille voyage seule ! Et si je n’avais pas envie de m’encombrer en fait ? Et si j’étais mieux seule que mal accompagnée ? Et on faisait un break genre chacun de son côté pendant quelques jours, quelques semaines, ça fait pas de mal non ? Et si je préférais voyager seule qu’avec un boulet qui ne sait pas prendre une décision ? Vous y avez pensé à tout ça ? Ben non parce que c’est tellement difficile à imaginer pour certains. Selon les pays, les situations, le moment, je suis célibataire, je m’invente un mari imaginaire, je le laisse à l’hôtel fatigué ou malade (ben oui il est fragile le pauvre), porte une alliance toute moche et pourrie qui sert à rien mais qui fait style, retourne dans mon pays bientôt, retrouve mon homme sur les plus belles plages d’Asie du Sud-est… Ah non l’imagination d’une voyageuse solo est sans faille.

En résumé le regard des autres ben R-A-F (rien à foutre ou rien à faire selon), nous on assume et on s’éclate parce que voyager en solo ben c’est génial ! On prend ses décisions toute seule. On fait ce qu’on veut, quand on veut sans dépendre de quelqu’un qui n’aura pas le même tempo de voyage que nous. Et tout ça va bien dans le sens de la conclusion du billet qui a fait le buzz sur internet dernièrement ne sortez jamais avec une fille qui voyage. Non ?

L’audace d’affronter sa solitude (ou pas)

Quelle envie nous pousse à partir seule ? Le goût du voyage en solo vient des trippes et bien souvent la solitude n’est qu’apparence. Ceux qui n’ont jamais voyagé seul me disent que c’est triste de ne pas avoir quelqu’un pour partager son aventure. Je ne le vois pas vraiment comme ça. Dans les faits on n’est jamais seule. On a toujours quelqu’un à côté pour partager un journée, un diner, un moment de vie mais peut-être n’avez-vous jamais pensé à ça. Un voisin dans le bus, des potes de dortoir, un local bienveillant, il suffit d’ouvrir ses yeux et de constater que le monde est peuplé d’humains qui peuvent se parler entre eux, échanger. Et puis si on n’a vraiment personne sous la main parce qu’on est au fin fond du bush et que personne n’a osé monter le bout de son nez, ben on a toujours un petit cahier et un petit crayon pour coucher son ressenti, ses émotions, ses rencontres de la journée et généralement ces petits moments laissent place à de jolis textes !

Bien sûr la solitude existe quand on voyage seule mais elle fait partie de ces moments nécessaires pour se retrouver, se reposer, réfléchir, méditer et permettent encore mieux de profiter des instants partagés avec d’autres sur la route ! La voyageuse solitaire a un côté très indépendant et la solitude ne lui fait pas peur. Personnellement les moments où je me suis retrouvée vraiment seule étaient des moments choisis. Des moments où j’avais envie d’écrire, de réfléchir, de laisser aller mon imaginaire, d’être créative et pour cela j’avais vraiment besoin d’être seule !

L’audace de fuir ?

J’ai longtemps pensé que mon voyage n’était pas une fuite et puis dernièrement alors qu’il faisait la promotion de son recueil de nouvelles S’abandonner à vivre, Sylvain Tesson a déclaré qu’il aimait l’idée qu’un voyage était une fuite et qu’il fallait l’assumer, contrairement à ce que fait bon nombre de voyageurs. Cela m’a fait réfléchir du coup et je crois largement préfèrer la quête à la fuite. Une quête de l’inconnu qui permet de se trouver ou se retrouver.

Lors de la mienne je me suis aperçue que j’avais la possibilité de prendre mon destin en main et ne plus subir ma vie. Avant de partir j’avais eu quelques années difficiles et j’avais besoin d’un break. Celui-ci a pris la forme d’un voyage, d’une aventure extraordinaire et intense. L’envie de choisir ce qui me plaisait plutôt que ce que la société m’imposait. Je me suis aperçue que je n’étais pas faite pour suivre un chemin tracé et anticiper l’avenir. Je suis de celles qui aiment et apprécient le moment présent et se laissent porter par le vent.

C’est en revenant que je me suis aperçue que ce voyage avait été salvateur. Je suis sortie d’un quotidien qui emprisonnait mes reflexions. Celui de mon voyage a libéré mes pensées, des idées enfouies au fin fond de moi-même et ouvert le champ des possibles.

Voyager seule ou l’audace de s’abandonner à vivre

Finalement avoir l’audace de voyager seule, n’est-ce pas tout simplement avoir l’audace de s’abandonner à vivre ? De sortir de sa zone de confort, d’oublier le poids de la société, des carcans et de la fameuse normalité !

Voyager seule, c’est aller contre une voie tracée d’avance, s’ouvrir au monde, se trouver soi-même, être libre et heureuse !

Comment pourrais-je terminer ce billet sans faire mention de cette citation de Johann Wolfgang Von Goethe qui m’accompagne depuis quelques années maintenant :

Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le. L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie

Pour échanger vos tuyaux, vos bons plans ou simplement poser vos questions sur le voyage en solo, rejoignez la communauté Google + Voyager seul(e). Vous pouvez aussi vous abonner au Flipboard Solo travel dans lequel j’essaye de recenser tous les articles sur ce thème. D’ailleurs si vous aussi êtes blogueuse et avez des sujets sur ce thème, n’hésitez pas à les partager sur twitter avec le hashtag #voyagerseule, je me ferai un plaisir de les ajouter à ce magazine en ligne !

A vous les filles qui voyagez en solo, j’aimerais vous entendre ! Qui êtes-vous ? Pourquoi avoir pris la décision de voyager seule ? Vous épanouissez-vous dans ce type de voyage ?… Je veux tout savoir (et mes lectrices aussi je crois).

Mots clés qui ont permis de trouver cet article

Dernière mise à jour par le .

More from Adeline

Croisière dans les Caraïbes en variations de turquoise

Quand on part en croisière dans les Caraïbes, on s'attend à voir...
Lire la suite

70 Commentaires

  • Je suis totalement d’accord avec ta vision des choses, il faut de l’audace et du courage pour partir seule sur différentes destinations et, dans le monde où l’on vit, cela me parait d’autant plus vrai pour une fille.

    J’imagine bien le regard des autres et leurs commentaires à propos de la question du mari, nous avons longtemps vécu le même type de comportement à propos des enfants puisqu’il n’est pas « normal » qu’un couple se projette dans la vie sans avoir d’enfants 😉

    Je ressens personnellement plein d’émotion dans cet article et une certaine « rage » de voyager en le faisant seule plutôt que mal accompagnée. Je comprends tes propos car j’ai été solitaire très longtemps avant de rencontrer Valérie et quelque part j’aimais cette solituude pour la liberté totale qu’elle m’apportait. Cependant moi à l’époque je n’avais pas le goût du voyage, sinon j’aurais pu devenir un voyageur solo aussi … c’est Valérie qui m’a donné le virus du voyage et m’a fait sortir de la zone de confort que je m’étais créé … mais j’y ai pris rapidement goût et c’est même devenu un besoin vital dans les vies de travail que nous menons. Après nous ne sommes pas des baroudeurs et avons notre style de voyage propre qui, quelque part, fait toujours appel à une zone de confort …

    Avant de te rencontrer récemment (et par hasard :-)) au cours de notre croisière dans les Caraïbes, j’avoue que j’avais un petit à priori sur les filles qui voyageaient seules car je me disais qu’il s’agissait de personnes un peu associables, qui ne voulaient pas trop être embêtées et qui recherchaient volontairement la solitude même en voyage de groupe. J’ai été surpris de rencontrer plutôt une fille (une femme) épanouie, souriante, très sympa et même je dirais plus sociable que beaucoup d’autres … et puis c’est vrai que sur place tu as fais différentes rencontres (ta voisine de cabine par exemple ;-)) qui font que tu n’étais vraiment seule que lorsque tu le décidais réellement.

    Alors maintenant je comprends bien les propos de ton article et tes choix, j’admire cela et je dis même « respect » !

  • Très heureuse de lire ce genre d’article! Eh oui les filles aussi prennent leur destin en main et Osent! La solitude n’existe jamais vraiment au contraire partir seule c’est laisser la porte ouverte aux rencontres, à l’émotion intacte que l’on peut ressentir dans certains endroits! Combien de fois j’ai entendu oh celui qui m’accompagnait n’a pas aimé le lieu, l’atmosphère, et du coup notre instant present est gâché! Et les voyages c’est se dépasser et seule on peut aller encore plus loin! Surtout vas où la vie te mène! Moi je suis partie et maintenant j’ai trouvé un endroit où rester… l’île Maurice mais la vie nous reserve tant de surprises! Merci pour ces mots sincères qui donneront surement l’audace à d’autres de tenter ce pas vers des moments uniques!

  • Hello,

    Merci pour cet article qui remet les choses à leur place !
    Je pars dans quelques mois pour un tour du monde en solitaire, et beaucoup de gens me disent que c’est une fuite.
    Comme toi, je le vois plutôt comme une quête. Une quête de moi, déjà. Est ce que je serais vraiment capable de faire ça ? D’aller vers les autres ? De m’ouvrir à d’autres cultures ? De gérer tous les imprévus ?
    Mais aussi une quête plus vaste. Une envie de découvrir le monde, de voir comment ça se passe, ailleurs, d’explorer le monde et toutes les possibilités qui s’offrent à nous sans qu’on songe le plus souvent à les saisir.
    Et je pense qu’on ne peut pas être complètement à l’écoute des autres et de soi en partant à plusieurs. Je ne suis pas une fervente adepte du voyage solo, et j’aime également les voyages à plusieurs, qui permettent souvent de voir les choses d’un point de vue différent du sien. Mais pour les longs voyages, ou du moins, ceux qui constituent une quête, une recherche, qui ont un enjeu particulier, je pense qu’il vaut mieux le vivre seul. Quitte à partager ensuite avec les autres ce qu’on a pu vivre dans ces moments là.
    Je suis également dans une situation un peu particulière, car je laisse mon copain à Paris… ça rajoute de la pression, forcément. Mais je pense malgré tout devoir vivre ça seule. J’ai bientôt 30 ans, une vie professionnelle qui ne me satisfait pas, une vague impression d’étouffement dans mon quotidien, d’enfermement dans des habitudes, et j’espère vraiment que mon tour du monde changera ma vision des choses, que j’en reviendrai plus épanouie et plus apte à faire des choix de vie !
    Voilà pour ma part mes motivations pour un voyage en solo 🙂

  • Tu retranscris à merveille la fond de ta pensée et j’aimerais tellement en faire de même. Mais arrête-moi si je me trompe mais je pense qu’il faut quand-même avoir « la chance » d’avoir du fric aussi, dans tout ça… Parce que c’est pas avec mon salaire que je peux partir au Népal et en Inde, même si ça fait partie de mes rêves à réaliser. Demain je pars à Dubaï et Abu Dhabi, heureusement que maman est là parce qu’avec ce que je gagne, j’ai envie de te dire que même un week end à Amsterdam ça me revient cher.

    • Comme je te comprends ! Je suis étudiante depuis 2 ans et ça fait bientôt 6 ans que j’ai pour ferme intention de partir sur les routes définitivement. Ce sera un truc vraiment à la roots quoi, sans passer par les hôtels et les restos c’est sûr. Comme j’ai des cours 8h par jour, 6 jours/7, et qu’une fois le loyer de cité U payé il me reste environ 50e pour faire le mois, je ne peux ni gagner plus d’argent (faute de temps… week-end pour bosser mes cours et voir un peu la famille et le copain) ni économiser plus de 5 ou 10euros par mois, parfois 20 mais ça reste le bout du monde pour moi le plus souvent. J’ai un sourire un peu triste à chaque article sur les façons d’économiser de l’argent pour partir faire le tour du monde parce que pour moi au quotidien, les restos, les cinés et les soirées dans les bars, ça fait bien longtemps que c’est inenvisageable 😉 Enfin bon, j’ai de l’espoir pour cet été, trouver un petit boulot bien payé et mettre ça de côté… on y croit ! Ta mère est super cool de te payer le voyage. Profites bien, c’est pas possible dans toutes les familles ce genre de cadeaux 🙂

      PS : N’abandonnes jamais l’Inde et le Népal 😉 Une fois le trajet payé tu verras, t’as pas besoin d’énormément d’argent. Pour moi c’est un rêve de gosse d’aller là-bas et j’abandonnerai jamais l’idée !

  • Je voyage seule et pendant longtemps je pensais que ce n’était pas si compliqué. C’est quelque chose qui me paraît normal. j’ai commencé à voyager seule parce que je trouvais personne qui avait les mêmes envies, le temps ou l’argent de voyager comme ce que je voulais faire. Et je me suis toujours dit que je ne mettrais pas mes rêves au placard parce que je n’ai personne pour les partager avec moi. C’est comme ça que j’ai commencé à voyager toute seule et j’ai tellement adoré que c’est pour moi une évidence maintenant (surtout voyage au long cours). Durant mes voyages, j’ai rencontré tellement de gens qui m’ont dit que ce que je faisais était incroyable et que tout le monde n’avait pas le courage de le faire que je commence à le croire un peu plus maintenant. Mais c’est vrai que quand j’y réfléchis, voyager seule n’est pas quelque chose de difficile et c’est tellement une aventure extraordinaire que j’ai du mal à comprendre les gens qui n’osent pas, qui ont peur. En tout cas merci pour ce post qui me fait me dire que je peux être fière d’avoir le courage de voyager seule!!

  • J’ai beaucoup aimé ton article.
    Parce que je ne compte plus le nombre de fois où l’on m’a dit que j’avais de la chance de voyager autant, ce à quoi je répondais immanquablement que « ce n’est pas de la chance »… Et je dois dire que tu as réussi à mettre un mot sur ce que je n’arrivais pas à décrire correctement : l’audace !
    Parce que je voyage seule aussi, au début par un concours de circonstances, maintenant parce que j’ai découvert que j’aimais ça.
    Parce que je dois aussi me « justifier » aussi de ce choix.

    Merci !

  • Tout simplement: chapeau! Je viens de tomber par hasard sur ton blog et je dois avouer que j’ai tout de suite accroché. Je suis également une baroudeuse mais mariée. Je voyage donc en couple mais je crois que si je ne l’avais pas été, j’aurais voyagé seule! J’aime beaucoup ta manière d’envisager le voyage. J’ai également souvent entendu dire que mon mari et moi avions de la chance de voyager autant. Je suis tout à fait d’accord avec toi, voyager n’est pas une chance, c’est un choix de vie! Bref, tout ça pour te dire que j’ai hâte de lire ton blog plus en profondeur parce que je me reconnais beaucoup en toi!

  • Comme c’est bien écrit. Je voyage seule aussi. J’aime ça, je l’ai choisi. Je voyage pour moi, une quête spirituelle d’où je reviens à chaque fois grandie et plus riche. J’aime la personne que je deviens grâce à toutes ces rencontres et toutes ces leçons.
    Accompagnée, mes voyages n’auraient pas eu la même saveur. Parce que ce n’est pas ce que je recherche. Une quête est personnelle.

  • Salut Adeline,
    Je découvre ton blog et j’aime beaucoup ta vision du monde que tu parcours.
    Je partage bien ton point de vue sur le voyage solo en tant que femme. Aujourd’hui je voyage principalement en couple (et bientôt avec un bébé) mais j’adore me faire des petites semaines solo. L’audace d’aller à la rencontre des gens, de vivre et d’assumer pleinement ses choix et partir à sa propre de sa propre personne sont mes motivations!

    Ce que je préfère le plus, c’est partir solo et sans préparation, aucune lecture, pour arriver toute « fraîche » quelque part et laisser la vie me guider. Quel enrichissement! Beaucoup me traitent de « folle » aussi et ça me plait!! Je trouve cela ironique, pour moi, où est la folie? Choisir de vivre ses rêves et vivre pleinement ou rester dans une peur qui empêche de sortir du quotidien? J’ai clairement choisi mon camp!

    Merci pour cette article très sympa et très bonne continuation!
    Sarah de Créations Nomades
    http://www.alittlemarket.com/boutique/creations_nomades-92960.html

  • Ton article m’a touchée et émue, j’ai même eu les larmes aux yeux à un moment mais je ne saurais te dire pourquoi. Je suis une voyageuse mais jamais seule… J’ai voyagé depuis bébé avec mes parents, j’ai de la famille et des amis un peu partout! J’adore connaitre d’autres cultures, voir d’autres paysages, apprendre une nouvelle langue, connaitre des gens,…
    Mais je suis une peureuse, une grande peureuse! J’ai le vertige, je manque de confiance en moi, j’ai peur de me faire attaquer, des guêpes/frelons/abeilles, j’ai peur de me perdre, pas m’en sortir,… J’ai souvent voulu sur un coup de folie pendant mon année sabbatique, prendre un ticket et me casser seule pour voir si j’en étais capable, tester mes capacités, apprendre à me connaitre mais je n’ai malheureusement jamais osé! La fois ou j’allais le faire, une amie a décidé de m’accompagner en Crète et j’avoue que ça m’a rassurée!
    Je suis en couple mais mon envie de voyage est toujours là, insatiable! Je ne me vois pas vivre à Bruxelles toute ma vie, je ne me sens pas à ma place ici…
    Ca fait des années que je veux quitter ce pays mais ma peur me retient, cette petite voix dont tu parles,… On me dit que les gens vont me manquer, que ya la crise en Espagne et en Grèce, que le Mexique c’est dangereux,.. Mais je pense malgré tout que je serai plus heureuse là, même si j’aurais sûrement moins d’argent. L’argent ne fait pas le bonheur!

  • Merci pour cet article! Qui me recentre un peu … J’ai voyagé seule pour la première fois l’année dernière et tu décris très bien dans ton article les commentaires que j’ai dû affronter avant et après le voyage. Comme tu le dis, avant de partir, je me suis aussi posé la question de ma folie…mais mon voyage (en Thaïlande) s’est très bien déroulé, et j’ai rencontré plein de voyageurs solos plus jeunes que moi pour la plupart! J’ai adoré cette expérience!
    Ton article me recentre car j’ai envie de retenter l’expérience, mais là j’ai du mal car les commentaires « post-voyage » raisonnent un peu … « Tu n’as pas peur de la solitude », « tu es courageuse », « Moi je ne suis pas comme toi »… des commentaires qui vous place dans un autre camp/catégorie je trouve… Mais bon si je fais partie du camp de ceux qui ont de « l’audace » alors çà me va!

  • Très bel article…

    Je n’ai pas encore entamé mon voyage en solo (départ pour la Nouvelle Zélande en mai prochain) mais j’adhère totalement. C’est exactement l’état d’esprit dans lequel je suis.

    Particulièrement sur le fait de penser que l’on est pas obligé de suivre le chemin tout tracé que la société et l’éducation nous dictent.

    J’avais beaucoup de choses pour être heureuse ici, à Paris, mais je ne l’étais pas.
    Et j’ai compris que c’est parce que je voulais faire semblant que c’est la vie qui me correspondait (cdi fixe, appart,…etc) et j’ai finalement compris que non, pas du tout.

    J’espère que ce futur voyage m’ouvrira encore plus les yeux, me donnera confiance en moi, et que je trouverais un mode de vie qui me correspond plus et surtout me rendra heureuse.

    Quant au fait de voyager seule, c’est en partie un challenge, aussi pour me pousser à aller vers les autres et espérer faire de belles rencontres. Je suis sure que le voyage n’en sera que plus réussi !

  • Bravo Adeline, ton blog est extra et tes photos magnifiques ! Ta vision de la vie et des voyages est inspirante…

    Comme beaucoup d’entre nous, je suis à un moment de ma vie où j’ai l’impression que les choses m’échappent et que je m’embourbe dans un quotidien qui ne me plaît pas. J’ai 34 ans et l’idée d’un tour du monde me travaille de plus en plus. Passionnée par les animaux et très préoccupée par la sauvegarde des espèces en danger, j’aimerais partir pour réaliser des missions d’éco-volontariat un peu partout dans le monde. Apporter mon aide à des associations en échange du gîte et du couvert.

    Mais je l’avoue, j’ai une trouille bleue de partir seule ! Par parce que j’ai peur de ce qu’il pourrait m’arriver mais parce que je crains le méchant coup de blues qui pourrait me plomber et me faire rentrer au bout d’un mois… Et puis il faut bien le dire, même si tout n’est pas comme je le voudrais, ma petite vie est quand même confortable et sortir de cette « zone de confort » comme tu dis me panique un peu (beaucoup ?).

    Bref, tout ça pour dire que je te tire mon chapeau et que j’espère avoir bientôt la même audace que toi !

  • Bonjour,

    Très beau texte!!! C’est vrai que plusieurs aspects sont difficiles quand on voyage seule. Comme dit déjà les proches en Europe qui prennent les voyageurs pour des mabouls (la crise blabla le boulot blabla l’argent blabla la solitude blabla) et pour le coté dans les pays quand le « mari » est toujours malade.
    C’est vraiment intéressant ce que tu dis. J’ai toujours rêvé de faire un tour du monde, après seule, en couple (avec un mari non malade :D), avec une amie… peut importe.. Mais c’est jamais facile de se dire « ok maintenant on pars! ». Donc on a pris une autre option, l’expatriation!
    En tout cas je vais suivre ton blog avec beaucoup d’attention, je suis fan de voyages, fan de photos alors…

    A+
    Karine

  • Très beau texte. Merci pour mettre des mots sur des situations que j’ai également vécue.
    Il y a bientôt deux ans à 56 ans, après avoir reçu mon relèvé de carrière pour ma retraite qui me parlait de travailler jusqu’à 67 ans pour percevoir des clopinettes, j’ai décidé de quitter mon boulot et de partir profiter de la vie, et vivre mes rêves avant qu’il ne soit trop tard. A ma grande surprise, personne ne m’a dit que j’étais folle ! Mais plutôt que j’avais raison.
    Je me réjouis tous les jours d’avoir pris cette décision.
    Voyager seule offre une liberté incroyable, et permet de rencontrer des gens beaucoup plus facilement ( j’avoue, je désobéis à ma maman qui m’avait dit de ne pas parler à des étrangers ….). Certes il y des moments de solitude mais on apprend à les aimer et ils sont moins nombreux et moins pesants que quand je suis chez moi …
    Côté financier, en voyageant dans des pays peu cher et à la façon « backpackers » , je dépense moins qu’en vivant chez moi.
    Encore merci pour cet article

  • Je viens de faire mon premier voyage seule. Et ce ne sera pas le dernier, pour toutes les raisons que tu évoques, et bien d’autres ! Merci d’avoir parlé tout haut, de me donner des arguments à répondre aux « mais c’est dangereux » « mais t’as personne » « mais t’es sûre » « mais pourquoi » « mais t’es pas trop seule »… Non, et non à chaque fois. Merci !

  • j’ai voyagé un peu seule sur certaines destinations surtout des grandes villes ou des îles ( à la suite de voyages d’affaires, je prenais quelques jours pour me balader) et j’adore ces moments de fausse solitude, où l’on est totalement ouvert au monde et à ses émotions. J’aime aussi bcp me faire des grands week-ends seule à la découverte d’un lieu, d’une région. Je ne sais pas si j’aurais le courage de faire un tour du monde seule (sauf à avoir un vrai objectif qui me motiverait) mais partir en vacances seule ne me pose aucun souci. Et je préfère de loin être seule que mal accompagnée.

  • Et quand on voyage seul, on est pas si seul que ça.
    A mon retour d’Australie, au bout de la première semaine, j’ai eu un besoin de me retrouver seule. Et suis restée dans mon petit confort quelques jours sans voir personne.
    Pourquoi? Parceque j’ai peut être été « seule » durant la seconde partie de mon voyage. Mais en réalité, constamment entourée! (Les co-voiturages, dans le bus, dans le train, dans les auberges de jeunesse, pendant les road trip ^^) Et au final, une vraie solitude. Pas du tout :). Les rencontres sont tellement facile! 🙂

  • On y prend goût au voyage seul.
    Comme tu dis c’est un choix, mais c’est aussi, pour ma part, une question de ne pas être dépendant des autres pour pouvoir faire ce que je veux.
    Ne pas attendre que tout le monde se mette d’accord sur la destination, sur la période de congés, et une fois sur place sur les endroits à voir, où aller etc…
    J’ai un peu une sale expérience du voyage en groupe de potes, ça met 30 minutes pour se décider où aller, quoi faire, quoi manger etc…
    Tout dépend le but du voyage, perso je pars à l’étranger pour faire du voyage « développement personnel » et vivre comme les autochtones car ce qui est bien tout seul, c’est qu’on se fait invité partout, et qu’on est plus exposé aux rencontres, et ça, ça n’a pas de valeur !

  • Bel article Adeline !
    Je voyage seule en stop depuis 7 mois et le paragraphe sur le mari imaginaire m’a bien fait sourire. Pour ma part, j’ai égaré ma fausse alliance dans une auberge de jeunesse et j’ai finalement décidé d’assumer « mon anormalité » 🙂 Qui sait, les mentalités finiront peut-être par changer ! Je partage aussi ton point de vue sur la quête, qui n’est pas une fuite.
    Bonne route !

  • Merci pour ce bel article, je n’aurais pas pu mieux d’ecrire ce que je ressent en tant que voyageuse solitaire. Tu as su mettre des mots.
    Pour moi aussi le vouage solo est un choix: le choix d’etre libre de mes actes, le choix de ne pas trainer quelqu’un avec moi
    C´est aussi une quete. La quete de nouvelles decouvertes, de nouvelles rencontres, une quete de moi meme aussi. Sortir de ma zone de confort, de me depasser mais aussi de me ressourcer, de prendre du temps pour reflechir.
    Mais peut etre aussi une fuite. Et oui je l’avoue je fuit aussi un petit peu je pense. Je guit le quotient. Par peur de m’engluer dans une routine, dans un metro boulot dodo. Car je ne veux pas de cette vie parfaitement rangée. Alors je la fuit en allant a la decouverte des autres.

    Les com des autres lectrices sont aussi tres sympas, je vois que je ne suis pas la seule que l’on traite de folle ou de solitaire car je part seule. Merci les filles

    Je vous souhaite a toute plein de belles aventures en solo

  • Voyager seule m’attire, et me « fait peur » en même temps… J’ai beau avoir lu tous tes articles à ce sujet, je ne me sens pas encore l’aplomb de partir seule, je me sens encore trop… fragile. J’ai été longtemps renfermée sur moi-même et ai mis très longtemps à m’affirmer (un peu), je travaille encore sur cela.
    Mais je sais que cela viendra, alors je ne m’inquiète pas 🙂 ! Je prends peu à peu mes aises lorsque je pars en voyage , je progresse! Très beau texte, en tout cas!

  • Bravo Adeline!

    Ah… combien de fois n’ai-je entendu cette question, souvent empreinte soit d’un peu d’inquiétude, soit d’un peu de pitié : « Et tu pars seule? ».
    Ben oui, je pars seule (et je n’ai pas encore fait de voyage au long cours) parce que je n’ai pas le temps. Pas le temps d’attendre pour concrétiser mes rêves. Dit comme çà, ça à l’air égoïste mais c’est ce dont j’ai besoin pour me réaliser.

    Je pense que tout voyageur qui aura tenté l’expérience en solo sera d’accord pour dire que cette liberté est vraiment le meilleur atout de cette forme de voyage par contre… je ne suis pas tout à fait certaine que ça convienne à tous. Je prends mon cas, je suis une grande timide. J’essaie de me soigner mais ce n’est pas facile. Quand je lis des récits de voyages en solo où tout le monde à l’air de rencontrer des gens formidables à chaque étape, je me demande: « Mais comment? » et je dois bien avouer que j’ai eu de grands moments de solitude (et je suppose que ça arrive au voyageur au long cours).

    La deuxième chose, c’est que je me demande si ça rend pas certains d’entre nous encore un peu plus « loup solitaire » (car il faut bien avoir un petit fond de çà pour privilégier ce mode de voyage)…

    Voilà, un petit avis d’une voyageuse solo mais avec quelques nuances…

  • Voyager seule est ma grande résolution 2014, ma grande révolution même!

    Je n’ai jamais tenté l’expérience, ayant toujours privilégié l’aventure avec un compagnon de route, et j’ai tellement aimé ça!
    J’ai aimé les moments inoubliables partagés avec des gens que j’aime.
    J’ai aimé les soirées photos des retours en revivant le voyage dans sa chronologie.
    J’ai aimé les anecdotes provoquant des fous rire aujourd’hui encore.
    J’ai aimé sentir les liens renforcés après ces périples.
    J’ai aimé inscrire ces acolytes dans mon parcours de vie et m’inscrire dans le leur.

    Mais il y a ce je ne sais quoi qui me pousse à partir seule, au moins une fois, de tenter, comme s’il ne fallait pas que je passe à côté de cette aventure là.
    Au quotidien, je ne crains ni la solitude, ni l’insécurité, et comme je suis plutôt raisonnable et observatrice, je me suis rarement trouvée en situation de danger, faisant toujours confiance à mon instinct.
    Et pourtant, il m’a fallu vingt-neuf années pour projeter de voyager seule, comme si ailleurs, c’était pire, plus difficile…

    Evidemment, je n’irai pas m’aventurer dans des pays en guerre, et même si je rêve de visiter Alep, j’attendrai quelques années, même accompagnée… 🙂

    Pour ma première expérience en solo, ce sera en mars, deux semaines au Maroc, pays que je ne connais pas et que j’ai tant envie de découvrir.
    Bon ok je ne prends pas trop de risques : pas le bout du monde, pas de barrière de la langue et une courte durée… Disons que pour l’audace on reviendra… 🙂
    Mais j’ai quand même déjà eu quelques remarques étrangement ressemblantes à celles que tu cites…
    Et à ceux qui me disent que c’est courageux de partir seule, je leur répond que partir à plusieurs et composer avec tout le monde me demande à moi bien plus de courage, courage que je n’ai pas envie de mobiliser.

    Très bel article sinon, et, comme tu peux le constater, très inspirant! 🙂

  • Bonjour Adeline,

    Bel article dans lequel je me reconnais. Avoir la chance de partir, je l’entends régulièrement, et je réponds que oui j’ai de la chance, celle d’avoir le choix. Le choix de rester ou de voyager.

    Voyager seule lorsque l’on est une femme n’est malheureusement pas du tout naturel pour la plupart des personnes que l’on rencontre, et on y attribut que des visions négatives (tu fuis encore, tu n’es pas heureuse, tu ne veux pas de responsabilités toi).
    Les mentalités ont du mal à changer et c’est en partie pour cela que j’ai mis du temps à me lancer en solo. J’écoutais les peurs des autres, jusqu’au jour où je suis partie en Irlande pour apprendre l’anglais. Ce fût la révélation: non seulement c’est facile de partir mais en plus on se sent libre. Loin de la négativité des autres il est plus facile de prendre la décision d’être libre et de faire ce que l’on veut vraiment.

    J’ai aussi réalisé qu’il y avait un gros travail à faire pour que les mentalités changent sur le voyage en solo en général, lorsque l’on m’a demandé comment j’allais vivre et me nourrir lorsque je serais… en Nouvelle-Zélande. Moment de solitude pour moi (et pour de vrai cette fois!!) et de surprise pour mon interlocuteur lorsque j’ai répondu que je travaillerai un peu pour vivre et que j’irais au supermarché pour m’acheter de quoi me nourrir. Aujourd’hui je me tiens éloignée de ces personnes qui refusent de comprendre que l’on peut voyager seule et être heureuse.

    J’ai découvert ton blog il y a un peu plus d’un an et en te lisant j’étais sûre de faire le bon choix en partant seule. Je ne pense pas à voyager autrement maintenant. Merci pour tes articles comme celui-là.

    Bonne route, Margot.

  • Le début de cet article m’a fait sourire car je me suis reconnue dans le désir de vivre. Quitter le confort dont tu parles, partir, faire un tour du monde, finalement ce n’est pas une chance mais de « l’audace ». Pour cette partie, on pourrait tout à fait remplacer le « partir seule » par « partir en couple ». nous avons tout quitté pour ce tour du monde, peut-être une « fuite », fuir un monde de métro-boulot-dodo qui ne nous correspondait pas.
    Puis j’ai continué ma lecture et je me suis rendue compte que je pensais comme tout le monde « mais elle est folle de partir seule ! ce monde est dangereux! ». Si finalement je suis partie aujourd’hui en couple, c’est que je n’avais jamais eu cet « audace » de partir seule. Je suis restée longtemps dans mon quotidien monotone à rêver d’ailleurs avant de trouver un homme qui désirait la même chose que moi. Et si finalement je ne l’avais pas rencontré ? je pense que je n’aurai jamais franchi le pas… Voyager seule fait peur, mais grâce à toi j’espère que toutes les filles seules trouveront la force de se lancer.

  • Merci pour ce papier. Je pars pour huit mois seule ou presque ( j’aurais mon sac et mon sourire). Je vais montrer ton billet à mes parents, mes amis, ceux qui ont peur pour moi plus qu’ils ne jugent. Ce n’est pas mon coup d’essai en baroudeuse mais c’est la première fois seule. D’ailleurs, je suis friande de tes conseils si tu as des lieux à me proposer. Je pars en nouvelle-Zélande, nouvelle-calédonie, Australie, Singapour et fleuve mékong. Toutes les idées sont les bienvenues et peut-être à un de ces jours sur la route…

  • Exactement l’article qu’il me fallait, j’en ai réellement envie mais très peur de me lancer ! Je suis déjà partie plusieurs fois en vacances seule, mais pas réellement en voyages… Toutefois, je me reconnais beaucoup dans ce que tu écris 🙂

  • C’est tellement bien dit, et si juste ! Que ce soit pour les voyages ou le reste, la chance ne compte pas pour grand chose finalement. On a la vie qu’on se fait et qu’on mérite, j’ai envie de dire !
    Chapeau bas sinon pour être partie seule, fille ou pas d’ailleurs, c’est courageux en effet.

  • Ah, ben désormais je sais vers chez qui nous allons diriger les femmes qui nous disent qu’une fille seule en voyage, ça n’est pas pareil. Elles ont raison, je pense que c’est différent que, pour prendre notre exemple, un groupe d’amis de longue date. On a beau leur dire qu’elles ne seront jamais seules, un bon exemple vaut toutes les explications et met en confiance ! Au sujet du retour, tu seras peut-être intéressée par lire ceci : http://solidream.net/retour-du-monde/

  • Super article, en découvrant ton blog, je me suis tout de suite dirigée vers lui. J’en discutais il n’y a pas longtemps avec une amie en racontant mon petit voyage en solo.
    Je suis partie à l’age de 20 ans à New York, mon billet d’avion payé par mes parents à l’occasion de mon anniversaire. A l’époque, le fait de voyager seule était une « contrainte » car personne ne pouvait m’accompagner. Avant de partir, j’angoissais pas mal, notamment à cause du regard des autres (manger toute seule au resto,…), parce que personne avec qui partager tout ce qu’on voyait…
    Finalement, le voyage s’est incroyablement bien passé, je me suis sentie tellement à l’aide dans cette grande ville, pratiquement comme une résidente. Maintenant, je suis ravie d’avoir fait ce voyage toute seule, même si mes amies ne comprennent pas ce choix (mais le respectent). Je ne suis jamais repartie toute seule mais j’aimerais bien le refaire, dans un endroit isolé, au bord de la mer à l’étranger.

    Je suis admirative de ton voyage, de ton parcours, de ton blog… Il y a un grand pas entre un tour du monde et un petit voyage d’une semaine 🙂 , pas que j’aimerais bien franchir.

  • Ciao Adeline!

    Super ton article, même réflexion qu’au masculin en fin de compte. Quoique… on doit pas encore s’inventer une femme qui est restée à l’hôtel :’D ha ha ha

    Bonne suite!

    Florian

  • Ton article me parle tellement… En ce moment, je suis à un carrefour de ma vie où je n’ai plus de boulot (vive les allocations chômage), plus de mec, plus d’attache à part mon appart et mes animaux, et je me dis que c’est le moment de décider de partir seule. J’ai besoin de prendre du recul, de découvrir d’autres choses que mon petit train train quotidien. Ces dernières semaines, je bouillonne, j’en ai marre d’être posée à un endroit alors que je pourrais bouger, découvrir le monde et m’enrichir de plein de choses… Je ne fais que surfer sur des sites ou des blogs de voyages et ça me donne des étoiles plein les yeux tellement j’ai envie, moi aussi, de voyager, peu importe si c’est seule. Bref, je trouve ça génial que tu aies osé. Je suis à deux doigts de le faire 😉

  • Aloha Adeline!!
    Je te suis déjà depuis pas mal de temps ! Ton blog est top.. j’adore.. bravo !
    Et cet article, c’est tellement vrai… pour l’avoir vécu en 2010 (en pleine période d’agoraphobie – depuis 10 ans), je me suis lancée !! Destination la Thailande 1 mois ! Quel pied ! Quel bonheur !! Depuis j’ai attrapé le virus !!! 😉 de la voyageuse !!
    J’y ai aussi consacré un article entier sur mon blog de voyages!
    C’est que du bonheur !
    LA VIE EST COURTE, IL FAUT OSER, REVER ET AVANCER!
    Pas toujours facile à mettre en pratique… aujourd’hui au chômage, le seul frein c’est mon manque de $ …. et sûrement encore un soupçon de courage (d’excuses) pour tenter l’aventure de ma vie ! Quitter ma zone de confort pour 6 mois-1 an au moins…
    Belle suite à toi !!

  • Et bien comme toi, je pense que ce n’est pas de la chance. Soit tu le fais, soit tu ne le fais pas, mais on a toujours le choix!

    Je suis partie seule la première fois pour aller bosser en Angleterre. J’avais du taf et un anglais médiocre, que j’ai quitté une semaine après, avec hmm très peu d’argent en poche (du genre 250£) ! Mais au lieu de rentrer « broucouille » chez manman, j’ai décidé de continuer mon chemin, de changer de ville, de risquer des jours en mangeant moins, et en dormant je ne sais où chaque nuit.

    Je suis revenue 5 mois après en France, j’avais travaillé, découvert, risqué, failli vendre mon violon pour manger, vendu une chaîne en or pour me payer le train pour aller à un entretien d’embauche… Tous ces trucs que jamais tu n’imagines faire dans cette fameuse « zone de confort ».

    Après le décès de mon père en 2007, j’ai utilisé l’héritage pour… Me payer un passeport et un billet pour la Nouvelle-Zélande. Sans savoir où j’allais bosser, et en ayant réservé seulement 10 jours d’auberge de jeunesse. Ma valise, mon violon et me voilà partie pour 30h de trajet à l’autre bout du monde.

    Et à partir de là, ma vie à VRAIMENT changé! Depuis, chaque voyage que je fais, j’habite dans le pays. Je m’imprègne de la langue, je me fais des amis, je vis dans la culture étrangère 🙂 . Je n’ai jamais voyagé comme toi tu le fais car cela me demanderais un paquet d’économies ou de travailler sur place avec des petits boulots et cela ne me conviendrais pas, mais oui, en effet, faut avoir des c******* pour un jour, se dire, « aller, j’y vais ».

    Je préfère voyager seule, moins de contraintes. Et puis sincèrement, tu ne rencontres pas les gens de la même façon à deux (surtout quand on est du même pays), et encore moins quand tu vas dans un pays où tu ne connais pas la langue. Tu fais moins d’efforts d’adaptation je trouve. Certes, c’est moins fatiguant, mais cela enlève tout le plaisir de voyager 😀

    En ce moment je suis en Espagne, j’apprends la langue depuis 0. Je ne connais personne, je dois me démerder et évidemment ce n’est pas tous les jours faciles, mais cela en vaut la peine 🙂

    Faites votre valise. On a qu’une vie.

  • Bonjour Adeline,

    Ca y est, dans une semaine c’est mon grand départ et je voulais te remercier. Je te suis discrètement depuis les dernières semaines de ton tour du monde et grâce à toi, l’idée de voyager seule a germé.
    Mais une fois que l’envie est là, s’en sentir capable et passer à l’acte demande effectivement une bonne dose d’audace. Ma demande de dispo refusée l’année dernière a été acceptée cette année et m’a laissé deux mois pour me projeter et préparer un minimum mon aventure.
    Sentiment grisant de liberté mêlé (d’un peu) d’anxiété comme avant un saut en parachute (mais en solo le parachute !).

    Bonne continuation à toi et longue vie à ton blog !

    Sylvène

    • Oh merci Sylvène pour ce gentil message.
      Je te souhaite un super voyage ! Profite de chaque instant et de toutes les rencontres que tu vas faire tout au long de ta route. ça va être chouette !!!

  • Waw, génial cet article! je pars pour la Tanzanie bientôt et SEULE haha; j’ai vraiment hâte de me retrouver devant des immensités tels que le kilimandjaro, et si pour certains je suis folle, pour d’autres je suis juste vivante 🙂 bisous les filles

  • Tout est dit! Aaaaaahhh ca fait du bien de lire ça!
    Je pars dans une semaine pour 10 mois et c’est vrai qu’i faut souvent répondre aux remarques récurrentes : que non ce n’est pas de la chance mais que c’est un choix, que ce n’est pas courageux, éventuellement audacieux, que oui merci on est au courant qu’il faut être prudent, qu’on est rarement seul quand on voyage solo (bah oui j’ai déjà testé donc je peux en parler et toi?),etc….Heureusement certains s’aventurent à ne pas juger sans savoir, et te disent tout simplement PROFIIIIIIIIITE ! OUF.
    Merci Adeline pour ton article

  • Bonjour,
    Très bon article et je partage tes sentiments. Un seule petite remarque, j’ai voyagé seule aussi et je ne suis pas tout à fait d’accord sur un point: l’ouverture d’esprit. En lisant ton post et les nombreux témoignages, on a l’impression que l’ouverture d’esprit, la connaissance de soi et grandir ne passent que par le voyage. Et surtout, l’impression d’une division « les voyageurs » et « les non voyageurs ». J’ai rencontré beaucoup de voyageurs pour qui n’avaient pas du tout d’ouverture d’esprit, et qui vivaient cette expérience de la même façon que s’ils étaient restés chez eux. Et à l’inverse tu peux te découvrir à travers tellement de chemins différents que le voyage. Kaspar disait : Aussi audacieux soit-il d’explorer l’inconnu, il l’est plus encore de remettre en question le connu.
    Mais sur le fond je suis totalement d’accord, voyager seule est une expérience extraordinaire tout comme tout autre expérience que l’on décide de vivre pleinement.

  • Bonjour, je suis toujours admirative de ces femmes qui partent seules parcourir le monde. Quelque part j’aimerais pouvoir en faire autant mais je ne sais quoi m’empêche de le faire, pour l’instant. Je rejoins Geneviève sur l’ouverture d’esprit. Dans mon boulot et dans mes voyages, j’en croise beaucoup des voyageurs et ils n’ont pas toujours cet esprit d’ouverture. A bientôt et bonne continuation.

  • ce que tu écris est tellement vrai. Quand je pars un mois seule, ou que ce soit, j’ai souvent droit aux même remarques : « mais quand est-ce que tu vas te poser, trouver un homme et avoir des enfants! », « mais pourquoi seule? tu as pas peur? moi je pourrais pas rester seule un mois… », « il faut que tu arrêtes de fuir la réalité. », « quand est-ce que tu vas avoir un vrai emploi? » (je suis infirmière intérimaire pour pouvoir voyager quand je veux, le temps que je veux),… Comme si les gens, qui pourtant me connaissent, ne peuvent pas entendre que l’idéal de vie, nos projets, ne sont pas les mêmes pour tout le monde….

  • J’adore cet article! Je pars en mai en Corée du Sud pour mon premier vrai voyage en solitaire. Un périple qui va durer 3 bonnes semaines. Bien sûr j’ai des craintes et en même temps je suis super excitée à l’idée de partir.

  • Salut ! super, je me retrouve les larmes aux yeux après avoir lu ca …
    c’est réconfortant de se sentir comprise.
    Je part seule pour la fin de l’année 2015 « Découvrire l’Asie », je vais quitter ma zone de confort je suis résponsable adjointe ds une grosse boite, j’ai désidé de tous quitter pour Aout et mon chéri après de longues discussions me laisse vivre mon aventure pour etre HEUREUSE !!
    Je ne suis jamais partie seule mais toujours avec des cheris qui sont comme tu dis plus des boulets aux pieds donc j’ai décidée, je part SEULE et ca fait 2ans et demi que j’y pensais et j’ai enfin l’audace comme tu le dis de changer ma vie !
    Car la vie est faite pour être épanouie et pleines de folie, avec des arc en ciel et des couchés de soleil. Biensur que ca fait peur aussi, mais grace a des blog comme le tiens ca rassure et sa donne encore plus de courage.
    Merci beaucoup.
    FlorenceB.

  • Bonjour Adeline !

    Ton article est vraiment top, il retranscrit tout à fait ce que je pense !
    Voyager seule demande effectivement de l’audace, mais clairement pas celle qu’on croit : les gens s’imaginent que pour voyager seule, il faut être au choix soit un peu cinglée, courageuse, MacGyver en herbe, suicidaire ou encore émissionnaire de sa vie (la liste est en vrai beaucoup plus longue), alors que comme tu le dit si bien, il s’agit de se faire confiance, et d’avoir l’audace de suivre ses envies sans écouter ce que disent les autres !

    Je commence (doucement) à bloguer sur le sujet du voyage en solo, histoire de ne pas se sentir un ovni et de partager mon expérience de voyageuse, et pourquoi pas convaincre celles qui hésitent encore à sauter le pas et ton blog fait partie de mes références!

    Au plaisir de se recroiser bientôt sur la blogosphère, et d’ici la, je te souhaite de très beaux voyages 🙂

  • Merci pour ton article. J’aime beaucoup ton blog. Je crois me rendre d’autant plus compte du travail que c’est que je tente l’expérience en très grande novice avec le mien (ouïlle). Bravo.
    Je n’ai pas eu l’audace de tout quitter et de partir très longtemps mais je retrouve bien dans les réactions que tu décris quand j’explique que je suis partie seule en voyage.
    Partir seule c’est inquiétant pour l’entourage et même pour les inconnus contre toute attente…Alors que c’est porteur de tant de richesses que je ne peux m’empêcher d’encourager tout le monde à tester, au moins pour une semaine 🙂 Les expériences, toujours!
    Je vais essayer d’écrire sur le sujet bientôt sur mon bébé-blog (dont le design est loin bien loin d être fixé, faut pas faire attention du coup!).

  • j’ai beaucoup aimé ce texte, et je me suis retrouvée dans cette phrase « « Ma pauvre fille t’es tellement seule que tu n’as pas d’autre choix que de voyager toute seule ! » Mais vous est-il seulement venu à l’idée que cela pouvait être un choix ? ». Le mois dernier je suis partie seule en Italie, mais seule avec mes filles de 4 ans1/2 et 1an. Et tout le monde m’a demandé « mais pourquoi? » »Il est ou le Papa » »ça va vous 2? » »quand même il est pas chié de te laisser partir toute seule… »etc. Bref, autant te dire que ça a jasé, et je pense qu’ils sont nombreux à avoir pensé qu’on était au bord du divorce. Mais la vérité est beaucoup plus simple et sereine : j’avais envie d’aller en Italie avec mes filles, il avait envie d’aller pêcher dans l’Aragon. Et voilà. C’est tout, y’a rien de plus à dire. Mais je me suis retrouvée à démontrer que mon couple allait bien !!! Bref les gens sont fous 🙂

  • Oh mon dieu ! C’est tellement ça ! Je suis présentement en italie pour 1 mois, et tout le monde autour de moi, n’arrêtaient pas de me dire : trouve quelqu’un pour t’accompagner, ou tu es tellement folle de partir seule sur un autre continant, ect….
    Je suis pleinement d’accord avec le fait que c’est une fuite. J’avais ce besoin de sortir de ma routine quotidienne et de laisser le stress du travail au travail !
    Ton article m’a toute chamboulée !!!!

  • Totalement en phase avec chaque mot. Si j’avais dû décrire ce que je ressens pendant mes voyages solo je n’aurai pas mieux fait.
    Vive les voyages solo et l’épanouissement! !!

  • Adeline, ca m'assure d'avoir lu ton article, Je viens aussi de faire une décision, c'est de m'en voler en Irlande, un pays étranger pour la première fois que je pars seule, et aussi pour un pays que je parle pas très bien sa languge…. Avant mon départ J- 5, je commence à me poser des questions sur la certitude de mon choix, mais oui, je suis entièrement d'accord avec tes opinions.. On s'abonne à Vivre! , je cite une pub de always qui nous fait refléchir et qui fait un lien avec ton article 🙂

    En tout cas, profite bien ta vie, et vie comme tu souhaites!
    https://www.youtube.com/watch?v=uRjXDixe15A

  • Bonjour Adeline,

    En tant qu’homme, je me retrouve à avoir un peu la même réflexion que toi… Voyager, c’est s’abandonner et être soit même, c’est s’ouvrir aux autres et vers l’inconnu.

    On fait des tas de rencontres que l’on ne ferai pas dans d’autres circonstances…

    De mon coté, les voyages m’ont permit de rencontrer ma femme… Je me suis d’ailleurs installé au Canada.

    Comme toi, tous ces voyages et rencontres m’ont donné envie de créer un blog voyage, voici son adresse : http://www.regardnomade.com

    Merci pour cette page d’inspiration !

    Vincent.

  • J’ai adoré votre article, plein de vérités mais il faut beaucoup de courage pour entreprendre un voyage en solo. Ayant un petit bébé depuis quelques mois, je n’imagine pas un seul instant pouvoir l’abandonner plusieurs mois, mais j’applaudis ceux qui sont capable de voyager seul.

    Aude

  • Bonjour Adeline 🙂
    Je viens de trouver ton blog par hasard, et après lecture de plusieurs de tes articles, j’aime beaucoup ta vision des choses. J’adore voyager c’est ce qui me nourrit l’âme. Je n’ai voyagé qu’une seule fois toute seule, par choix, j’en avais besoin à ce moment là de ma vie, pour me retrouver. Je suis partie en Islande en décembre 2013, et je ne le regretterais jamais, car c’est sans doute une des plus belles expériences de ma vie. Déjà parce que l’Islande est un pays magique et magnifique, et puis parce que ça m’a fait du bien. Je suis partie pas très rassurée à l’idée de voyager seule, moi qui parlait pas très bien anglais, mais au final je me suis sentie libre, vivante, capable de nouvelles choses. Je me suis parfaitement débrouillée, j’ai discuté comme j’ai pu avec des gens, je me suis baladée toute seule, vaincue la peur d’aller au resto seule, et je me suis sentie si bien. Je suis rentrée à Paris avec la seule idée e tête de recommencer! Bon je n’ai pas pu jusqu’à maintenant, et puis maintenant je suis en couple, mais malgré ça j’ai envie de partir seule, et mon chéri le comprend et ne s’y opposerait pas (biensure si c’est une destination qui ne craint pas!)
    Je pense que voyager seul au moins une fois dans sa vie est une expérience que l’on devrait tous faire, histoire de mieux se connaitre soi même, de voir de quoi on est capable, d’accepter d’être notre propre compagnon 😉
    Merci pour tes récits si réalistes et plein d’inspirations 😉
    Wendy

    • Merci beaucoup Wendy pour ton petit mot qui me va droit au coeur. On oppose souvent le voyage en solo et le voyage en couple alors que cela n’a rien à voir. Comme tu le dis, on a tous besoin parfois de se retrouver avec soi-même et le voyage est pour moi idéal pour cela. Se connaitre, se confronter aux autres, se sentir libre et vivante, réfléchir par soi et pour soi.
      L’Islande est dans un coin de ma tête depuis longtemps. Tu me donnes encore plus envie maintenant 🙂

  • Salut Adeline, as-tu reçu des témoignages de garçons ayant voyagé seul, penses-tu que cela soit si différent d’une fille seule ? Super article, très inspirant, peut-être même un peu trop : et si j’achetais un billet d’avion demain ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *