Accueil > Road trip dans la Manche : du Mont-Saint-Michel à la Hague dans le Cotentin

Road trip dans la Manche : du Mont-Saint-Michel à la Hague dans le Cotentin

par Adeline
Publié Mise à jour le

Après ma semaine dans le sud du Finistère en juin dernier, je continue de faire dans le tourisme de proximité et visiter à mon rythme l’ouest de la France. Cette fois, c’est dans la Manche en Normandie que je vous emmène en road trip. De la baie du Mont-Saint-Michel à la Hague sur la presqu’île du Cotentin, la côte est sauvage, dunaire et granitique et c’est typiquement le genre de territoire que j’aime explorer. Je vous emmène à la rencontre d’un département où s’évader en pleine nature est vivifiant et ressourçant.

Road trip dans la Manche : itinéraire détaillé

L’été touche à sa fin et pour en profiter jusqu’à ses dernières lueurs, j’avais envie de retrouver la mer, les dunes et surtout de visiter le Mont-Saint-Michel. Celui-ci a donc été mon point de départ dans l’organisation de ce road trip dans la Manche qui m’a menée jusqu’à la Hague, tout au nord de la presqu’île du Cotentin. Retrouvez ci-dessous chaque chapitre de ce voyage orienté randonnée et nature.

Le Mont-Saint-Michel et sa baie

Il parait que l’on visite tous le Mont-Saint-Michel au moins deux fois dans sa vie ! Je ne compte plus le nombre de visites depuis ma plus tendre enfance mais jamais je n’avais visité son abbaye ou fait le tour de sa baie à pied. Ce fût donc le programme de cette journée au Mont-Saint-Michel.

Un matin au Mont Saint Michel

J’ai réservé un créneau à la première heure à l’abbatiale du Mont-Saint-Michel histoire d’être là tôt et voir l’intérieur des remparts le plus désert possible. Avec la Covid-19 les cars de touristes étrangers ont déserté le Mont et 2020 est sans conteste la bonne année pour le visiter. Attention, il ne faut pas se leurrer, il y a quand même du monde mais plutôt entre 11h et 17h.

Visiter le Mont-Saint-Michel

L’arrivée à pied au Mont-Saint-Michel, tels les pèlerins autrefois, est assez magique. Chaque saison et chaque heure de la journée offre des lumières différentes sur les pierres de granit de l’abbatiale et sur la baie dont le paysage évolue au rythme des marées et de la météo !

Construite sur le mont Tombe à 80m de haut et sur 80m de large, l’abbaye du Mont-Saint-Michel est aussi impressionnante à voir qu’à visiter. Initialement ce n’était qu’une chapelle, construite suite l’apparition de l’archange Saint Michel qui ordonna en 708 à l’Évêque d’Avranches, la construction d’un sanctuaire sur ce mont Tombe. Et puis au 10ème siècle une communauté de moines bénédictins vient s’installer sur ordre du duc de Normandie et c’est ainsi qu’elle se développe jusqu’au 16ème siècle pour apparaitre telle qu’on la voit aujourd’hui. A la Révolution, les bénédictins sont chassés et le Mont devient une prison ce qui provoque l’indignation de Victor Hugo. C’est Napoléon III qui la ferme en 1863 et il redevient rapidement un lieu de pèlerinage. Aujourd’hui l’abbaye est occupée par une petite communauté des Fraternités monastiques de Jérusalem.

Dans ce dédale d’escaliers, d’églises et de chapelles construits en granit des îles Chausey, se trouve toute l’histoire de ce Mont-Saint-Michel qui a été inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 1979.

Ce que j’ai aimé lors de la visite de l’abbaye, c’est ce cloitre comme suspendu au-dessus de la baie et offrant une vue magique sur la côte d’émeraude. J’ai aussi aimé toutes les vues des terrasses sur la baie, sur l’archange Saint-Michel tout doré qu’il est et la chapelle Saint-Auber en contrebas.

En même temps que l’Abbaye se construisait, un village s’est développé dans l’enceinte des remparts. On se perd, on emprunte les petites venelles et autres escaliers et on se laisse transporter par toutes ces vues sur les toits, les colombages et cette baie à l’horizon infini. Un vrai labyrinthe ce Mont-Saint-Michel.

Balade dans la baie jusqu’à Tombelaine

Ce que j’avais envie de faire depuis longtemps, c’est cette randonnée dans la Baie du Mont Saint Michel. Il en existe plusieurs mais la plus populaire et plus facile, c’est la balade en 3H aller/retour jusqu’au rocher de Tombelaine.

C’est obligatoire de faire cette traversée avec un guide officiel du Mont-Saint-Michel car la baie est dangereuse. Entre la marée, la plus haute d’Europe dont le marnage peut atteindre jusqu’à 12-13 m, les traversées de rivières et les sables mouvants, vous seriez bien inconscients de vous y aventurer seul.

La visite guidée est passionnante, à hauteur de ce lieu d’exception. On y apprend des faits historiques, la géographie des lieux, le système des marées et sur les grands travaux de 2015 qui ont permis au Mont-Saint-Michel de redevenir une île… C’est une chouette balade à faire par beau temps ou même temps couvert.

Les heures de départ dépendent des heures de marées. Si vous avez la possibilité de faire la randonnée le matin ou en fin d’après-midi, c’est mieux pour éviter le contre-jour du début d’après-midi si vous voulez prendre des photos.

La randonnée est tout à fait accessible aux enfants. C’est plat, on marche dans le sable, la vase et l’eau, rien de plus rigolo ! Il faudra éventuellement porter les plus petits en taille lors de la traversée des deux rivières mais rien de très complexe. Un adulte a de l’eau maximum au-dessus du genou pour les plus petits. Pensez à mettre un short, un bon pull et un coupe-vent ce jour-là.

Conseils pour arriver au Mont-Saint-Michel

Le parking est situé à près de deux kilomètres du site. Vous pouvez choisir d’aller jusqu’au Mont-Saint-Michel à pied ou en navette. Celle-ci vous dépose (presque) aux portes des remparts. Avec le Covid, seules 50 personnes peuvent monter dans un bus (c’est déjà beaucoup) alors prévoyez au moins une heure à une heure 30 entre votre arrivée au parking et l’heure d’entrée à l’abbaye ou de la balade dans la baie.

Je vous conseille de faire au moins une fois le chemin à pied du barrage aux remparts pour avoir de belles vues sur le Mont-Saint-Michel. A l’aller c’est mieux quand vous êtes encore frais et pas fatigué parce que visiter le Mont c’est assez sportif, on monte et on descend tout le temps et si vous faites en plus la marche dans la baie, à la fin de la journée vous serez épuisé ! Croyez-moi. Si vous avez le courage de rester jusqu’au coucher de soleil, restez-y, c’est magique (trop fatiguée, je n’y suis pas restée cette fois-ci).

Le parking est cher… 14,20€ pour la journée en haute saison et 9,10€ en basse saison. Le bon plan est de venir s’y balader entre 19h et 1h du mat’, le parking coute alors 4,60€ mais c’est valable du printemps au début de l’automne, en hiver ça ne vaut pas le coup.

Si vous arrivez en train, la gare la plus proche est Pontorson. De là un bus vous emmène aux portes des remparts pour 3€ l’aller.

Le Mont-Saint-Michel et les grandes marées

Attention à bien se renseigner sur les coefficients avant de visiter le Mont-Saint-Michel. Lors des grandes marées, coefficient autour de 120, le Mont redevient une île et est rendu inaccessible pour quelques heures. C’est un spectacle exceptionnel, malheureusement ce n’était pas le cas lors de ce séjour. Pour connaitre les prochaines dates des grandes marées au Mont-Saint-Michel, je vous invite à consulter ce site.

Les falaises Champeaux & le plus beau kilomètre de France

Edouard Herriot, homme d’état de la IIIème république, a un jour déclaré que les falaises de Champeaux se trouvaient sur le plus beau kilomètre de France, quand le général Eisenhower considérait lui cet endroit comme l’un des plus beaux panoramas du monde. Cela m’a intriguée bien sûr alors j’ai voulu aller vérifier par moi-même en empruntant le GR®223. Au début l’horizon était brumeux… Je distinguais bien sûr les falaises et les rochers qui tombaient dans la Manche et au loin la cabane Vauban. Alors c’était beau mais jusqu’à la cabane Vauban je n’ai pas trop compris pourquoi…

Le plus beau kilomètre de France !

…Et puis j’ai rebroussé chemin et au détour d’une falaise, la brume s’est levée et le Mont-Saint-Michel s’est dévoilé au loin comme un mirage. Et là j’ai compris pourquoi. C’est un peu surévalué, on ne va pas se mentir, il y a d’autres kilomètres en France qui sont tout aussi jolis (même s’ils n’ont pas le Mont à l’horizon). En revanche le sentier entre Champeaux et Carolles et la vallée du Lude vaut clairement le détour pour ses vues imprenables sur la baie. Les couleurs de la Manche à marée descendante, avec le soleil qui se réfléchit dans le sable sont sublimes !

Mon conseil : y aller tôt le matin pour ne pas être en contrejour et avoir de belles couleurs sur le Mont-Saint-Michel ou au coucher du soleil pour avoir de belles couleurs sur les falaises et le soleil qui décline à l’horizon.

Vous pouvez garer votre voiture au parking situé à côté du restaurant La Grange de Tom (40 Route des Falaises, Champeaux), le parking de la vallée du Lude ou celui de la cabane Vauban à Carolles. Ils sont tous situés sur la route de la baie (la D911), sont bien indiqués et gratuits. Pensez à prendre des bâtons si vous n’êtes pas à l’aise sur les sentiers rocailleux. Il y a quelques passages un peu raides et glissants.

Retour en haut

L’archipel de Chausey, l’archipel granitique

L’archipel de Chausey fait partie des 15 îles du Ponant, toutes situées dans la Manche ou l’océan Atlantique. Après l’archipel des Glénan et l’île de Sein cet été, je me suis tout naturellement arrêtée une journée sur les îles Chausey lors de ces petites vacances dans la Manche.

L’archipel de Chausey

Chausey est le seul archipel Anglo-Normand à être resté français. Il a la particularité d’être granitique et ses pierres ont été utilisées pour construire le Mont-Saint-Michel, reconstruire Saint-Malo après la 2nde guerre mondiale ou encore pour les pavés de certaines rues de Paris ou de Londres.

Seule la Grande île est visitable. 10 personnes y vivent à l’année et vous les reconnaitrez facilement, ils vivent pieds nus ! Une maison est construite sur une autre île, l’île d’Aneret. Elle est privée et appartient à un pêcheur. Pour le reste, l’archipel est composé de 365 îlots de granit, que l’on voit distingue surtout à marée basse, où parfois viennent se poser des phoques. J’ai eu la chance de pouvoir en observer un lors du tour de l’île.

Les îles Chausey sont aimées des marins et de tous les amoureux de nature. Eric Tabarly aimait y venir et le peintre de la marine Marin Marie y avait une maison. Il faut dire qu’on peut y observer une grande variété de faune (comme le faisan ci-dessou ou le fameux phoque) mais aussi de flore (près de 300 espèces végétales).

Si vous faites le tour de l’île à pied par le sentier du littoral (il se fait en 2 heures), vous apercevrez certainement cette pyramide (ci-dessous) et vous demanderez probablement ce que c’est. A une époque où les pêcheurs bretons et normands ne s’aimaient pas fort, elle servait à tracer une ligne imaginaire entre le Mont-Saint-Michel et les îles Chausey pour délimiter les territoires de pêche de chacun. Cette époque est révolue mais la pyramide est toujours là.

Il n’y a pas grand chose à faire aux îles Chausey mais c’est une étape agréable pour profiter du temps. Par une jolie journée, vous trouverez de belles plages où vous poser.

Comment aller aux îles Chausey ?

Ce sont les Vedettes Jolie France qui assurent les liaisons avec les îles Chausey depuis Granville. La traversée dure entre 45mn et 1 heure.

Le parking de la gare maritime est gratuit mais complet assez vite donc il faut venir tôt avant l’heur du bateau pour éviter d’avoir à payer le parking voisin. Je vous conseille de réserver votre place sur ferry en ligne ou par téléphone (02.33.50.31.81) et de vous présenter au guichet pour retirer votre place au moins 30mn avant le départ de la navette.

Le tarif (été 2020) est de 28,30€ l’A/R pour les adultes et 18,10€ pour les enfants (3 à 14 ans). La compagnie assure un tour de l’île pour 10 euros supplémentaires. Ce n’est pas incontournable sauf si, comme moi, vous voulez tenter de voir un phoque !

Retour en haut

La route des havres et côte des isles

De Granville à Barneville-Carteret, en remontant la côte jusqu’à La Hague, de nombreux havres se succèdent les uns aux autres. Les havres ce sont des petits estuaires remplis de sable et de prés salés où se rencontrent les eaux douces des rivières et les eaux salées de la Manche. Façonnés par les marées, il faut vraiment prendre le temps de se promener dans ces paysages dunaires qui s’enchainent jusqu’à Barneville-Carteret, une station balnéaire située sur la côte des isles. Du Cap Carteret, par temps dégagé, on aperçoit Jersey et Guernesey, les plus célèbres des îles Anglo-Normandes.

Le havre de la Vanlée, le bout du monde

Mon premier arrêt est le havre de la Vanlée. Après avoir traversé la route submersible (seulement lors des grandes marées), j’ai garé ma voiture près du restaurant de plage la Cahute et je suis allée me promener jusqu’à la flèche dunaire que les locaux appellent le bout du monde. Ça me parle les bouts du monde ! D’un côté de la dune la plage, de l’autre des prés salés où les moutons viennent brouter et s’abriter dans les bergeries.

La route submersible du Havre de Vanlee dans la Manche

Ici le vent façonne le paysage et la dune protège les bateaux posés sur le sable du havre à marée basse.

Ce circuit très facile fait partie des 16 balades en famille recommandées par l’office de tourisme Granville Terre et Mer. Les fiches topos sont bien faites, adapatées aux enfants et téléchargeables gratuitement sur leur site.

La pointe d’Agon et le havre de Régnéville

Un peu plus haut, sur le havre de Régnéville, la pointe d’Agon est tout aussi dunaire et sauvage. A marée basse les bateaux se reposent dans le sable et offrent de jolis horizons. Là aussi c’est le bout du monde !

A marée basse, garez votre voiture sur le parking du phare et partez vous promener dans les dunes et sur le sable du havre de Régnéville.

Adepte de naturisme ? Alors la pointe sud de la plage de la pointe d’Agon-Coutainville est faite pour vous !

La Poulette, la cabine classée

Les côtes normandes sont bien connues des photographes de cabines de plage. Les plus connues sont bien sûr celles de Deauville mais celles de la Manche sont extraordinaires et n’ont rien à envier à celles du Calvados.

La construction de la Poulette remonte à 1926 et c’est la seule qu’il reste dans les dunes de la plage la Poulette au nord de Coutainville. On voit bien que la mer mange sur la dune, qu’elle a été renforcée et fermée pour ne pas être plus endommagée, que des pierres ont été posées pour ne pas qu’elle s’effondre à la première tempête venue, mais elle résiste.

J’espère qu’elle sera préservée le plus possible, voire rénovée car cette plage sans sa Poulette ne serait plus la même !

Ce territoire est connu aussi pour la conchyliculture. Promenez-vous à marée basse et vous verrez les tracteurs s’agiter. Cela a aussi son charme !

Gouville-sur-mer et ses cabines de plage colorées

Un peu plus haut sur la côte ouest, c’est à Gouville-sur-mer que l’on trouve les cabines les plus célèbres de la Manche ! Les toits colorés des dizaines de cabanes posées sur la dune, se mêlent aux joncs et aux chatons bercés par le vent.

En plein dans la zone de conchyliculture qui s’étend de Gouville-sur-mer à Agon-Coutainville, c’est donc au rythme du bruit des tracteurs que l’on déambule entre les cabanes. Une très chouette balade à faire au coucher du soleil de préférence quand les rayons viennent se refléter dans les joncs et transforment les dunes en une énorme marée blanche !

Port-Bail

D’un côté la dune de Lindbergh, de l’autre les prés salés et au centre, au fond du havre le village de Port-Bail. Sur le sable gisent quelques vieilles carcasses de bateaux. C’est ça que j’ai aimé lors de ma balade matinale à Port-Bail

Lever de soleil sur la plage de Port-Bail dans la Manche
Carcasse de bateau sur la plage de Port-Bail dans la Manche

Barneville-Carteret

On continue dans la découverte des cabines à Barneville-Carteret. J’y suis au petit matin quand le soleil se lève sur la plage. La mer monte doucement et 2 jeunes sont dans l’eau. Admiration totale pour la frileuse que je suis qui ose à peine y tremper mes pieds !

Les cabines aux portes et volets bleus bordent la plage de la potinière. Il faut les longer pour emprunter, un peu plus loin, l’escalier qui mène au sentier des douaniers qui longe le Cap Carteret et son phare. La vue sur les cabines de la-haut est encore plus belle que sur la plage et le sentier offre des points de vues à couper la plage en contrebas et les îles Anglo-Normandes.

La boucle du Cap Carteret de 9,5km est une chouette balade à faire au petit matin quand la plage et le sentier sont encore peu fréquentés.

Retour en haut

La route des caps à La Hague

J’étais déjà allée dans le nord de la presqu’île du Cotentin le temps d’un week-end à La Hague en 2012. J’ai voulu y retourner pour revoir certains lieux, marcher sur le sentier des douaniers et voyager pour quelques heures sur les traces de Jacques Prévert.

Jacques Prévert et La Hague

Jacques Prévert est tombé amoureux de La Hague dans les années 30 et c’est dans les années 70, quelques années avant sa mort, qu’il vient s’installer à Omonville-la-Petite, son “petit coin de paradis”. Sa maison, une vieille bâtisse de pierre, est installée dans un joli jardin, à 10mn de marche du cimetière où il est enterré avec sa femme et sa fille et aux côtés de sont ami de longue date, le décorateur de cinéma Alexandre Trauner, dont il s’était rapproché en venant vivre à La Hague.

Maison de Jacques Prévert à la Hague
Tombe de Jacques Prévert à Omonville-la-Petite à la Hague dans le Cotentin

Sa maison se visite et mérite le détour pour qui s’intéresse à cet homme qui avait de l’humour, aimait les mots, les collages et avait pour amis Boris Vian, Yves Montand ou Robert Doisneau. A sa mort, son ami Gérard Fusberti et sa femme, décident de créer un jardin hommage où tous ses amis viendraient planter un arbre. Ce jardin aujourd’hui luxuriant se visite et offre une balade délicieuse. C’est ainsi que vous verrez des pins plantés par Yves Montand, des hortensias blancs par Barbara ou du lierre par Arletty. Il est aussi ponctué de quelques textes, des poèmes ou des chansons à travers lesquels on perçoit l’homme qu’il était. C’est une halte, drôle, poétique et bucolique d’où il se dégage beaucoup d’amour.

Le port Racine

On dit de port Racine que c’est le plus petit port de France. Je ne sais pas si c’est la réalité mais il est super mignon !!! Avec ses petites cabanes de pêcheurs aux portes colorées, les cordes qui traversent le port et ses petites barques qui y sont accrochées qui n’attendent que de sortir en mer, il n’y a rien de plus traditionnel. En plus il est perdu en pleine campagne le long du sentier du littoral, ça en ajoute clairement à son charme !

Le phare de Goury

Quand on arrive dans les environs de Goury, il y a ce petit quelque chose qui nous transporte en Irlande. L’herbe est verte, des petits murs délimitent les prairies et les vaches broutent. Au loin le phare veille sur la Manche !

Le port de Goury est assez stratégique dans cette zone géographique du Cotentin parce qu’elle abrite l’un des plus gros courants d’Europe : le “raz de Blanchard”. Il a la réputation d’être infranchissable pour de nombreux bateaux en cas de forte tempête.

Dès la fin du 19è siècle, suite à de nombreux naufrages de bateaux, une station de sauvetage s’est implantée pour pouvoir intervenir rapidement en cas d’avarie en mer. Aujourd’hui motorisée, la station octogonale de la SNSM de Goury permet de mettre à l’eau les canaux via 2 rampes et donc à marée haute comme à marée basse.

Le coin se découvre par tous les temps et il est certainement plus impressionnant en cas de fort coefficient de marée et par grande tempête. Très dramaturgique !

Le nez de Jobourg et la baie d’escalgrain

En repartant de Goury et du cap de la Hague pour redescendre vers la côte ouest de la Manche, empruntez la D401, une route sinueuse qui part d’Auderville et rejoint le nez de Jobourg en passant par la baie d’Escalgrain. Ici la lande vient littéralement plonger dans la Manche et la vue plongeante dans la mer est indescriptible ! Je suis tombée amoureuses des montons qui paitraient sur les hauteurs dans les couleurs déjà dorées d’un automne prématuré.

Un peu plus loin, laissez la voiture au parking du Nez de Jobourg et partez vous promener sur le GR®223 en direction du sud pour traverser la réserve ornithologique du nez de Jobourg. A 128m au-dessus du niveau de la mer, on trouve ici des falaises qui figurent parmi les plus hautes d’Europe et certainement les plus spectaculaires de la Hague. Le sentier n’est pas complexe mais il est rocailleux et quelques dénivelés peuvent le rendre glissant. Pensez à chausser de bonnes chaussures et des bâtons pour les moins sûrs ou stables d’entre vous !

La Hague est la région de la presqu’île du Cotentin qui invite à se laisser conter les éléments et à profiter de la nature. La Manche tout entière est une invitation à laisser le temps couler au détour d’une dune, d’une falaise, d’une île ou d’une réserve naturelle. Je suis loin d’avoir explorer toutes les ressources naturelles du coin, elles sont si nombreuses. J’ai dans la tête d’y retourner pour explorer le parc naturel régional des marais du Bessin et du Cotentin, de me balader à Cherbourg, même sous un parapluie, et explorer la façade est de cette presqu’île si belle et si sauvage pour remonter l’histoire sur les plages du débarquement, y voir d’autres phares, d’autres ports et de jolis villages. Je n’ai pas trop parlé de ses villes et ses villages car je ne m’y suis pas vraiment arrêtée, voulant profiter un maximum de la nature lors de ce séjour dans la Manche. Pour les adeptes, sachez que l’on y trouve de nombreux châteaux, églises et jardins qui méritent le détour.

Je n’ai pas dit mon dernier mot avec la Manche. “Jamais deux sans trois” nous dit le dicton. C’est sûr je ne laisserai pas passer 8 ans avant ma prochaine vite, cette région est si ressourçante !

Retour en haut

Carte de la Manche avec tous les sites cités dans cet article

Retour en haut

Road trip dans la Manche : le guide pratique

La Manche, et surtout la presqu’île du Cotentin, c’est un peu le bout du monde mais finalement elle reste facilement accessible en train de Paris ou en voiture pour les gens du nord et de l’ouest.

Comment arriver dans la Manche ?

Arriver en voiture

Située à l’ouest de la Normandie, la Manche est accessible en voiture via l’autoroute A13 si vous venez de Paris ou l’A84 si vous venez de l’ouest.

Arriver en train

En train, la Manche est facilement accessible depuis Paris. Vous pouvez choisir de faire Paris-Cherbourg depuis la gare Saint-Lazare en plus ou moins 3H30 si vous voulez découvrir La Hague et le Cotentin ou Paris-Granville depuis la gare Montparnasse en 3 heures environ si vous voulez visiter le Mont-Saint-Michel et le sud du département.

De Rennes, vous trouverez aussi un TER qui vous emmènera à Granville en 1h30 environ ou Saint-Malo car même si le Mont-Saint-Michel est normand, il se découvre facilement depuis la Bretagne. Depuis Nantes, il faudra faire un changement à Rennes.

Pour consulter les horaires des trains et réserver : Ouisncf.com

Louer une voiture dans la Manche

Si vous venez en train et que vous voulez faire un road trip dans la Manche, aller comme moi du Mont-Saint-Michel au nord de la presqu’île du Cotentin, le plus facile est de louer une voiture. Vous pourrez le faire depuis Granville, Cherbourg, Rennes ou Saint-Malo.

Pour consulter les prix, je vous recommande rentalcars.com ou de louer directement via les agences Avis et Europcar qui se trouvent dans ces villes à proximité des gares.

Se déplacer en voiture dans la Manche

Si on accède facilement à la Manche par l’autoroute, se déplacer dans le département prend du temps, surtout sur la côte ouest où on ne trouve que des départementales où l’on roule à 80km/h et où l’on traverse de nombreux villages où la vitesse est limitée à 30km/h. La Manche invite donc à faire un road trip en mode slow tourisme et c’est très bien !

Préparer son séjour dans la Manche

Quel guide choisir ?

Je suis partie avec 2 guides papier dans la Manche. Le Guide du routard Normandie et le Guide vert Normandie Cotentin. Ils se complètent assez bien. Si vous n’en aviez qu’un à choisir, ce serait peut-être le Guide Vert qui suggère des itinéraires en voiture sur chaque étape recommandée ici.

A quelle saison partir dans la Manche ?

La période la plus favorables pour visiter la Manche s’étend de juin à septembre mais vous pouvez venir aussi lors des grandes marées quand l’eau vient recouvrir les havres et que le Mont-Saint-Michel redevient une île. Un spectacle quasi unique au monde puisque c’est dans la baie du Mont-Saint-Michel que l’on peut observer les plus grandes marées d’Europe avec un marnage pouvant atteindre 12-13m. C’est dans la baie de Fundy au Nouveau Brunswick au Canada que l’on trouve les plus grandes, elles peuvent atteindre jusqu’à 16m de marnage.

Randonner dans la Manche

La Manche est une terre de randonnées. Le GR®223, plus communément connu sous les noms de sentier des douaniers ou sentier du littoral, s’étend sur 446km du Mont-Saint-Michel à Carentan, aux portes du Calvados. C’est le prolongement du GR®34 en Bretagne. Sur la côte des îles, je vous invite à faire le circuit du Cap de Carteret (9,5km – 2h30) qui domine la jolie plage de la potinière et les dunes d’Hatainville.

Plus au nord, le circuit du cap de la Hague, de Carteret à Querqueville (99km – 5 jours) vous fait prendre de la hauteur. Ce coin de France que l’on surnomme “la petite Irlande”, offre des vues à couper le souffle sur le nez de Jobourg où les falaises hautes de 128m vous permet d’apercevoir les îles Anglo-Normandes (Jersey, Guernesey, Aurigny), la baie d’Escalgrain, le cap de La Hague… Ce n’est pas la partie la plus facile du GR®223 alors pensez à prendre de bonnes chaussures et des bâtons pour vous aider dans les montées et les descentes sur les falaises.

Où dormir sur la côte ouest de la Manche ?

Lors de ce road trip de 5 jours dans la Manche, j’ai loué le gîte les Madeleines à Carolles, une petite station balnéaire située à 35 mn au nord du Mont-Saint-Michel. Vous pouvez le réserver sur Booking ou Airbnb.

J’ai beaucoup aimé l’appartement. Si c’était à refaire, je louerais 2 nuits ici pour visiter le sud de la Manche et 2 nuits plus au nord dans la région de la Hague histoire d’avoir moins de route à faire. La route est longue jusqu’au nord du Cotentin, même si ça ne représente qu’une centaine de kilomètres, il faut quand même compter 2 heures pour rejoindre le cap de la Hague depuis Carolles.

Où dormir à proximité du Mont-Saint-Michel ?

Si vous venez pour un week-end, vous pouvez aussi faire le choix de dormir à proximité du Mont-Saint-Michel. Je le conseille à ceux qui auraient envie de profiter du lever et du coucher du soleil sans avoir à prendre la voiture . Il y a de quelques hôtels à côté du barrage et de là vous pourrez facilement marcher (quand même 1km) ou prendre une navette. A cet endroit nommé la Caserne, vous trouverez l’hôtel Mercure, l’hôtel Grabriel ou le Saint-Aubert mais c’est le Relais Saint-Michel qui offre des chambres avec vue sur le Mont. Un peu plus loin, mais toujours à proximité, les maison d’hôtes la Jacotière ou l’étoile des Grèves offrent chacune de jolies vues sur le Mont-Saint-Michel.

Mont-Saint-Michel vu du barrage

Vous trouverez aussi des hôtels dans l’enceinte du Mont-Saint-Michel comme l’auberge Saint-Pierre ou les terrasses de la mère Poulard mais à des prix exorbitants (autour de 200€). Personnellement je trouve que les hôtels au niveau du barrage ou à Ardevron sont un bon compromis.

Visiter la Manche en temps de Covid 19

La Manche est le département idéal pour voyager en France au temps de la Covid 19 et en mode road trip encore mieux ! Ce département assez reculé offre un territoire naturel exceptionnel qui permet de s’évader en étant assez isolé dans les dunes ou sur les falaises. On remise le masque dans sa poche et à nous la liberté ! Personnellement c’est vraiment des escapades en pleine nature que je recherche actuellement pour m’éloigner le plus possible des problématiques de transmission du virus. Ceci étant je ne m’interdis pas des visites culturelles mais avec masque obligatoire. Au Mont-Saint-Michel par exemple, le masque est obligatoire dans l’enceinte des remparts. Ce genre de mesures me rassure.

Retour en haut

Cet article contient des liens d’affiliation. Quand vous achetez une nuitée, un livre ou tout autre produit via l’un de ces liens, je reçois une commission. Cela ne vous coûte pas plus mais cela m’aide à vivre.

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Inscrivez-vous à la lettre d’Adeline

Et recevez chaque mois des idées d’évasion, des recommandations de livres, podcasts, musiques ou des bons plans exclusifs pour les abonnés

Road trip dans la Manche : du Mont-Saint-Michel à la Hague dans le CotentinRoad trip dans la Manche : du Mont-Saint-Michel à la Hague dans le CotentinRoad trip dans la Manche : du Mont-Saint-Michel à la Hague dans le Cotentin

Autres articles à découvrir

8 commentaire

Asiatrek dimanche 20 septembre 2020 - 11:54

Bien écrit, bien raconté 😉

répondre
Adeline dimanche 20 septembre 2020 - 19:15

Merci Laurent, tu viens d’une bien belle région 😉 ça faisait longtemps que j’avais envie d’aller y faire un tour, je ne regrette pas et compte bien y retourner !

répondre
Oh, Angela ! lundi 21 septembre 2020 - 09:40

Hello, je n’ai jamais été visiter cette jolie région. Tes photos donne vraiment envie !
Merci pour ton belle article 🙂
Belle journée à toi !

répondre
Adeline lundi 21 septembre 2020 - 18:57

De rien 😉 Ravie de te faire découvrir l’une de nos pépites françaises !

répondre
Nath Moreau vendredi 25 septembre 2020 - 00:04

Article très complet et de bien jolies photos qui m’ont donné envie d’y retourner La prochaine fois, je te conseille le Jardin de Vauville à la pointe de la Hague, une belle touche d’exotisme en Normandie

répondre
Adeline vendredi 25 septembre 2020 - 14:39

ah oui je voulais y aller mais je n’ai pas eu le temps. Cela me donne une bonne raison d’y retourner !!!

répondre
Charles vendredi 25 septembre 2020 - 12:09

Superbe photo.
Ca donne envie de découvrir ce coin de France.
Merci Adeline 🙂

répondre
Adeline vendredi 25 septembre 2020 - 14:39

Merci Charles

répondre

Laisser un commentaire