Visiter Glasgow en 3 jours : architecture, street art et bonnes adresses !

Glasgow est une ville que je souhaitais visiter depuis assez longtemps. Plus grande ville d’Ecosse devant Edimbourg, elle attire moins les foules que sa jolie voisine, cependant, son passé, ses arts, son street art, sa proximité avec la nature et les histoires que tout cela raconte, ont de quoi séduire plus d’un aventurier, ces voyageurs qui aiment vivre et rencontrer, chercher et trouver. Glasgow renait de ses cendres avec bienveillance après une crise industrielle qui a noircit son visage. Aujourd’hui elle est vivante, vibrante, branchée et extrêmement créative. Je vous emmène à la rencontre de Glasgow, de ses quartiers, de ses habitants et découvrir quelques bonnes adresses traditionnelles, modernes et même insolites.

Que faire à Glasgow en 3 jours ? Guide pratique et bonnes adresses

C’est avec Virginie Chabrol pour la sortie de son guide Glasgow l’essentiel paru aux Editions nomades et grâce à People make Glasgow et Evaneos que j’ai eu l’opportunité de passer ce week-end de 3 jours en Ecosse. Comme Manchester, la ville m’attirait pour son côté industriel et je voulais voir et comprendre comment une ville peut se réinventer après une crise anéantissante. Glasgow ne se visite pas, elle se vit au rythme de sa créativité et des rencontres.

Visiter Glasgow en 3 jours, le sommaire

J’ai une affection toute particulière pour ces villes qui n’ont pas la réputation d’être jolies mais qui derrière des façades noircies par l’histoire, se révèlent accueillantes et font vibrer les corps et les coeurs ! J’espère vous emporter et vous donner envie de ne pas passer à côté de Glasgow lors de votre prochain voyage en Ecosse. Ce city guide étant assez long, voici le sommaire qui vous mènera directement aux chapitres souhaités en cliquant sur les liens ci-dessous :

3 jours pour vivre l’essentiel à Glasgow

Glasgow est riche de sa culture industrielle et artistique. Si le centre ville est commerçant et vibrant, c’est dans le West end et le South side que la ville est en train de se développer et réserve de jolis trésors. L’East end, plus ouvrier et populaire, héberge les joyaux que sont la cathédrale et la nécropole et des puces qui valent le détour !

Le centre ville, street art & architecture

Avec ses artères linéaires et quadrillées, ses rues qui montent ou descendent, et son architecture un peu brouillon mêlant bâtiments historiques et modernes, on se croirait dans une ville américaine. L’architecture victorienne, aux façades de grès rouge, nous rappelle que nous sommes bien au Royaume-Uni. Promenez-vous sur Buchanan Street, une des rues commerçantes, un air de pop anglaise ou plus traditionnel, de cornemuse, vous rappellera que vous êtes bien à Glasgow en Ecosse, ville où les écoles d’art sont réputées !

Il faut se perdre dans ses rues et ses petites lanes pour découvrir le surprenant centre ville de Glasgow. Et c’est le nez en l’air qu’il faut le faire pour admirer tous les détails !

La ville est créative jusque dans ses rues. Pour redonner un peu de couleur à son architecture délabrée par l’histoire industrielle, la ville de Glasgow a décidé de lui redonner des couleurs grâce au street art.

Comme à Melbourne en Australie, l’art urbain a eu un réel impact dans le renouveau de Glasgow. La ville a développé en 2014 tout un parcours appelé le mural trail qui permet de découvrir le centre autrement. En partant à la chasse aux fresques, on passe à travers divers quartiers, des artères commerçantes jusque dans l’East end, ce qui permet de découvrir aussi la variété de l’architecture de la ville.

A faire un dimanche matin au lever du soleil d’automne quand la ville se réveille !

Il y a deux artistes qui font la renommée de ce parcours. Le premier est un Ecossais qui colore les murs sous le nom de RogueOne (rebaptisé RogueOner). L’oeuvre que je connaissais est celle appelée « the world’s most economical taxi » (le taxi le plus économique du monde). Il ne faut pas s’arrêter à celle-ci tant les autres sont aussi marquantes !

Glasgow est une ville qui se visite pour son street art. The world's most economical taxi by Rogue Oner

La dernière en date, The french and the bubbles (le français et les bulles), se trouve dans Renfield lane, non loin du phare (The lighthouse), un bâtiment créé par le célèbre architecte glaswégien, Charles Rennie Mackintosh, pionnier de l’art nouveau.

L’autre artiste à côté duquel vous ne pourrez pas passer est SMUG, un australien ayant élu domicile à Glasgow il y a quelques années. Lui a su toucher le coeur des glaswégiens en peignant un regard contemporain sur deux figures qui comptent pour la ville.

A droite Sainte Enoch, à gauche Saint Mungo, le Saint Patron de Glasgow. L’une est la mère de l’autre. Lui est connu pour avoir été le premier évêque de la ville et pour avoir ressuscité un rouge-gorge. La fresque se trouve High Street, non loin de la cathédrale. Sainte Enoch est sa mère, on la retrouve non loin sur George Street, toujours avec le petit rouge gorge (présent aussi sur les armoiries de la ville).

Pour prendre de la hauteur, il faut aller en haut du phare (The lighthouse), le célèbre bâtiment imaginé par Charles Rennie Mackintosh en 1893. Autrefois il abritait la rédaction du journal Glasgow Herald, aujourd’hui il est transformé en Centre pour le design et l’architecture.

Un autre bâtiment situé non loin de George Square abritait aussi autrefois une rédaction, celle du Glasgow Evening Citizen. Aujourd’hui c’est un restaurant qui a gardé le nom du journal. Passez devant la façade, elle est remarquable !

Le phare de Glasgow, the lighthouse, un bâtiment dessiné par le célèbre architecte glaswégien Charles Rennie Mackintosh
The citizen à Glasgow, un bâtiment qui autrement hébergea la rédaction du Glasgow citizen herald

La vue depuis le haut du phare à Glasgow. l'un des points de vue les plus hauts de la ville

Glasgow a l’art de donner une deuxième vie à de vieux bâtiments. Ainsi l’ancienne bourse du commerce a été transformée en musée d’art moderne, le GOMA. Avant d’entrer, admirez la fresque décorée par Nicky de Saint Phalle et ne passez pas à côté du Duc, une statue du Duc de Wellington coiffée de cônes de chantier. Un peu de street art devant le musée d’art moderne !

Frise du Goma à Glasgow décorée par Nicky de Saint Phalle

Statue du duc de Wellington coiffée d'un cone de chantier... Du street art pour emblème de Glasgow
Statue du Duc de Wellington à Glasgow

Je n’ai pas eu le temps d’explorer l’hôtel de ville, le marché de Noël se préparait et les illuminations aussi. C’était un peu le bazar de ce côté-là mais je crois que ça vaut (vraiment) le coup d’y faire un détour !

Glasgow est connu pour ses soirées, ses nombreux concerts dans les pubs ou salles de spectacles. Pour sortir, c’est vers Sauchiehall street et Bath street qu’il faut aller. Si vous voulez tester quelque chose de bien glaswégien dans le coin, allez dans un fish and chips et goutez au Mars frit ! Je ne l’ai pas fait, je trouve déjà le Mars écoeurant alors frit n’en parlons pas ! Peut-être qu’après une soirée arrosée ça pourrait passer 😉

Merchant city est le quartier situé autour de George Square. Ici on trouve pas mal de bâtiments historique datant de l’époque où le commerce transatlantique, notamment du tabac, avait fait de Glasgow une ville prospère. La tour de l’horloge, Tolnooth steeple, faisait autrefois partie de l’hôtel de ville (au XVIIè). Le matin, quand les rayons du soleil illuminent les toits, les couleurs sont magnifiques.

Tour de l'horloge dans Merchant city, Glasgow
Toits dans Merchant city, Glasgow

East end à Glasgow

Poussez un peu plus loin et vous arrivez dans l’East end…

Retour en haut

L’East End, la cathédrale, la nécropole et les Barras

C’est aussi au lever du soleil qu’il faut aller vers la cathédrale Saint Mungo et la nécropole voisine dans l’East End. De là-haut la vue sur la cathédrale et la ville est sublime ! « C’est le meilleur point de vue sur Glasgow » selon Virginie Chabrol.

Cathédrale Saint Mungo de Glasgow vue de la nécropole

Curieusement celles-ci ne sont pas situées au centre ville mais ça l’était peut-être à l’époque. La cathédrale est le seul bâtiment qu’il reste à Glasgow de l’époque médiévale avec Provland’s Lordship, la plus vieille maison située non loin. A ne pas manquer dans la cathédrale : les vitraux et la crypte où se trouve le tombeau de Saint Mungo.

La nécropole, le cimetière victorien de Glasgow, a été initié en 1825 par les notables de la ville avec pour modèle le cimetière du Père Lachaise à Paris. Un joli matin d’automne, c’était très calme. Promenez vous et cherchez la croix celtique dessinée par Mackintosh pour Alexander McCall, un ancien chef de Police ayant marqué la ville.

Nécropole de Glasgow située dans l'East end

La nécropole de Glasgow en Automne
Croix celte dessinée par Mackintosh vue dans la nécropole de Glasgow

L’East End était le quartier populaire et ouvrier de Glasgow. Ici il y a la brasserie Tennent (qui se visite) mais c’est surtout le week-end qu’il faut aller dans les Barras pour son marché aux puces. L’atmosphère est curieuse, un savoureux mélange de vintage et d’artistique.

C’est dans ce quartier que se trouve la salle de spectacle Borrowland Ballroom dans laquelle de célèbres groupes comme Simple Minds, U2 ou encore David Bowie sont venus chanter ! Le groupe Simple Minds y a même tourné le clip de sa chanson Borrowland Stars.

Retour en haut

Le West End, l’université et Kelvingrove

Certains diront que le West end est un quartier Bobo. A bourgeois bohème, je lui préfère étudiant, bohème. C’est de ce côté là de la ville que se trouve la plus vieille université d’Ecosse. Fondée en 1451, elle a été déplacée sur le site actuel en 1870. On peut admirer un sublime bâtiment victorien à travers lequel je vous recommande de vous balader. Qui n’aurait pas aimé étudier dans ce cadre ambiance Poudlard ?

En contrebas de l’université se trouvent le parc de Kelvingrove et la célèbre galerie du même nom. Kelvingrove Art Gallery and museum serait le plus grand et plus beau musée d’Ecosse de par la variété des oeuvres qu’elle offre à ses visiteurs. Il faut la voir depuis l’entrée de l’université au coucher du soleil. Ces couleurs orangées sur ces façades de grès rouge, c’est sublime ! (Bon faut avoir la chance que j’ai eue au niveau de la météo)…

Le West End est bien fourni en bonnes adresses. Il faut venir faire du shopping sur Great Western Road et Byres Road (Métro Kelvinbridge), chiner des vêtements chez The Glasgow Vintage company, boire une bière, un gin ou un whisky chez Òran Mór, une église transformée en pub, chiner un livre dans l’étonnante boutique Voltaire et Rousseau ou vous promener dans la colorée Hidden lane. N’oubliez pas non plus d’aller boire un verre dans l’un des bars de la toute mignonne Ashton Lane.

Retrouvez quelques unes de ces adresses un peu plus bas et les autres dans le guide de Virginie !

The hidden lane, une petite rue colorée et cachée de Glasgow. A voir dans le West End

Retour en haut

Pollok park, la campagne en ville

Glasgow est une ville très verte. Dans le South side, se trouve le Pollok Park, le plus grand parc de la ville qui abrite notamment la collection Burrell, une collection d’oeuvres d’art léguée en 1966 à la ville par son propriétaire William Burrell. Elle est actuellement fermée pour rénovation mais elle rassemble des Degas, Manet ou encore Cézanne ou Rodin. C’est une bonne raison pour moi de retourner un jour à Glasgow.

Ce qui m’a amené au Pollok Park ce jour-là, ce sont des vaches. Les fameuses Highlands cows ou Highland coos si on veut le prononcer à l’écossaise. Ici j’ai rencontré Melissa, l’éleveuse de ces vaches à la frange si longue qu’elle cache leurs yeux !

Highland cow Pollok Park, Glasgow

Melissa et Russel
Melissa est jeune femme de caractère. Venue en stage ici à 18 ans, elle travaille pour la ville depuis maintenant presque 10 ans. A l’origine elle voulait travailler avec des chiens et chats. Pourquoi pas des vaches finalement ? Aujourd’hui elle élève avec passion un troupeau de 50 bêtes pour « le maintien du pédigrée » nous dit-elle. Russel, l’impressionnant taureau, ou Janice la gentille star qui mange des pommes, elle connait le caractère de chacune d’elles. Dans les autres vaches présentées ce jour-là, l’une d’entre elles était « a bit of a madam » (avec un sale caractère). J’aime l’expression !

Je vous avoue qu’avec leurs cornes bien pointues, leurs courtes pattes capables de supporter un poids que je n’ai pas osé demander, elles font un peu peur de prime abord mais finalement elles sont tranquilles. Elles ne demandent qu’à brouter l’herbe bien fraiche du parc. Je ne faisais quand même pas la fière à côté de Russel the bull… Croyez-moi, il est énorme !

C’est ça aussi Glasgow : la nature dans la ville (et puis on ne peut pas venir en Ecosse sans voir ces Highland coos non ?)

Bien sûr il faut aussi se balader dans le parc et visiter la Pollok house, une très belle maison bourgeoise du XVIIIème siècle qui abrite des oeuvres de maitres espagnols comme Goya ou El Greco.

Jardins de la Pollok house, Glasgow

Pollok house, une sublime bâtisse du XVIIIème siècle. Elle se trouve dans le Pollok Park dans le sud de Glasgow
Les jolis jardins de la Pollok house à Glasgow

Ce parc est le seul endroit que j’ai exploré dans le south side mais un peu plus haut, au sud de la rivière Clyde, il y a aussi des pubs et boutiques de créateurs à explorer.

Retour en haut

La Clyde walkaway, l’industriel et le moderne

Je ne pouvais pas repartir de Glasgow sans avoir marché sur la Clyde walkaway, une balade qui longe le fleuve sur des dizaines de kilomètres. A pied ou en vélo, elle permet de traverser l’histoire de la ville.

La Clyde était autrefois connue comme l’une des plus grandes zones de constructions navales ! La grande époque de Glasgow, celle où on commerçait le tabac ou le sucre, qui a fait connaître le whisky écossais et fait d’elle une ville créative.

Aujourd’hui lorsque l’on se promène le long de la Clyde, on traverse les époques. Celle de l’industrie avec ces ponts de fer où passent les trains et l’ère moderne, un peu plus loin dans l’ouest, avec des ponts et des bâtiments aux courbes bien modernes.

La balade le long de la Clyde à Glasgow est l'endroit où se même tradition et modernité, le Glasgow actuel et l'histoire

Coucher de soleil sur la Clyde à Glasgow

Coucher de soleil sur la Clyde à Glasgow

C’est aussi ici que l’on trouve le SSE Hydro, la salle de concert dont les glaswégiens sont si fiers, le Riverside museum, entièrement dédié aux transports, la grosse grue (Finnieston crane) qui date des années 30 et la Clydeside distillerie qui a ouvert ses portes dans l’ancienne maison qui manoeuvrait le pont d’entrée vers les docks. Ce coin, accessible en une trentaine de minutes à pied depuis le centre ville, est le plus moderne de Glasgow. On peut aussi y voir du street art.

Retour en haut

Un mot sur Charles Rennie Mackintosh

Mackintosh est une figure glaswégienne à côté de laquelle on ne peut passer lorsque l’on aime l’art, l’architecture et l’Art Nouveau !

Né en 1868, c’est un enfant du pays. Il a étudié à la Glasgow school of Art où il a rencontré sa femme Margaret Macdonald. Avec deux autres étudiants, Frances la soeur de Margaret, et James Herbert MacNair, ils formèrent un quatuor à l’origine du Glasgow Style, un courant d’Art Nouveau.

Il n’a travaillé qu’à Glasgow ou dans les alentours et son oeuvre n’a été reconnue qu’après sa mort. Il est l’architecte de la célèbre Glasgow school of Art, du Lighthouse ou du Willow tea room (aujourd’hui Mackintosh at the willow), un magnifique bâtiment aux lignes très Art Nouveau.

Mackintosh at the Willow, bâtiment art nouveau dessiné par l'architecte Charles Rennie Mackintosh

On le célèbre à travers tout Glasgow.  Je vous conseille d’aller au centre de visite du Mackintosh at the Willow (217 Sauchiehall street) afin de faire connaissance avec l’architecte. Un petit musée, situé à côté du salon de thé rénové en 2018, lui est entièrement consacré. Vous pourrez prendre un petit document, avec une carte à l’appui, qui vous mènera à la rencontre de toutes ses oeuvres et des musées qui exposent son travail. Pour en savoir un peu plus, je vous conseille cet article de Télérama Sur les traces de Mackintosh, pionnier de l’Art Nouveau.

Mackintosh a aussi droit à sa fresque de street art dans l’est end au-dessus du Clutha, l’un des plus vieux bars de la ville, devenu tristement célèbre après qu’un hélicoptère de la Police se soit écrasé faisant 10 morts.

Fresque de Rogue Oner à Glasgow, elle représente l'architecte écossais Charles Rennie Mackintosh

Retour en haut

Mes bonnes adresses à Glasgow selon vos envies

Envie d’un brunch ?

The Wilson Street Pantry, une bonne adresse où bruncher à Glasgow en Ecosse

Dirigez-vous dans le quartier de Merchant city chez The Wilson Street Pantry. Dans ce petit café à la déco industrielle épurée, les tartines et les cafés s’enchainent.

En début d’un après-midi d’hiver, les derniers rayons de soleil s’engouffrent dans la salle lui offrant une atmosphère très chaleureuse. Attention l’adresse est prisée, mieux vaut réserver.

📍6 Wilson street – Wilsonstreetpantry.com  +44(0)141 552 0606

Envie d’un tea time ?

Mackintosh at the Willow est l’adresse incontournable à Glasgow. Il est situé dans un bâtiment historique de style Art Nouveau dessiné par l’architecte local Charles Rennie Mackintosh. Miss Kate Cranston a ouvert ce salon de thé en 1903.

Rénové en 2018, ici on boit le thé dans des services de la maison Burleigh, de belles reproductions de ceux de l’époque et réalisés à la main. L’ambiance est traditionnelle, so Glasgow.

Avant ou après le tea time, allez faire un tour au musée située juste à côté. Il présente les oeuvres de l’architecte et vous explique l’influence qu’il a eu sur Glasgow et sur l’art Nouveau en général.

📍217 Sauchiehall St   Mackintoshatthewillow.com – +44(0)141 204 1903

Mackintosh at the Willow la bonne adresse pour un tea time à Glasgow en Ecosse

Envie d’une dégustation de whisky ?

La Clydeside Distillery est votre adresse.

Ronny Grant de la distillerie Clyde à Glasgow est une bible du whisky. A faire la dégustation Whisky chocolat
Située sur les bords de la rivière Clyde, cette jeune distillerie a ouvert ses portes dans l’ancienne station qui manœuvrait l’ouverture du pont d’entrée vers les docks. Si la distillerie n’a pas encore sorti sa première cuvée (prévue en 2021 ou 2022), elle nous en fait faire le tour avant d’offrir, sur réservation, une dégustation de whisky avec du chocolat (créés par Sugarsnap une entreprise locale).

C’est le retraité et passionné Ronny Grant, un hollandais originaire de l’île d’Aruba, marié à une écossaise et ayant vécu de longues années en Italie, qui dirige cette dégustation que je ne peux que vous conseiller. Je ne suis pas une grande fan de whisky et pourtant j’ai réellement apprécié cette dégustation. Il parle français, cela simplifie la compréhension. Le mélange whisky chocolat est surprenant !

La distillerie offre dans son magasin une très grande variété de single malts venant de toute l’Ecosse, dont les plus chers à plus de 3000£ la bouteille.

📍Stobcross Rd – Pour réserver la dégustation : Theclydeside.com – +44 (0) 141 212 1401

Envie d’un diner traditionnel ?

Dirigez-vous vers le West End chez The Bothy. Cette auberge qui a ouvert en 1870, était autrefois une ferme. Aujourd’hui c’est un restaurant, où les serveurs sont en kilt, et qui offre une carte variée et traditionnelle. Si un haggis vous tente, c’est là qu’il faut tester (il existe une version végétarienne). J’ai pris un risoto végétarien à la truffe très bon et très copieux ! Après le diner, je vous recommande d’aller boire une bière dans Ashton Lane, une petite rue toute mignonne où se succèdent les pubs.

📍11 Ruthven Lane – Bothyglasgow.co.uk – +44 (0) 845 166 6032

Envie d’un pub traditionnel ?

The Pot still est un pub historique et traditionnel à Glasgow - Ecosse
The Pot Still est l’un des plus vieux pubs de Glasgow « de ceux que l’on dépeint dans les romans » nous dit Virginie Chabrol dans son guide Glasgow l’Essentiel. Je n’y suis malheureusement pas allée mais c’était l’une de ses dernières recommandations avant que l’on ne se quitte. Il offre un très large choix de Whisky, un mur entier d’étagères couvertes de bouteilles. Vous passerez forcément devant lorsque vous descendrez Hope Street.

Ne faites pas comme moi, Allez-y à un moment où le pub sera ouvert, poussez la porte, laissez-vous tentez par un petit verre et engagez la conversation avec les glaswégiens.

📍154 Hope Street – thepotstill.co.uk

Envie de street food ?

Platform est votre adresse. Situé sous les rails de la station Victorienne Central station, cette « grotte » offre quelques stands de street food (pizzas, burgers, cuisine asiatique, mexicaine…) qui changent régulièrement. On y trouve aussi une brasserie dont les bières sont en vente au bar. Et pour les hommes, il y a même un barbier. C’est une bonne option pour les jours d’hiver ou ceux où il pleut. Il faut juste aimer être dans un lieu sans lumière du jour.

📍253 Argyle Street – Argylestarches.com (options végétariennes)

Envie d’insolite ?

Dans le West End, juste en face du jardin botanique, une église a été transformée en pub. Òran Mór offre un très joli cadre avec un bar situé au centre de la pièce. On ne peut pas passer à côté des fûts et de la variété de whisky proposée.

📍Angle de Great Western Rd et Byres Rd – Oran-mor.co.uk

Envie de vintage ou de seconde main ?

En vous promenant dans les rues de Glasgow, vous ne pourrez passer à côté de certaines boutiques vintage, de vêtements, de livres ou d’objets de décoration.

Il y a d’abord Mr Ben dans l’est du centre ville. Ici c’est la caverne d’Ali baba du vêtement. On y trouve aussi bien des pièces griffées que des costumes tout droit sortis de la couverture d’un disque de Beatles ou une veste Adidas des 90’s. On peut y rester des heures entières à chiner la pièce indispensable à sa garde robe.

📍101 King Street – Mr Ben retro clothing

Dans le West End, The Glasgow vintage company est le magasin de 2nd main le mieux rangé du Royaume-Uni… Vous y trouverez de tout, et si vous aimez les pulls écossais, alors vous trouverez votre bonheur, comme moi, pour 12£. Une affaire !

📍453 Great Western Road – Glasgow Vintage – Métro Kelvinbridge

Envie d’un livre de 2nde main ?

 Je ne peux que vous recommander d’aller chez Voltaire & Rousseau, une boutique surprenante tenue par 3 frères. Ce jour-là, Ian était derrière la caisse (ou ce qui en fait office) et Joseph parlait avec les clients dans les allées envahies de plus de 50000 livres.

A première vue, cela ne parait pas rangé du tout mais demandez un titre à Joseph et il saura vous le trouver. Rien n’est informatisé, oh non, tout est dans la tête. Dans ce petit boui-boui où le chat dort sur le comptoir, on vient de partout dans le monde ou on passe la tête, curieux, car on connait la réputation du disquaire d’à-côté.

Voltaire & Rousseau une boutique de livres de 2nde main très improbable à Glasgow, Ecosse
Joseph nous a glissé qu’un Néo-Zélandais en vacances en Ecosse avait fait le détour par Glasgow et leur boutique après avoir lu le livre the Stone Canal de Ken Mac Leod, un auteur fantastique écossais, où il a mentionné cette boutique qu’il adore.

Comme l’écrit Virginie dans le guide,  » Voltaire & Rousseau est une expérience en soi ». Je confirme !

📍12-14 Otago Ln dans le West End

Si vous avez acheté un livre et souhaitez vous poser alors allez chez Tchai Ovna, un petit salon de thé voisin sur la jolie Otago Lane. Il est très chaleureux et visiblement très connu des amateurs de thé. Il parait qu’il faut tester le Faeries Blood.

📍42 Otago Ln dans le West End – Chai Ovna

Retour en haut

Glasgow, des bonnes vibrations et des rencontres !

Glasgow est une ville à vivre, elle regorge de bonnes adresses. Il suffit de trainer, pousser les portes, engager la conversation avec un glaswégien et vous repartez avec l’envie de découvrir plus de lieux que possible en 3 jours… Cette ville est créative, surprenante et derrière ses façades, elle a tant d’histoires à nous raconter. Un week-end ne m’a pas suffit pour trainer mes guêtres dans cette cité si photogénique mais j’ai capté son énergie créative, sa bienveillance et son sens artistique.

Cela ne pourrait pas en être ainsi sans la personnalité des glaswégiens. People make Glasgow, la signature de la ville, lui va comme un gant. Si vous y faites un tour, passez la barrière de la langue, de l’accent (!) et allez à la rencontre de ceux qui font Glasgow. Des Ian, Melissa, Ronny ou Virginie, il y en a dans toutes les boutiques, les cafés, les hôtels, les musées, les restaurants ou les parcs. N’hésitez pas à engager la conversation.

Ils ont tous une histoire à nous raconter. La leur, celle de la ville, d’un lieu, de l’Ecosse…

Oubliez ceux qui vous disent qu’il n’y a rien à faire à Glasgow. En trois jours, je n’ai pas eu le temps de faire le quart de ce que j’aurais voulu faire. Pour capter les vibrations de cette ville, il faut marcher, trainer, prendre le temps de pousser les portes, emprunter les chemins de traverse, lever la tête, admirer, se laisser emporter et s’enivrer. Ce genre de ville pas très propre sur elle sait me charmer. En anglais on dirait que Glasgow est « ugly pretty », moche et jolie à la fois. J’aime ces deux facettes indissociables de Glasgow qui font son âme, qui font que l’on s’y attache.

Vous ai-je déjà dit que j’aimais ces villes industrielles qui se réinventent ? 😉

Retour en haut

Visiter Glasgow en 3 jours : mes conseils pratiques

Formalités pour entrer en Ecosse

Pour l’instant, une carte d’identité suffit pour entrer en Ecosse (à voir si les conditions ne vont pas changer avec le Brexit en 2020). Pensez à vérifier la date de validité de votre carte d’identité avant de réserver votre billet d’avion. Pour tout savoir sur l’organisation d’un voyage, je vous invite à lire mon article Préparer un voyage : tous mes conseils pratiques.

Retour en haut

Arriver à Glasgow

La compagnie Easyjet est la seule compagnie aérienne qui dessert directement tous les jours l’aéroport de Glasgow depuis Paris CDG.

L’autre option est d’atterrir à Edimbourg, mieux desservie depuis la France, et de rejoindre Glasgow par le train en 45mn. Transavia, la compagnie à bas prix du groupe Air France que j’aime bien, dessert Edimbourg depuis Orly, seulement l’été (d’avril à octobre), à partir de 39€ l’aller. Si vous comptez aller en Ecosse à partir du printemps, ça peut-être une bonne option. Sinon, je vous conseille de regarder du côté de Momondo ou de Skyscanner pour trouver les meilleurs prix depuis Paris et autres villes de France.

Retour en haut

Rejoindre le centre de Glasgow depuis l’aéroport

Le Glasgow Airport Express (bus violet n°500) est le moyen le plus direct de rejoindre le centre ville. Il circule toutes les 10/15 minutes et rejoint le centre de Glasgow en 15mn. Il dessert 6 stations/stops à travers la ville donc c’est très pratique. Vous pouvez acheter vos billets sur l’application ou en ligne en cliquant ici.

Retour en haut

Se déplacer à Glasgow

Glasgow n’est pas très grande, on peut la découvrir à pied sans aucun problème (il faut environ 20 minutes pour traverser le centre ville). Si vous souhaitez aller dans le sud de la Clyde ou dans le West End, vous pourrez prendre le métro. Il n’y a qu’une ligne circulaire qui circule dans les deux sens (1,75£ le billet).

Il y a aussi des lignes de bus mais je n’ai pas testé (vous savez que je préfère marcher non ?). Pour tout savoir sur les transports et vous déplacer facilement, je vous recommande le site de la SPT. Attention si c’est comme à Edimbourg, il faut avoir l’appoint pour pouvoir acheter un ticket dans le bus.

Si vous souhaitez visiter tous les incontournables de Glasgow (Cathédrale, Kelvingrove, l’université…) alors pensez au bus Hop-On Hop-Off qui fait le tour en 1h20 (si vous ne vous arrêtez pas). Vous pouvez réserver le billet sur ticketbar pour 17,55€.

Retour en haut

Où dormir à Glasgow

Glasgow est une ville vivante et les concerts dans les différentes salles (notamment The SSE Hydro) et pubs attirent les foules le week-end. Mieux vaut donc s’y prendre un peu à l’avance pour trouver un hôtel dans le centre.

Lors de mon séjour à Glasgow, j’ai dormi à l’Ibis city center sur West Regent Street. Le centre ville commerçant (Buchannan street…) est à environ 10mn à pied de là. Il est assez bien situé dans un coin plutôt résidentiel, à l’écart de l’agitation et du bruit, et le West end est à environ une trentaine de minutes à pied. Il y en a un deuxième un peu plus au nord dans Sauchiehall Street. La chaine du groupe Accor est assez présente à Glasgow puisque vous trouverez aussi 2 Ibis styles : un vers George Square en centre ville, l’autre dans le centre ouest. Ce dernier est décoré sur le thème de la musique, bien glaswégien !  Il faut compter à partir de 50€/60€ la nuit.

Si vous cherchez à vous faire plaisir, l’hôtel Dakota a l’air chic, moderne et classique à la fois. La chambre est à plus de 100€. Le Citizen M et l’hotel Abode Glasgow, plus dans l’esprit Boutique Hotels et situés dans le centre on l’air d’être deux bonnes adresses.

Dans les prix plus accessibles, j’ai repéré Motel One (autour de 60€) et dans la catégorie hostel/auberge de jeunesse alors le Youth hostel Glasgow, situé dans le West End près de l’université peut être un bon plan.

 

Retour en haut

Visiter les musées à Glasgow

La plupart des musées à Glasgow sont gratuits. Bonne nouvelle pour les voyageurs à petit budget. Parmi les incontournables :

  • Kelvingrove Art gallery and museum
  • Gallery of modern art
  • Riverside museum
  • The lighthouse (notamment pour la vue sur Glasgow)

Retour en haut

A quelle saison visiter Glasgow ?

On peut visiter Glasgow à toutes les saisons. Culturellement il y a assez à visiter en 3 jours en intérieur comme en extérieur…

Sachez juste que l’hiver le soleil se couche tôt, très tôt donc les journées sont courtes. Mi-novembre le soleil se couchait à 15H30, cela veut donc dire début d’après-midi en décembre. Je vous conseillerais donc d’éviter de fin novembre à mi-février. Au-delà du froid, c’est moins agréable de visiter une ville de nuit (mais cela donne toujours une bonne raison pour se réfugier dans un pub et boire une bonne bière, un whisky ou gin). Pour les photos, c’est pas top non plus !

L’automne est chouette. Quand les couleurs tournent au jaune orangé, l’université, Kelvingrove, la nécropole et tous les parcs de la villes s’illuminent. Mi-novembre c’était la fin. En Octobre cela doit être sublime !

Retour en haut

Glasgow l’Essentiel, un guide pour trouver des bonnes adresses

Après avoir longtemps visité l’Ecosse en solo, Virginie Chabrol s’est installée à Glasgow en 2016.  Photographe freelance, c’est tout naturellement qu’elle en est venue à écrire ce guide Glasgow l’Essentiel qui lui ressemble. On y retrouve les différentes facettes de la ville, artistiques, gourmandes, classiques et insolites…

On y trouve aussi bien des musées, des boutiques de seconde main, des salons de thé que des parcs (la ville en compte pas moins de 90). Vous y rencontrerez aussi quelques glaswégiens. Artistes ou entrepreneurs, ils représentent très bien la ville.

C’est le petit guide qui se glisse facilement dans une poche et que l’on peut sortir dès que l’on a une envie ou besoin d’une idée. Prix recommandé : 8,50€

Et si vous voulez en savoir plus sur le travail photographique de Virginie, je vous conseille vivement de vous abonner à son compte instagram @virginiechl.

Visiter Glasgow avec Glasgow l'Essentiel aux Editions nomades écrit par Virginie Chabrol

Attention, vous risquez de vouloir acheter un billet pour l’Ecosse assez rapidement après avoir passé en revue ses photos !

Retour en haut

Organiser son voyage en Ecosse avec Evaneos

Evaneos est un site français qui facilite la mise en relation avec des agences locales (parlant français) et vous aident dans l’organisation de votre voyage personnalisé et ce dans 160 destinations. En échangeant avec des interlocuteurs sélectionnés de façon assez pointue, vous organisez un voyage sur mesure en fonction de vos envies (aventure, en famille, insolite, hors des sentiers battus…)

En Ecosse, Evaneos travaille avec plusieurs agents locaux, sélectionnés avec soin, qui vous organisent un voyage sur mesure. Vous trouverez de nombreuses idées sur le site à partir desquelles vous pourrez travailler votre propre voyage avec l’agent choisi. Demandez-lui un devis, c’est gratuit !

Depuis Glasgow, je vous recommande, entre autres, ces deux itinéraires :

Retour en haut

Derniers petits conseils avant de partir à Glasgow

Pensez à prendre un adaptateur

Adaptateur universel à prendre en voyage
Les prises sont de type G (230 V/50 Hz) donc différentes de nos prises françaises. Pensez à prendre un ou deux adaptateurs pour recharger vos téléphone et les batteries de votre appareil photo. Je vous invite à lire mes articles Top 10 des accessoires incontournables en voyage  ainsi que tous mes indispensables.

 

 

Payer par téléphone ou par carte

L’Ecosse est située hors de la zone euro donc vérifiez avec votre banque classique, il se peut que vous ayez à payer des frais de retrait et le taux de change. A Glasgow on peut payer beaucoup de choses en sans contact, par téléphone (pay per phone) ou par carte. Pour limiter les frais, et parce que ça commençait à me coûter cher ces histoires, j’ai opté pour la carte Revolut (la version gratuite) qui me permet de retirer jusqu’à 200€ par mois sans frais bancaires et de dépenser mes devises au taux interbancaire. Elle permet aussi de payer en sans contact. Bref c’est pratique et il n’y a pas de mauvaises surprises en rentrant sur les frais de retrait et de taux de change comme j’en ai eu avec ma banque classique. Quand on voyage occasionnellement hors de la zone euro, cela peut être intéressant.

Dans le même style, il y a aussi la carte de N26 qui offre 5 retraits gratuits par mois et des paiements par carte sans frais de devises pour ce qui est de sa version gratuite. Cette banque est située en Allemagne. Avec le Brexit qui s’annonce, peut-être que j’opterais plus pour cette carte aujourd’hui.

Retour en haut

Voyage de presse avec People make Glasgow & Evaneos

Visiter Glasgow en un week-end : que voir ? Que faire ? Glasgow est une ville qui se vit plus qu\'elle ne se visite. Partez à la découverte du street art, de l\'architecture et à la recherche de bâtiments remarquables comme l\'Université ou le musée de Kelvingrove. Dans ce city guide sur Glasgow, vous trouverez de nombreuses bonnes adresses dans différents quartiers de la ville
Tags from the story
More from Adeline

Que faire en Malaisie ? Direction Borneo, une île 100% nature

C'est en 2008 que j'ai mis les pieds pour la première fois...
Lire la suite

1 commentaire

  • Ton article me donne envie d’y retourner, j’étais agréablement surprise par Glasgow et par son ouverture d’esprit par ce message positif : People Make Glasgow.
    Glasgow est une ville riche culturellement et on le retrouve dans la rue ou dans les musées. Le musée de Kelvingrove est époustouflant, une invitation à voyager dans le temps et dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *