Si tu devais changer de vie, que ferais-tu ?

On éprouve tous le besoin de changer de vie à un moment ou à un autre de son existence non ? J’ai fait ma crise de la quarantaine à 36 ans ! Nous étions alors en 2009, ma vie de publicitaire ressemblait de près à du métro/boulot/dodo et celle-ci ne me satisfaisait pas. Mais alors pas du tout. J’étais surtout dans un espèce de tourbillon duquel je n’arrivais pas m’extraire. Peut-être au bord de la dépression… Ou du burn out.

En mars 2009, c’est un voyage qui changea le cour de mon existence. Aujourd’hui c’est facile de dire comment en aurait-il pu en être autrement ? mais çà l’époque ce n’était pas si évident.

Que faire pour changer de vie ?

Si tu devais changer de vie que ferais-tu ?

Je me rappelle de ces instants comme si c’était hier. J’étais en voyage pour 10 jours en Jordanie avec un ami, Fabrice alias Mr D, nous venions d’arriver à Pétra par la magnifique route des rois. Après avoir randonné 2 jours dans la cité nabatéenne, ce soir-là j’étais fatiguée et n’avais pas la force d’ouvrir un livre avant de m’endormir. Mr D, lui, lisait les 7 clés du bonheur, un livre sur le développement personnel, typiquement le genre de livre que je n’ emmenerais pas en vacances mais, il faut l’avouer, c’est un peu grâce à ceui-ci que j’ai pris la meilleure décision de ma vie.

Chaque soir Fabrice me résumait un chapitre. Ce soir-là il me dit : « tu ne réfléchis pas et tu réponds à ma question : si tu devais changer de vie, que ferais-tu ? ». Dans un demi-sommeil, je m’entends encore lui répondre « je partirais faire un tour du monde ». D’où cette phrase est-elle sortie ? Je ne sais pas.

J’ai toujours aimé voyager et j’ai pas mal trimbalé mon sac à dos avant ce voyage (une année en Australie à 20 ans, de nombreux voyages en Asie…) mais rien qui pouvait me laisser supposer qu’un jour j’aurais l’envie de tout quitter pour voyager. Un rêve que je croyais tellement impossible que je l’avais enfoui quelque part dans mon subconscient ? Grâche au laché prise il a refait surface.

Ce soir-là je m’endormais doucement sur cette phrase.

Le lendemain, Fabrice et moi quittons Pétra pour le désert du Wadi Rum où nous avions rendez-vous avec un bédoin pour passer 2 jours dans cet endroit d’exception. Deux espagnols se joignent à nous. Nous apprendrons plus tard qu’ils avaient quitté leur pays 3 semaines auparavant pour… un tour du monde.

J’ai vu cela comme un signe. Ce rêve serait donc accessible !

Si c’est au fond de toi alors fonce !

De ces deux jours, je me souviens bien sûr de cet endroit magique (qui pour moi reste le plus beau désert au monde, suis-je objective ? je ne sais pas), de ces longues discussions sur le voyage autour d’un thé et de cette phrase d’un des deux espagnols : « si c’est au fond de toi, si c’est une réelle envie, alors fonce ! Si tu ne le fais pas un jour ou l’autre tu le regretteras ».

Je rentre en France décidée. Et si c’était possible ? Ma vie doit changer et ce rêve doit être réalisable. Par où commencer ? Quel budget ? et mon boulot j’en fais quoi ? Bizarrement moi qui suis rarement organisée, et disons-le assez bordélique, je me suis trouvée une force extraordinaire pour mettre tout en oeuvre pour voir si ce projet était réalisable.

La première chose que j’ai faite a été de m’inscrire dans une association pour rencontrer d’autres voyageurs et me faire une idée de la faisabilité de ce projet. Si j’avais pas mal voyagé, je n’avais jamais fait de réel voyage en solo. Ensuite j’ai mis sur papier les pays que je voulais visiter et calculé un budget quotidien selon les pays pour voir si je pouvais me financer ce tour du monde et pour combien de temps. Ensuite je me suis inquiétée des solutions qui s’offraient à moi pour quitter mon boulot !

Mine de rien l’organisation de mon tour du monde était lancée.

2 mois après ce voyage (soit à peu près il y a 6 ans jour pour jour) je déposais une demande de congé sabbatique de 11 mois qui fût acceptée quelques semaines plus tard.

Départ de ma boite fixé avant les vacances de Noël 2009.

Le 4 janvier 2010, Fabrice m’emmenait à l’aéroport.

Le 5 janvier je dansais dans une chambre d’hotel de Chennai, persuadée d’avoir pris la bonne décision.

En septembre Mr D venait me rejoindre au Pérou, en décembre il venait me chercher à Roissy à mon retour.

La boucle était bouclée.

6 ans après c’est confirmé : j’ai pris la bonne décision.

Vivre de sa passion

Avant ce départ j’avais pris une décision : ok je faisais une pause dans ma carrière mais je devais pouvoir justifier que mon voyage ne s’arrêtait pas à une année de vacances. Si pour tous les jeunes d’aujourd’hui créer son emploi devient presque une nécessité tant le chômage est important, pour moi fille des années 70, le contrat à durée déterminée était une valeur sûre. Le graal décroché, il fallait s’y attacher.

En partant pour mon tour du monde, je me lançais dans le vide, je ne savais pas ce que j’allais faire par la suite. Je voulais le trouver sur la route. Me trouver pour me (re)créer. J’avais pour idée de créer un blog voyage mais je ne savais pas si j’étais capable de conter le voyage. J’ai donc bien réfléchi en amont sur ce que je voulais en faire, ce qui me ressemblait le plus et finalement ce fût ma meilleure carte de visite. Au retour mes quelques lecteurs m’ont encouragé à continuer. Et s’il était là mon avenir ? J’ai d’abord continuer pour moi, pour voir si j’étais capable de tenir sur la longueur. Petit à petit je me suis dit que je pouvais transformer ce hobby en travail. C’était en 2012.

Depuis 2009, ce blog dédié au voyage en solo et aux récits de voyage évolue sans cesse, au même rythme que moi. Honnêtement ce n’est pas facile de transformer une passion en travail, il faut toujours faire attention à ne pas la transformer en corvée, toujours veiller à proposer de la qualité avant de céder à certaines sirènes de l’internet mais je m’y accroche et c’est en grande partie grâce à vous chères lectrices (et lecteurs bien sûr). Alors Merci !

Merci d’être là fidèles, chaque année de plus en plus nombreux à me suivre, me lire, me pousser à créer, innover, m’aider à m’élever et me pousser dans mes retranchements depuis 6 ans maintenant.

Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles

Oscar Wilde

Mes conseils pour changer de vie ?

Croire en ses rêves et surtout ne pas laisser les parasites extérieurs essayer de les briser, fuyez ceux qui ne croient pas en vous, accrochez-vous à cette petite voix qui vous dit que vous prenez la bonne direction et rapprochez-vous de ceux qui vous soutiennent !

Changer de voie, de direction prend du temps. Des mois. Des années. Le plus dur est certainement de trouver le domaine qui vous correspond et de réaliser que vous pouvez peut-être en faire quelque chose. Le voyage c’était mon truc. Le vôtre c’est peut-être la couture, la plomberie, l’agriculture. Que sais-je ? Les rêves n’ont pas de limite. Je pense sincèrement que sans rêve et sans passion, on n’avance pas dans la vie. Alors trouvez les vôtres et accrochez-vous à ceux-ci.

Ce texte s’adresse à tous celles et ceux qui sont dans une période de leur vie où ils se posent beaucoup de questions, sont dans le tourbillon dans lequel j’étais, ne voient pas comment changer de vie ou ne voit pas l’ombre d’une petite idée pointer le bout de leur nez. Le moment où on lâche prise comme je l’ai fait en Jordanie, est souvent le moment où on se laisse aller à rêver, à imaginer, peut-être croire un peu plus en soit et en l’impossible.

Prenez des vacances, actives de préférence. Oubliez votre quotidien. Lâchez prise. Regardez l’avenir et permettez-vous de rêver ! Une fois le rêve identifié, ayez l’audace de vous lancer et donnez-vous à fond pour le réaliser. Vous investir dans un projet qui vous tient à coeur plutôt que de rêver votre vie vous rendra tout de suite un peu plus positif et petit à petit le ciel gris deviendra bleu !

Engagez-vous pour que ce rêve devienne réalité. Rien n’est livré sur un plateau d’argent. Surtout pas un rêve !

Faites des rêves immenses pour ne pas les perdre de vue en les poursuivant

William Faulkner

Quelques lectures qui m’ont aidée dans mon changement de vie

Quand on a l’envie de changer de vie, on devient assez réceptif aux livres qui parlent de développement personnel ou de voyage initiatique. Voici 4 livres que vous trouverez en format poche et m’ont parlé avant, pendant et même après mon tour du monde :

Siddharta de Hermann Hesse

L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle

Le sens du bonheur de Krishnamurti

Le moine qui vendit sa Ferrari de Robin-S Sharma

Et pour ceux qui veulent changer de vie par le voyage, il y a bien sûr tous les écrivains voyageurs qui vous inspireront par leurs écrits. Des classiques comme Nicolas Bouvier, Henri-David Thoreau, Robert-Louis Stevensson, Alexandra David-Neel, Karen Blixen ou plus modernes comme Caroline Riegel, Alexandre Poussin, Sylvain Tesson, Jon Krakauer (et son célèbre into the wild) ou les BD de Guy Delisle.

A mon tour de passer le relais

C’est mon histoire. J’ai eu la chance pendant tout cette aventure d’être entourée. D’avoir des gens autour de moi qui ont cru en moi. Je ne me rappelle que d’eux. Peut-être que vous, vous n’avez-vous pas la chance d’avoir un Fabrice dans votre entourage pour vous interroger. C’est donc à mon tour de passer le relais et vous poser la question : si vous deviez changer de vie,  que feriez-vous ?

Si vous êtes tombé sur cet article par hasard alors peut-être est-ce un signe comme l’ont été ces deux espagnols pour moi. Réfléchissez-y 🙂

Pour partager sur Pinterest :

C'est une question qu'un ami m'a posé lors d'un voyage en Jordanie. Celle-ci a changé le cours de ma vie #voyagerseule #voyage #solo

Tags from the story
More from Adeline

Nus et Culottés : Nans et Mouts reviennent (et je les ai rencontrés)

Alors que je viens tout juste de rentrer du Canada, je reçois...
Lire la suite

57 Commentaires

  • C’est un sujet qui me tient à coeur! Créer la vie dont on rêve. Oser changer de vie quand celle-ci ne nous convient plus. Aimer ce qu’on fait, laisser place à ses passions. Se laisser le droit de changer d’idée, d’évoluer, de sortir du cadre…

    Si j’avais à changer de vie, qu’est-ce que je ferais?

    Exactement ce que je fais là. Mes amies aiment blaguer: « Le service était tellement long au restaurant que Bianca a eu le temps de changer de carrière fois! ». Je suis en perpétuel mouvement professionnel et j’en suis à un deuxième changement majeur. Coup de chance, j’ai le partenaire de vie exactement comme moi. Deux entrepreneurs, travailleurs autonomes, indépendants géographiquement.

    De mon côté, je n’ai jamais eu à faire le grand saut d’une certaine façon, puisque j’ai commencé ma vie professionnelle dans un domaine très instable.

    Mais décidément, je salue le détermination des gens qui, comme toi, on osé laisser leurs rêves entrer dans leur vie et qui ont su se lancer!

  • changer de vie, c’est beaucoup de culot… et c’est pas toujours facile d’aller le chercher au fond de ses tripes… ton texte est superbe, merci d’avoir partager ce morceau de vie 🙂

    • Suivre le chemin du cœur et avoir la vie qu’on rêve d’avoir ! C’est possible et il faut du temps pour s’en rendre compte. Ce sont souvent des rencontres et des expériences qui nous font avancer et évoluer. Tu as raisons de passer le relai ! Je m’y mets également, car je veux que les gens prennent consciences que tout est possible. Les seules barrières, ce sont celles que nous nous mettons !

  • Ton article est super et je le fais suivre de ce pas à ma soeur qui est partie pour son premier tour du monde après avoir vu « Into the wild ».
    De mon côté, changer de vie va passer par une réorientation professionnelle, pas vraiment exceptionnelle, mais hors des chemins d’évolution prévus par mon employeur. Pas certaine d’y arriver mais rien que d’essayer, de mettre en place des actions: quel sentiment de liberté !!! Mon entretien suite à ma candidature spontanée pour un poste qui n’existe pas vraiment est mercredi/ vous penserez à moi ? 😉
    Un dernier mot: je lis et relis sans lasse « l’homme qui voulait être heureux » !

    • Merci Sido pour ton petit mot. Le changement de vie ne passe pas forcément par le voyage. Tout le monde n’a pas le même besoin d’évasion que ta soeur ou que moi. A chacun de trouver sa route et de s’y épanouir. Je croise les doigts pour vous 😉

  • Chouette de te lire ! J’aurais répondu la même chose que toi et j’aurais presque pu écrire à peu de choses près la même chose … pareil : une rencontre en voyage à 20 ans au Nicaragua qui m’a laissé entrevoir la possibilité de voyager pendant plusieurs mois seule en sac à dos à travers le monde … j’avais 33 ans quand j’ai aussi posé ce fameux congé sabbatique qui m’a lancé. J’y suis allée par étape par contre : un volontariat en Equateur, puis un boulot dégoté à l’autre bout du monde en Polynésie puis un tour en sac à dos en Amérique du sud … et de retour en France pas facile de ranger les valises … alors avec mon mari on se lance dans la création d’une agence de voyage : lui est péruvien et anciennement guide de montagne. Alors on se prend à rêver qu’un jour on pourra vivre de nos voyages et de notre passion et en faire voyager d’autres notamment dans les Andes, une région du monde qui m’a fasciné, bouleversé, transporté … Alors un Grand Merci pour tes écrits c’est chouette !

  • Quel bel article Adeline ! On sait désormais ce qui t’a décidé à faire ton tour du monde. J’aime beaucoup de genre d’annecdote, il y en a toujours une d’ailleurs quand on commence quelque chose.
    Pour ma part, cela fait un petit moment que je cherche à changer de vie. J’aimerais clairement pouvoir me poser plusieurs mois à un endroit, puis à un autre et un autre pour pouvoir découvrir et vivre le quotidien d’un autre pays. Ce qui m’en empêche…comme beaucoup : quitter un CDI bien payé pour vivre quelque chose qui me fera vibrer certes mais avec quels moyens ? J’essaye en tous cas de mettre des choses en place (avec mon blog et d’autres sites) pour pouvoir réaliser tout ca. Mais c’est pas si facile, mon entourage ne comprends pas et me prends pour une rêveuse alors je doute.
    Merci pour le partage de ton histoire très positive ! Je te souhaite de continuer à vivre de tes passions encore pour longtemps !

  • Salut ma petite Adeline,

    Voilà un article qui me nourri l’esprit gourmand d’aventures. Les êtres humains avons beaucoup de sentiments en commun, mais on ne les exprime pas de la même manière. La soif de changement est parfois éclipsée par la peur et les insécurités. Mais à la fin il faut trouver ce « quelque chose » que nous encourage à faire ce que l’on a toujours rêvé de faire : s’expatrier, faire un tour du monde, changer de vie, etc.

    Je t’apprécie, merci pour ses mots si sincères !

    Jerson

  • J’ai voulu changer de vie seule… j’ai vécu de belles choses, eu de bons moments, mais finalement ce n’était pas pour moi. Je crois qu’aujourd’hui, si je devais changer de vie, j’aimerais vivre une vie à deux tout simplement, parce que j’ai assez fait de voyage solo comme ça à mon goût 🙂

  • Je pense souvent à tous ces gens qui ont dû changer un truc dans leur vie, partir, revenir, essayer, en te lisant. Tu peux être fière de tout ça.
    En rentrant de soirée, en lisant ça, j’ai un peu juste envie de te dire « je t’aime » ^^

  • Merci pour ce chouette article!!!

    il se trouve que je suis en train de préparer mon départ pour 11 mois de congé sabbatique en juille,t et ton article m’encourage dans cette phase de « flip » où je suis ,à l’approche du grand jour….
    Je fais dans le sens inverse de mon côté : Pérou puis Inde et Asie:)…Et j’espère trouver ma voie tout comme tu l’as trouvée. Je pense savoir où est ma voie mais ça ne « marche pas » pour le moment. Et je crois vraiment que je dois d’abord vivre cette expérience et voir ce que la Vie m’offre comme opportunité. Voilà, tout ça pour dire: « Merci pour cet article qui me donne du courage et de l’espoir 🙂 « . Cyril

  • Très beau témoignage. Je me pose souvent la question. Si j’avais le choix, si la notion d’argent n’existait pas, que ferais-je, qu’est-ce qui me rendrais heureuse? Je n’ai pas encore la réponse très précise à ces questions mais je me dis que si je me les pose, c’est que le point où je me trouve ne me convient peut-être pas alors je continue de chercher…

  • Bonjour Adeline,

    Ton article tombe à pic. Depuis un temps, j’ai une amie qui ne sait pas quoi faire de sa vie future. Elle me parle surtout de voyage et de changer de vie mais quoi, quand, où ?
    Ne sachant que lui répondre, car on sait bien que ce n’est jamais évident ce genre de discussion…alors je vais lui transmettre ton article si touchant.

    Merci d’avoir partagé ton expérience ça va l’aider 🙂

  • Il y a quelques jours je faisais le tri dans mes livres de cuisine. Et je retombe sur un vieux carnet où j’écrivais des listes et des pensées. Un carnet vieux de 4-5 ans. Et là je vois, ce qui me tourne en tête ces dernier temps : devenir indépendante

    Ces derniers temps au boulot ça ne va pas fort et j’ai un espèce de vieux schema qui se répètent encore et encore depuis ces 10 ans que je travaille dans des entreprises. Celui où je ne me sens pas à ma place, avec trop de hiérarchie, pas libre. Bref je ne vais pas te raconter ma vie.

    Je lis beaucoup de livre de développement personnel, et je sais qu’il n’y a pas de hasard. Comme tomber sur ton article et le lire en entier n’en est pas un. Là de suite je me suis dit : c’est ça que je veux faire, me lancer.

    Je ne sais pas comment, je ne sais pas quand, mais cette idée me brûle ces derniers temps et revient sur le tapis presque tous les ans. Il va falloir que je m’y attarde et comme tu dis : que je me bouge les fesses

  • Très bel article, très inspirant ! Je pense qu’il faut une réelle force intérieure pour décider de changer ça vie alors que l’on a un cdi, le ‘graal’ tant rêvé par les jeunes diplômés… ! Merci !

  • Et bien, cet article est donc un signe et en ce moment des signes j’en ai plein… Oui je veux changer et là je sens que je suis au bout et que ce n’est plus je veux mais je vais et j’espère bientot ca y est j’ai changé! Pour quoi? La mosaïque très probablement mais il me faut autre chose et là je cherche mais ce que je sais c’est qu’il faut que je change pour être plus heureuse!

    Merci pour ce signe et ce chouette article

  • Hello,
    Ton article m’a interpellée… Peut-être parce que j’ai 36 ans ?… Peut-être parce que j’évolue dans la com’ ?…
    J’aurais bien des choses à dire mais là, comme ça, je ne peux pas… Les mots me manquent, mes pensées se bousculent… en fait je crois que pour une fois j’aurais préféré commenter ton article en MP…
    Mais franchement bravo d’avoir suivi ton instinct !

  • Super cet article ! J’ai changé de vie moi aussi, ca ne s’est pas fait en un jour c’est sur .. mais j’ai quitté Paris pour l’Afrique, cela fait maintenant 3 ans .. et je ne regrette absolument pas !! ^^ Un conseil ? Foncez !!!

    • Bonjour 🙂
      Juste par curiosité, que faites vous en Afrique? Etes vous partie de Paris avec un projet en tête? Cela m’intéresse de connaitre l’histoire des personnes qui ont franchi le cap d’aller s’installer ailleurs 🙂

      • J’ai voyagé deux semaines en Afrique mais je vis à Paris. Quand je suis partie pour mon tour du monde sans avoir de projet en tête. J’ai tenu mon blog, ça m’a plu. En rentrant j’ai retravaillé mais je n’étais plus faite pour ma vie d’avant. J’ai donc profité de mon chomage pour lancer vraiment mon blog et devenir rédactrice web. Je ne me suis jamais installée ailleurs finalement. Je le ferai peut-être ailleurs en France mais pour l’instant je n’éprouve pas le besoin d’aller ailleurs dans le monde autrement que par le voyage. Mon équilibre est ici et ailleurs à la fois.

      • Merci Adeline pour ta réponse (même si en fait je posais la question à Cyn-Travels qui avait laissé un post le 28 mai ^^). Mais justement c’est bon à savoir car je n’osais pas te demander ton parcours depuis ton tour du monde. Mais du coup rédactrice web dans le domaine du voyage c’est bien ça? Si je comprends bien tu as fait de ce blog ton travail? Arrives tu à en vivre?

  • J’ai eu cette révélation en 2012 quand je faisais mon échange universitaire en Suède. J’ai découvert le concept de la bucket list : http://une-fille-qui-realise-ses-reves.com/bucket-list/ et cela a changé ma vie. Rien qu’en écrivant sur le papier tout ce que je voulais réaliser dans ma vie, tout est devenu possible ! C’était presque magique… 😀
    Depuis, je la garde toujours en tête et je la relis régulièrement afin de garder le cap de mes rêves et ne pas attendre avant de les réaliser !!

    J’espère que ton article inspirera d’autres personnes 😉

  • Mon signe à moi ça a été d’aller voir le film Nature au cinéma, d’avoir déjà cette envie de partir loin et à la sortie du cinéma me dire qu’il faut que je le fasse et que j’arrête de juste en parler. Alors voilà, septembre le grand départ, sans savoir si je vais vraiment revenir, si je pouvais vivre du voyage comme toi ce serait parfait !

  • Je habite en Belgique. J’ étudie l’éducation primaire.
    Mais encore je ne sais pas encore qu’est ce que je veux faire exactement.
    Je pensais que peut-être un stage à l’étranger me peux aider.
    Et par lire votre blog je suis sûre que aller à l’étranger me va aider!

  • Le passage que je retiens de cet article, est surtout celui ci:

    « Changer de voie, de direction prend du temps. Des mois. Des années. Le plus dur est certainement de trouver le domaine qui vous correspond et de réaliser que vous pouvez peut-être en faire quelque chose. »

    C’est exactement la situation dans laquelle je suis actuellement. Le voyage c’est aussi mon truc. Et des voyages j’en ai fais… Adeline je me retrouve un peu dans ton parcours, décision de changer de vie, congé sans soldes d’un an pour voyager,… J’ai réussi à me prendre en main pour ça. Mais malgré tout je n’arrive pas à savoir aujourd’hui ce que je souhaite faire de ma vie. Passer à l’action ne me fais pas peur, mais encore faut il savoir ce que l’on souhaite. Mais je ne baisse pas les bras, j’y crois !!!!! 🙂

    En tout cas je n’avais pas connaissance de tous les livres que tu proposes (je « carburais » surtout avec les livres de Laurent Gounelle), je vais m’y intéresser de plus près.

    Merci pour cet article et bonne continuation ! 🙂

  • Merci pour ton article. Je suis tombée par hasard sur ton blog, moi qui, lassée de la routine métro/boulot/dodo (à 22 ans quand même !) , ait pris la décision de partir à l’étranger seule, je vois dans ton article comme un signe ! Et je me dis que je suis vraiment sur la bonne voie, alors encore merci 🙂

  • La photo est une passion pour moi, et c’est naturellement que j’ai découvert ton site à travers celui de Madame Oreille et du collectif des blogueurs voyage également… je suis vos aventures sur différents réseaux. Ton article tombe à pique, j’ai 33 ans et je me pose justement cette question « si je devais changer de vie, que ferrais-je? « . Sortir de sa zone de confort n’est jamais une chose facile mais j’y crois et je travaille pour. Avoir ton retour m’encourage encore dans ce sens alors un grand merci Adeline de passer si bien le relais 😉

  • Merci pour cet article plein d’espoir! evidemment, ce n’est pas facile si on a pas forcément l’argent pour les billets d’avion, pouvoir vivre etc dans chaque pays. Evidemment, si j’avais la possibilité de tout quitter, je le ferais, j’irai faire un tour du monde ou m’installer en Thailande revêtue de mon plus beau maillot de bain! malheureusement, tant de paramètres rentrent en compte.. 🙁

  • Salut Adeline,

    Je me retrouve parfaitement dans ton article et je te remercie pour ces quelques lignes qui résonnent en moi avec beaucoup de force. Le courage n’est pas de vivre sur la route, de partir à l’aventure, mais bien de prendre la décision, de sauter le pas et de suivre nos rêves peu importe où ils nous mènent. Comme tu le dis si bien, il s’agit là de réels sacrifices à faire, mais toute chose se mérite, et sans challenge l’aventure serait bien fade.

    Bref, je lis souvent tes textes même si je ne commente pas à chaque fois, mais je voulais aujourd’hui te dire merci pour ces beaux récits de vie. Bonne route à toi, au plaisir de te croiser un de ces jours je ne sais où 🙂

  • Changer ce n’est pas toujours facile, on va vers quelque chose de nouveau, qui fait peur. Mais une fois le pas passé c’est tellement bien de découvrir de nouvelles cultures, de nouvelles façons de voir le monde.
    Très bel article en passant 🙂

  • Ce n'est pas évident de faire le point sur soi et savoir ce qu'on a vraiment envie de faire sans être influencé par les autres ou être freiné par ses peurs. Mais c'est important de se lever le matin avec le sourire et de donner un sens à sa vie personnelle et professionnelle. Merci Adeline d'avoir partagé avec nous ton histoire 🙂 Adriana

  • Et bien voilà, tout plaquer et partir faire le tour du monde. Je crois que plus qu’un rêve, c’était un appel vital, un besoin de se retrouver. « En partant pour mon tour du monde, je me lançais dans le vide, je ne savais pas ce que j’allais faire par la suite. Je voulais le trouver sur la route. Me trouver pour me (re)créer », c’est exactement ça !
    Finalement, on se débrouille toujours une fois sur la route, on se surprend, on apprend à ce connaitre. Finalement, on n’a plus peur de ce qui vient après 🙂

  • Je serais ébéniste!
    Et en faite, c’est vraiment ce que je veux faire à présent. Après des études scientifiques, cela fait maintenant 4 ans que je bosse dans une association de protection de l’environnement. Dit comme ça, ça peut donner envie, et d’ailleurs à chaque fois que je raconte ce que je fais, tout le monde me dit que j’ai de la chance de bosser dans ce milieu. Peut être, surement… Mais ça ne me fait plus vibrer. Depuis toujours j’ai hésité entre un métier « intellectuel » et « manuel ». J’ai essayé le côté bien rangé, qui rassure les parents et l’entourage, maintenant place à la création! Pour autant, j’en tire une bonne expérience, qui m’a aidé à me construire en tant qu’adulte, à pouvoir mieux m’exprimer, et savoir maintenant ce que je veux vraiment. Du coup je n’ai pas encore lâché mon métier, mais je me forme à côté et ça m’aide à tenir, à construire mon projet petit à petit. Je rêve du jour où je pourrais en vivre, je sais que ce n’est pas pour tout de suite, mais j’y arriverai!

  • Bonjour Adeline,
    Merci pour ce bel article fort intéressant et bien écrit. Tout me parle évidemment! On s’est croisées à Cannes l’année dernière et je suis également fortement décidée à continuer mon changement de vie ! Cela prend du temps, de l’organisation et aujourd’hui, je sors de ma zone de confort (enfin depuis 1 an déjà!), donc fini le boulot-métro-dodo enfermée dans un bureau avec un patron insupportable, j’ai l’impression d’être une lionne en cage.. des idées plein la tête, un rêve de pouvoir écrire du contenu web en lien avec le monde des Voyages et un jour m’installer au Québec… C’est encore un peu le fouilli dans ma tête mais j’avance mine de rien… bonne suite à toi !!

  • Salut Adeline,

    J’ai découvert ton existence en regardant l’émission Envoyé Spécial et ça m’a donné envie de parcourir ton site, pour mieux cerner tes motivations.
    Dans ce que tu fais, j’apprécie particulièrement ta sincérité. C’est elle qui véhicule tes plus belles émotions sur le chemin de ta quête.
    Ce qui m’amène à te poser trois questions qui me tiennent à cœur:
    1/ après quoi tu cours aujourd’hui ? ou plutôt après qui ?
    2/ En quoi le voyage t’apporte des éléments de réponse à la question 1?
    3/ Enfin, ne penses-tu pas que le marketing de ta passion peut lui faire perdre son âme?

    Pascal, un voyageur incognito

    • Merci Pascal pour ton message.

      Pour répondre à tes questions :
      Après quoi je cours ? Je ne sais pas. Je n’ai jamais aimé la routine et depuis quelques années je m’épanouis dans le moment présent, dans la vie au jour le jour plutôt que dans l’attente d’un lendemain meilleur. Quand j’ai quitté mon travail en 2010 pour mon tour du monde, je me suis dit que travailler derrière un bureau, enfermée le plus clair de mon temps n’était plus pour moi. Aujourd’hui le monde est mon terrain de jeu, j’y rencontre des personnalités hors du commun que je ne rencontrerais certainement pas si je restais derrière un ordinateur. Rencontrer l’autre et m’ouvrir à d’autres culture voilà peut-être après quoi je cours, je ne suis jamais rassasiée. Ceci est valable ici comme ailleurs. Ma vie est un voyage, au pied de ma porte comme ailleurs dans le monde.
      Un exemple : l’autre jour me promenais dans Bourges et un couple m’arrête pour me poser des questions sur mon appareil photo. On commence à parler photo puis on enchaine sur le voyage puis finalement nous avons fini par aller boire un verre au café d’à côté pour continuer la discussion. 2 heures où je n’ai pas vu le temps passé et où j’ai passé un moment très agréable. Voilà après quoi je cours : des moments simples de la vie, des échanges. Comme je dis souvent, je ne voyage pas pour voir. Je voyage pour vivre. Vivre des rencontres, vivre des émotions, vivre des moments. Vivre tout court.
      Le voyage est la passion dans laquelle je m’épanouis le plus, par laquelle je peux exercer aussi mes deux autres passions : la photographie et l’écriture.

      Perdre mon âme par le marketing ? je réponds un NON franc. Quand je pars, que ce soit seule ou en voyage de presse, je suis à la recherche de quelque chose, d’une rencontre, d’une histoire, d’un moment que je pourrai partager avec mes lecteurs. Pour l’instant j’ai toujours trouvé ce que je recherchais, le jour où je ne trouverai plus, j’arrêterai pour ne pas tomber dans quelque chose de banal et sans âme. Ma force je pense est de toujours me remettre en question et de me demander « pourquoi acceptes-tu ce projet ? » si je ne trouve pas la réponse alors je refuse la proposition. On ne m’impose pas les choses voir je propose pour que cela corresponde plus à ce que je suis. Je ne sais pas forcément ce que je recherche, je laisse souvent le hasard faire pour moi, mais je sais ce que je ne veux pas. Et ça c’est une grande force !

      Merci Pascal pour tes questions intéressantes qui me poussent un peu plus dans mes retranchements et dans mes questionnements.

      • Bonjour Adeline,

        Je viens juste de lire ta réponse à mes questions de juillet 2015, avec beaucoup de retard je l’avoue, mais j’avais beaucoup à faire également en 2015.
        Je m’aperçois, avec un peu de recul, que mes questions étaient un peu intrusives, et je tenais à ce que tu saches que j’étais alors bien intentionné.
        En tous cas, j’ai beaucoup aimé ta réaction écrite qui m’a confirmé le fait que tu es une super nana, ivre de liberté, qui n’aspire qu’à l’essentiel : des rencontres impromptues qui donnent du sens à ta vie.
        Je te souhaite donc pour 2016 de réaliser tes projets de voyage et de vivre à nouveau de belles émotions, celles qui te poussent dans la quête de toi-même.
        J’ai hâte de lire les impressions et les sentiments que tu ramèneras d’Italie…

        A bientôt peut-être sur la route…

        Pascal un voyageur incognito

  • Un exemple de plus qui montre que tout est possible à partir du moment où on s’écoute vraiment et qu’on suit ses rêves.
    Je suis exactement dans cette période. Nous venons de faire un an de voyage, qui a tourné bien différemment que ce que nous avions imaginé au départ. Les plans ont volé en éclat après à peine 2 mois.
    Aujourd’hui, on ne se voit pas rentrer et tout arrêter. Du coup, on réfléchit comment maintenir ce type de vie à long terme.
    Il y a tellement de choix et de possibilité, mais je ne m’inquiète pas, la vie me montrera le chemin, il faut simplement suivre son instinct 🙂

  • Vraiment un bel article ! Il va aider de nombreuses personnes qui s’interrogent sur l’opportunité de se lancer et de changer de vie et qui hésitent à franchir le pas. C’est amusant, j’avais également 36 ans quand j’ai lâché mon travail, mon appart, etc. pour voyager un an. Comme toi aussi je savais que je ne reviendrais pas à ma vie antérieure ensuite et que ce voyage marquerait un nouveau départ plus général. Aujourd’hui le voyage s’est achevé il y a peu, et je réfléchis à la façon, comme beaucoup ici, de gagner ma vie en poursuivant mes voyages, mais en mode slow voyage désormais. Ton article m’encourage et m’invite à continuer à m’accrocher à mes rêves, merci !

  • La Jordanie, une bien belle façon d’ouvrir les yeux! Ce pays est sublime! Vous avez eu la force et le courage de lâcher tout ce que vous aviez pour vivre votre rêve et c’est formidable. Moi aussi je songe à vivre de ma passion mais il y aussi de nombreux sacrifices à faire pour y arriver!

  • Bonjour,
    Merci de nous faire partager votre expérience.
    Je suis en plein dans ces questionnements… j’espère que je trouverais ce qui me rend heureuse et non pas « ce qu’on attend de moi » ou encore « ce qu’il est raisonnable de faire ».
    Et j’espère que j’aurais le courage de le mettre en oeuvre !

  • Quelle émotion !!! Je reste sans voix après avoir lu ton récit, rempli d’espoir, d’encouragements…et de sérénité. Cela me bouleverse énormément, étant dans une période de doute et de questionnement depuis des années…mais à mon grand désespoir, incapable de franchir le pas, tétanisée ! Envie de changer de vie et d’avancer, je me suis persuadée que partir un certain temps à la rencontre des gens à travers quelques pays (très attirée par l’Amérique Latine), prendre le temps de prendre le temps, « mettre à vif » mes émotions…était la seule solution pour me (re)trouver et vivre enfin… D’où l’évidence pour moi de partir seule du coup, mais avec tous les freins et les peurs que cela fait naître. Bref. Mais je ne désespère d’y arriver très vite… Merci à toi pour tous ces conseils, et à tous ces commentaires qui me rassurent et me font me sentir moins seule…

  • Merci Adeline de partager cette expérience de vie.
    Comme tu dis.. c’est surement un signe :). Je m’apprête à partir 3 semaines au Brésil bientôt, cette envie de voyager est très forte aussi. Des lectures que je peux conseiller aussi : les 4 accords toltèques, ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en a qu’une, les 5 maux qui empêchent d’être soit même. 🙂
    J’espère trouver la même énergie que toi pour savoir ce que je veux réellement!
    Ya t-il un article qui parle de ton travail d’aujourd’hui ? Aurais tu des conseils des endroits immanquable sur le Brésil?
    Bonne journée,
    Mélanie

  • Merci de nous faire partager votre expérience. Le voyage c’est Sortir de l ordinaire, défier le temps, le plaisir d’apprendre, le plaisir d’agir, l’ouverture sur le monde. C’est vraiment l’acte que change la vie !

  • C’est une belle histoire, un beau témoignage révélant les forces insoupçonnées que nous avons en nous.. je suis partie vivre sur une île car j’en rêvais, j’en ai d’autres encore, ils font avancer comme tu l’as fais et surtout ils permettent de s’accomplir et de vivre, l’essentiel c’est d’avoir toujours des rêves non? Merci pour ce bon moment d’évasion…

  • Adeline, je crois que ton article c’est mon signe!! Merci 🙂 Moi aussi j’ai fait une crise de je ne sais quoi á 35 ans 😉 je vivais déjà aux US. J’ai décidé de tout quitter et de réaliser mon rêve de tour du monde. J’ai ensuite vendu mon appartement en France pour continuer cette vie nomade ça fait 3 ans déjà. Comme toi je suis devenue conteuse en herbe et j’adore ca. Et puis j’en suis aujourd’hui arrivée à la même conclusion. Pourquoi ne pas Vivre de ma passion… j’ai décidé il y a à peine 2 mois d’ouvrir mon nouveau blog de voyave avec mes récits… j’ai encore beaucoup de mal à assumer ce choix alors je démarre très doucement et pour l’instant c’est simplement mon hobbie mais ton article me rappelle que comme pour tout il fait commencer pour espérer atteindre ses rêves. Je vais me jeter d’avantage dans mon rêve et viser La lune 🙂 en attendant d’y arriver Ca me permet de garder la tête dans les étoiles. La rentrée prochaine je vais sûrement reprendre mon métier d’instit en attendant de pouvoir Vivre de ma passion. Mais ce que tu as écrit me rappelle combien chaque pierre posée permet de construire le chemin de ma liberté . Bonne continuation dans tes voyages. j’ai adoré lire ton histoire merci de l’avoir partagé . Ps: L’homme qui voulait être heureux. Fan inconditionnelle et Le sens du bonheur c’est le livre que je lis en ce moment 🙂 tellement juste ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *