Voyage au Kirghizstan : de l’inqualifiable beauté de la route de la soie

Après mon expédition au Lac Köl-Suu, ce voyage au Kirghizstan n’a cessé de me surprendre. Qui n’a pas rêvé un jour d’emprunter la mythique route de la soie et marcher sur les pas de ces caravanes marchandes qui ont traversé l’Asie pour rejoindre l’Europe pendant de nombreux siècles ? Après les montagnes vertes autour du caravensérail de Tach Rabat et le surprenant lac Chatyr-Koul, j’ai pris la direction de l’ouest, voyagé sur une route magnifiquement vertigineuse traversant de nombreux cols et qui me mena jusqu’à Sary-Chelek en traversant les plaines gorgées de soleil de la vallée de Ferghana. Retour sur ces 4 jours sur la route de la soie.

Tach Rabat, un caravanserail situé à plus de 100 km de Naryn, Kirghizstan

Il suffit de regarder une carte pour se rendre compte que la route de la soie n’était une seule route mais bien un réseau de routes caravanières qui débutait à Xi’An en Chine et traversait hautes montagnes, plaines et déserts d’Asie centrale pour rejoindre l’Europe. Mon périple de 4 jours débute à Tach Rabat, un caravansérail bien conservé au coeur du massif d’At-Bachy, lui aussi situé à deux pas de la Chine.

Dormir en yourte à Tach Rabat

Après un voyage d’une centaine de kilomètres depuis Naryn, je m’installe donc pour deux nuits au camp de yourtes d’Ak Sai travel situé en amont de Tach Rabat. Le lieu est assez magique et surtout tenu par Youri, un kirghize d’origine russe à la personnalité bien trempée. Parlant mi-russe, mi-anglais le moment le plus drôle fût quand même celui où il m’expliqua comment se servir de sa fierté : son sauna !


Dormir en Yourte est un incontournable au Kirghizstan. Le camp de Yuri en amont de Tach Rabat est une très bonne adresse

Cette première nuit, un prêtre orthodoxe a dormi dans ce camp aussi au petit matin il a proposé de bénir les yourtes. Polina me dit « que tu sois chrétienne, musulmane, orthodoxe, juive, quelque soit ta religion tu peux participer ». Par respect pour leur croyance, j’ai préféré me mettre en retrait et observer de loin ce moment de recueillement important pour eux. Un moment assez fort je dois avouer.

Après les prières face au soleil, le prête a fait le tour du camp bénissant chaque yourte (intérieur y compris), la cuisine, le sauna (sous l’oeil bienveillant de Youri)….

Bénédiction orthodoxe d'un camp de Yourte au Kirghizstan
Bénédiction du sauna sous le regard bienveillant de Youri - Kirghizstan

Bénédiction des yourtes - Tach Rabat, Kirghizstan

Après ce moment intense, direction Tach Rabat qui serait le plus beau caravansérail d’Asie centrale (j’avoue que je n’en ai pas vu d’autres au Kirghizstan).

Tach Rabat ou la découverte d’un caravansérail

La route serpente à travers la montagne (nous sommes à 3500 m d’altitude environ) et longe la rivière. Tach Rabat se dévoile alors que le soleil se lève sereinement dessus. Niché au coeur des sublimes montagnes du massif d’At-Bashy, je m’arrête quelques centaines de mètres en amont et m’assieds au milieu d’un parterre de fleurs pour profiter de ce spectacle de la nature.

Tach rabat caravanserail enclave dans la montagne

Autrefois les caravanes s’arrêtaient ici pour dormir et se ravitailler en échangeant leurs marchandises. Il y aurait entre 30 et 40 pièces dans cet édifice.

Tach rabat, caravansérail bien conservé au Kirghizstan
Tach rabat, caravansérail bien conservé au Kirghizstan
Entrée de Tach Rabat, vieux caravanserail du Kirghizstan
Tach Rabat, un caravanserail situé à plus de 100 km de Naryn, Kirghizstan

Les camps de nomades au Kirghizstan sont souvent installés au bord d'une rivière. On s'y réunit pour faire (entre autre) la cuisine

Les camps de nomades au Kirghizstan sont souvent installés au bord d'une rivière. On s'y réunit pour faire (entre autre) la cuisine

Juste à côté de ce caravansérail se trouvent plusieurs camps de yourtes où il est possible de dormir. Je me promène le long de la rivière et tombe sur cette famille qui s’affaire à préparer le thé et le repas.

La maman et l’ainé épluchent les pommes de terre, les petits les lavent dans la rivière, un vrai travail d’équipe.

J’aime le frigo naturel où sont déposées bouteilles de lait et pastèques.

Depuis Tach Rabat, il est possible de partir sur les sentiers pour rejoindre le lac Tchatyr-Koul. Attention la montée est rude visiblement et il vous faudra entre 6 et 8 heures pour rejoindre le camp de yourte situé en contrebas des crêtes. C’est en voiture que je rejoins le lac (attention comme pour le lac Köl-Suu, Tchatyr-Koul se trouve à deux pas du col de Torougart et de la frontière avec la Chine, il faut donc avoir sur vous votre permis de passage).

Sur les bords sauvages du lac Tchatyr-Koul

Tchatyr-Koul est un grand lac de montagne qui offre des vues désertiques impressionnantes. Les nuages et les montagnes se reflètent dans ses eaux aux couleurs changeantes selon le soleil et les nuages.

Sur les bords du lac vivent quelques bergers nomades. Durant ma balade de quelques heures sur les rives côté de la Chine, j’ai donc vu des chevaux et des moutons livrés à eux mêmes. Splendide de les voir si libres. Il m’a juste manqué le berger qui serait venu les récupérer sur son cheval !

Sur le lac Chatyr-Koul - Kirghizstan

Cheval au lac Chatyr-Koul - Kirghizstan
Moutons au lac Chatyr-Koul, Kirghizstan
Lac Chatyr Koul - Kirghizstan

MArcher sur l'eau au lac Chatyr Koul - Kirghizstan
Petite randonnée sur les bords du lac Chatyr-Koul - Kirghizstan

En revenant sur la route, nous avons croisé cette femme venue traire ses juments. Il sert entre autre à faire le fameux Kymyz (lait de jument fermenté) que vous proposent les nomades. Si vous voulez en savoir plus sur le sujet, je vous conseille l’article de Michael sur son blog Time Travel Turtle. Il était avec moi à la fin de mon voyage et il a pu tester à la fois le lait et le koumis, ce que je n’ai pas fait.

Traite des juments au lac Chatyr-Koul - Kirghizstan

Forteresse Koshoï-Korgon

Sur la route du retour vers Naryn depuis Tach Rabat, je m’arrête à la forteresse de Koshoï-Korgon. Elle est plutôt en mauvais état, on devine quelques murs en calcaire mais les paysages alentours sont magnifiques. Juste pour cela, elle mérite un détour ainsi que pour le petit musée voisin qui abrite une maquette de la citadelle.

Forteresse At bashi - Kirghizstan

Chien à la forteresse d'At Bashi - Kirghizstan
Haut de la forteresse d'At Bashi - Kirghizstan

Paysage vu du haut de la forteresse d'At Bashi

Alors que je repartais un groupe de kirghizes s’est réuni là pour une célébration.

Célébration à la forteresse At bashi - Kirghizstan




La montagne, les fleurs et les lacets de la route de la soie

De retour à Naryn, je prends la direction de l’ouest avec pour but d’arriver le lendemain soir au lac Sary-Chelek, une région classée au patrimoine mondial de l’Unesco pour sa biodiversité. Environ 600 km, majoritairement de pistes sont à parcourir. Même si on m’avait prévenue, je ne savais pas encore que cette route allait être l’une des plus belles empruntées à ce jour de ma vie ! J’aurais aimé avoir plus de temps pour m’arrêter et profiter de ces arrêts mais j’en ai quand même pris plein les yeux !

Sur la route de Naryn à Kazarman - Kyrghizstan

Gorges Ala Buka - Route de la soie, Kirghizstan
Chevaux sur la route de la soie vers Kazarman - Kirghizstan

Les montagnes kirghizes sont belles et réservent tellement de surprises. Des canyons, des lacets, des cols, le tout fleuris et parsemés de ruches (on ne manque ni d’abeilles ni de miel au Kirghizstan). C’est sauvage, pur et l’air est frais en été (très froid en hiver). Je n’ai toujours pas trouvé les mots et les superlatifs pour qualifier cette route. Je rêve juste de la refaire en plusieurs jours, m’arrêter dans les villages comme Kazarman où j’ai dormi (même s’il se murmure que c’est le village le moins sympathique du pays) et profiter.

Je vous laisse savourer les photos, les images parlent d’elles-mêmes.

Col sur la route de la soie - Kirghizstan

Arrivée au col de Kugart, nous amorçons la descente vers Jalalabad. Ici nous sommes dans la sublimissime vallée de Ferghana. Ce col est situé à un peu plus de 3000 m d’altitude. C’était bien venteux mais je n’ai pas réussi à détourner mon regard de celle-ci comme éblouie par ces lacets. Je repense à ces caravanes qui passaient pas là été comme hiver pour rejoindre Och, une ville importante sur la route de la soie.

Après un jour et demi de route à travers les montagnes, je rejoins les plaines et approche la ville de Jalalabad. Je retrouve la chaleur (honnêtement on est mieux dans la montagne à cette saison). Les paysages sont différents. Je suis au coeur des productions maraîchères mais aussi de blé, de tournesol. Les tracteurs et moissonneuses-batteuses sont de sortie. La berrichonne que je suis n’est pas dépaysée.

Sary-Chelek, fin de la route au bout du monde !

Après deux jours entiers de route, je ne suis pas mécontente d’arriver à Sary-Chelek, un lieu peu connu des touristes internationaux mais très prisé des locaux. J’arrive en fin de journée et tout le monde plie bagage mais il reste quelques enfants qui jouent au bord de l’eau. Après avoir profité du lac, je plante ma tente et passe une nuit bien tranquille.

Comme je le disais un peu plus haut, la région du Tien Shan occidental est classé au patrimoine mondial de l’Unesco pour sa biodiversité. Outre la variété de plantes que l’on y trouve, il y a aussi des lynx qui se cachent dans cette sublime végétation. Il est rare de pouvoir les observer mais ils sont là !

En repartant vers Och, dernière destination de mon voyage, je croise ces 4 hommes, couverts du traditionnel chapeau de feutre Kirghize. Ils protègent du chaud et du froid. C’est pratique !


Ce voyage sur la route de la soie, bien qu’éprouvant, restera très haut placé dans mes souvenirs de voyage. Les paysages sont envoutants et d’une beauté inqualifiable. Ouvrir grand les yeux, prendre le temps de s’arrêter dès que vous le pouvez et profiter sont bien les conseils que je peux vous donner.

Ce voyage au Kirghizstan m’a vraiment donné envie de lenteur. C’est une terre encore bien préservée où il faut prendre son temps pour marcher, faire des rencontres et en profiter. Le temps n’a plus d’emprise sur nous au Kirghizstan, on se plonge avec délectation dans cette nature pure, sauvage, vertigineuse et époustouflante.

Voyage au Kirghizstan sur la route de la soie

Du fait de l’état de la route, c’est une réelle aventure que de voyager sur la route de la soie. Je vous conseille vraiment de prendre votre temps. Les villages sont peu nombreux sur la route mais il est possible de faire du camping.

Dans votre sac, prévoyez donc une tente, un duvet pour des température jusqu’à -10° (il peut faire très froid en altitude le soir même l’été), des vêtements chauds dont un bonnet (je l’ai oublié et il m’a manqué), de bonnes chaussures de randonnée et une veste coupe vent.

Si le camping n’est pas fait pour vous, alors je peux vous proposer de faire étape au CBT Bujamal à Kazarman. Vous logez chez l’habitant. Les chambres sont propres, la salle de bain partagée par tous les clients est parfaite (les toilettes ne marchent pas mais il y a une cabane au fond du jardin). Les diners ont lieu dans une yourte installée aussi dans le jardin.

Au lac Sary-Chelek, vous trouverez une famille qui a une structure d’accueil située au bord du lac (il faut la trouver elle est un peu cachée mais elle se trouve à gauche en allant vers le ponton) et sinon vous pouvez redescendre au village, vous y trouverez une autre guest house sympa juste après avoir repassé le point de contrôle.

Aller plus loin sur le Kirghizstan

Vous pouvez retrouver tous mes articles sur ce voyage au Kirghizstan ici :

 

J’aimerais vous recommander d’autres blogueurs qui se sont rendus  là-bas et dont j’ai trouvé les récits intéressants :

  • Impossible de parler d’Asie centrale sans mentionner les récits de One Chaï. Le séjour de Laurent au Kirghizstan date d’il y a quelques années mais vous pourrez découvrir d’autres lieux que ceux dont je vous parle et le pays n’a pas évolué tant que ça depuis en matière de tourisme.
  • Si une randonnée à cheval vous dit, Michael dont je vous parle un peu plus haut en a fait une de 3 jours à Sary-Chelek. Il n’était jamais monté à cheval donc c’est possible !
  • Enfin je vous conseille les aventures en stop au Kirghizstan de Astrid et José d’Histoires de Tongs. J’ai fait la version « luxe » du Kirghizstan avec ma guide et mon chauffeur, vous pourrez lire ici une version routard.

Partager cet article sur Pinterest

Voyage au Kirghizstan : 4 jours sur la route de la soie
voyage au Kirghizstan sur la route de la soie

Ce voyage est le fruit d’une collaboration avec Discover Kyrgyzstan et le support de USAID, United States Agency for International Development. Tous les choix éditoriaux des billets produits suite à ce voyage me reviennent et n’engagent que moi. 

Voyage au Kirghizstan : de l’inqualifiable beauté de la route de la soie
5 (100%) 4 votes

Tags from the story
,
More from Adeline

J’achète Charlie donc je suis ?

Une fois n'est pas coutume, je sors encore une fois aujourd'hui du...
Lire la suite

9 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *