Adieu Paris, Hello Nantes

Je rêvais de quitter Paris, je l’ai fait et je suis assez fière de moi ! En janvier dernier je mettais tous mes cartons dans un camion et partais m’installer à Nantes. La décision ne fût pas si difficile à prendre (je ne souhaitais déjà pas revenir à Paris après mon tour du monde) mais le passage à l’acte ne fût pas si simple. Mon statut de freelance, mes nombreux voyages en 2016 et 2017 m’ont freinés dans ce processus. Aujourd’hui tout cela est derrière moi, vive 2018. Je suis bien heureuse d’être enfin propriétaire et profiter beaucoup plus de ma vie ici que je ne le faisais à Paris.

Les anneaux de Buren à Nantes #lvan #nantes

L’envie (et le besoin visceral) de quitter Paris

En 2009 lorsque j’ai quitté Paris pour mon tour du monde je m’étais promis de ne pas y revenir et puis la vie en a décidé autrement. J’ai retrouvé un travail, galéré à trouver un appartement alors quand je me suis lancée dans le freelancing, je me suis dit qu’il valait mieux que je garde mon petit nid douillet avec la plus belle vue du monde et que je reste dans notre chère capitale pour me faire un réseau professionnel. J’y avais nombre de mes amis aussi. C’est important une vie sociale… Surtout lorsque l’on revient d’un voyage au long cours !

Quitter Paris et la plus belle vue du monde - Lever de soleil sur la tour Eiffel #paris #france

Depuis quelques années l’envie de quitter Paris devenait de plus en plus forte, celle d’avoir un appartement digne de ce nom et plus un nid d’étudiant aussi. Je ne suis pas parisienne alors l’envie de retrouver une vie de provinciale (attention il n’y a rien de péjoratif dans cette expression) se faisait de plus en plus forte. Arrêter de dépendre du métro, arrêter de perdre du temps dans les transports, arrêter d’être énervée à chaque retour de voyage. Arrêter d’être cernée par le bruit, jour et nuit.

Arrêter.

Arrêter.

Arrêter et retrouver une vie plus saine, plus libre, plus zen. Plus ancrée localement que dans l’individualisme parisien qui ne me correspondait plus.

Pourquoi Nantes ?

Bien sûr quand on quitte une ville où l’on vit depuis si longtemps (25 ans quand même), on sait ce que l’on perd, pas forcément ce que l’on gagne. Je vous avoue que je n’ai pas pris beaucoup de risques. Je connaissais déjà Nantes pour y venir régulièrement depuis que ma soeur y habite. Je la voyais évoluer d’un oeil extérieur et je me voyais bien y vivre un jour.

J’avais quelques autres critères aussi importants les uns que les autres :

  • Avoir des amis à proximité
  • Que cette ville soit active culturellement parlant
  • Etre à proche d’un aéroport et d’une gare puisque je voyage assez régulièrement
  • Et enfin que la ville soit active digitalement parlant avec un bassin d’emploi dynamique 

J’aime l’ouest. La côte ouest. Ici j’ai des amis, de la famille donc je vous avoue que les autres villes qui m’auraient tentée ont vite été rayées de la liste. Nantes répondait à tous mes critères.

S’installer à Nantes

J’ai fait le choix d’acheter mon appartement donc le processus d’installation a été plus long que si j’avais simplement loué un bien. Entre les visites (j’avoue j’ai trouvé assez vite), le temps de la banque (le plus stressant), voyager en Catalogne et au Japon en novembre pour ne pas simplifier les choses, emballer ma vie parisienne dans quelques cartons et signer chez le notaire, cela m’a pris environ 6 mois et j’ai finalement fini par m’installer ici fin janvier.

Dans les 3 mois qui ont suivi mon déménagement, j’ai fait un road trip de 3 semaines en Islande, fait une escale de 3 jours à Bangkok avant de voyager près de 3 semaines au Cambodge donc pour résumer j’ai posé mes cartons, les ai défaits, travaillé un peu et je suis repartie. Je profite vraiment de ma vie ici depuis mi-avril. En près de 3 mois je n’ai fait qu’un petit week-end à Graz et franchement ça fait tellement de bien de se poser et d’arrêter de courir partout.

Je me rends compte aujourd’hui que je fuyais ma vie parisienne à enchainer les voyages comme je le faisais. J’aime être chez moi autant que j’aime voyager mais surtout j’aime prendre mon temps en voyage. Je dévie un peu du sujet mais les derniers voyages en Islande et au Cambodge m’ont vraiment montrés les côtés nocifs du tourisme (de masse ou pas) et comment les réseaux sociaux font évoluer notre façon de voir le monde à travers un écran plutôt que de vivre réellement nos voyages et nos rencontres. Je pense que je reviendrai plus longuement là-dessus car j’ai beaucoup de choses à dire et ce n’est pas le sujet ici.

Mur d'eau au chateau des ducs de Bretagne à Nantes #nantes #chateau

Revenons à mon installation à Nantes. Et bien tout est passé comme une lettre à la poste. Déjà je me suis installée dans un appartement totalement refait à neuf avec goût il y a quelques années donc pas de travaux. Je m’y suis sentie bien lors de mes visites et plus encore aujourd’hui. Je vis dans un quartier calme situé à seulement 10 mn du centre ville en bus où j’apprécie l’odeur de l’air pur (j’ai rien fumé pour vous dire ça), les petits oiseaux qui me réveillent le matin, les apéros avec mes potes sur mon balcon, des soirées avec mes nièces et enfin une cuisine totalement aménagée qui me permet de me préparer des petits plats et manger beaucoup plus sainement qu’avant. Des petits bonheurs simples. Si les premiers soirs j’ai trouvé mon appartement un peu grand pour moi (j’ai plus que doublé ma surface habitable), je profite aujourd’hui de chaque petit recoin. J’aime ma pièce à vivre et mon balcon ensoleillé de midi jusqu’à la nuit, ma chambre calme et mon sommeil sain retrouvé et enfin mon bureau dont je peux fermer la porte le soir ! Pour rien au monde je ne retournerais à Paris.

J’avais peur des démarches administratives (ça m’angoisse ces choses-là) mais tout est vraiment simplifié avec NantesEservices. Tout se fait en ligne.

Et alors cette vie Nantes 5 mois après ?

La vie est douce ici, je revis !

Voilà en vrac mes petits bonheurs :

  • Vivre les fenêtres grandes ouvertes, faire des courants d’air, entendre les petits oiseaux me chanter des balades, j’avais oublié tout ça sur ma grande avenue boulonnaise.
  • Ne faire les courses qu’une fois par semaine et avoir la capacité de stocker dans mon frigo et mes placards (ce que je n’avais pas dans ma cage à lapin) mais surtout avoir le choix des produits (pas comme à mon petit Monop’ situé face au Stade français)
  • La carte Libertan qui m’offre la possibilité de payer mes transports à la demande ou pour les visiteurs le billet m-mobile qui permet d’acheter des billets dématérialisés sur l’application Tan et de les composter en ligne (nan mais ça fait des années que je râlais après la RATP de ne pas mettre cela en place avec Navigo)
  • Tourner la tête de mon bureau et voir… du vert. Certes avant je tournais la tête et je voyais la tour Eiffel, ce n’est pas le même kiff mais je l’apprécie tout autant voire même un peu plus
  • Décorer mon appartement, profiter de ma terrasse
  • Appeler mes potes et faire des apéros impromptus (et ne mettre que 10 mn pour les rejoindre)
  • Aller passer des petits moments chez ma soeur, profiter de mes neveux sans avoir à réserver un train
  • Constater que Nantes est une ville encore plus active culturellement parlant que ce que je pensais. Bien sûr il y a le Voyage à Nantes, la folle journée, les rendez-vous de l’Erdre mais quand on se plonge encore plus dans la programmation culturelle de la ville, impossible de s’y ennuyer, il se passe toujours un truc. En terme de musées Nantes est bien lotie aussi : le musée d’arts de Nantes, le Chateau des ducs de Bretagne (avec deux chouettes expos actuellement Rock ! et les vikings), le musée Jules Verne, les machines de l’île, le Lieu Unique. Ma dernière grosse surprise Transfert & co, un lieu de mélange des arts qui vient tout juste d’ouvrir sur le site des anciens abattoirs à Rezé (ouvert l’été seulement).
La tour LU du Lieu Unique, un lieu culturel incontounable à Nantes #nantes #lu #lvan
Le voyage à Nantes est lancé. C'est parti pour 2 mois de culture dans la ville #lvan #nantes

Transfert & co, le nouveau site culturel de Nantes, à visiter tout l'été à Rezé #lvan #Nantes

  •  Apprécier que Nantes soit créative et dynamique, qu’elle compte de nombreux entrepreneurs et de nombreux espaces de coworking. Je ne suis pas encore vraiment plongée dedans, ce sera mon programme de la rentrée. J’attends avec impatience l’ouverture de Label Escale, un nouveau lieu de coworking dédié au voyage
  • Faire de belles rencontres comme celles des Igers Nantes (instagramers nantais), de Marlène From Nantes with love et Claire Nantaise.fr ou de Mariette et l’équipe de Use it Nantes, ces petites cartes en anglais créées par des locaux à destination des touristes qui veulent sortir des sentiers battus et pousser la porte d’adresses très locales.
  • Découvrir des petits restaurants, bars et boutiques. En vrac je peux déjà vous parler : You, une petite adresse végétarienne (7 place de la Bourse) qui offre un choix réduit d’entrées/plats/desserts super frais et bio. Garanti 100% produits locaux (si vous tombez un jour où il y a des lasagnes végétariennes foncez). La mia nonna, un italien délicieux (14 rue Beauregard) pour diner entre amis, Berlin 1989 (95 Boulevard Gabriel Lauriol) pour son Biergarten, sa déco industrielle à la berlinoise, ses bières allemandes et ses burgers, ô bocal (3 rue de l’hôtel de ville) une boutique sans emballage où on a envie de tout acheter, Sacrés français (25 rue des carmes), une boutique 100% made in France assez créative dans sa communication sur les réseaux sociaux (c’est comme ça que je les ai connus). J’ai aussi en tête de tester les cafés Sugar Blue (4 Rue de l’Arche Sèche) et Glaz (10 Rue Cacault) et Thaïgan un thaïlandais proposant de la streetfood (66 Rue Maréchal Joffre)
  • Avoir une (super) librairie de voyage à proximité : chaque fois que je passe à la Géothèque (14 rue racine), j’ai envie d’acheter beaucoup de livres mais je me retiens car j’en ai encore plein à lire à la maison.

Et d’un point de vue pratique de voyageuse, j’apprécie dans ma vie de nantaise :

  • de ne mettre que 20 minutes pour rejoindre la gare (alors qu’il me fallait 45mn à 1h avant)
  • de n’être qu’à deux heures de Paris en TGV (quand la SNCF ne fait pas grève)
  • d’arriver à l’aéroport, enregistrer mon bagage, passer la sécurité et la police aux frontières en 30/40mn -> bonheuuuuuuuur

(Et je remercie ma soeur de n’habiter qu’à 10mn de l’aéroport Nantes Atlantique et de garder ma voiture en mon absence, ce qui m’évite de payer un parking hors de prix 😉 )

Something strange happened here, oeuvre à voir à l'occasion du Voyage à Nantes 2018 #lvan #nantes

Bon on ne va pas se cacher il y aussi des trucs bizarres à Nantes et certains inconvénients.

  • Est-ce qu’on peut se parler des doubles rond-points ? Mais qu’est-ce que c’est que cette invention nantaise ? Et alors le mieux c’est le double rond-point avec passage du tram ou du busway au milieu histoire de complexifier la chose. C’est surprenant et on ne s’habitue pas vraiment à ces 8 qui ponctuent la ville… Pourquoi ? 🙂
  • On peut parle des bouchons aussi ? Bon venant de Paris je ne suis pas impressionnée et comme je travaille chez moi, je ne les subis pas mais je me suis retrouvée une fois par hasard dans les bouchons de retour de Pornic, c’était surprenant ! Dans les faits ça n’a représenté que 10mn de perte de temps sur mon trajet habituel. Rien de grave comparé à tout le temps que je perdais auparavant
  • Les parkings en centre ville sont chers. Je ne vais donc jamais dans l’hypercentre en voiture, j’ai  le bus au bout de ma rue qui m’emmène en ville en 10mn. C’est mieux pour la planète et plus économique pour moi. Bientôt j’achèterai un vélo. C’est l’un de mes prochains objectifs pour me déplacer en ville et autour de chez moi.

Une touriste dans ma ville

Quitter Paris n’a pas été un problème et m’installer à Nantes a été la meilleure décision de ces dernières années. Tous les jours je me réveille en me disant « mais quel bonheur ! » J’en deviendrais presque casanière pour la simple et bonne raison que j’aime être chez moi. J’éprouve toujours ce besoin d’évasion mais de moins en moins celui de faire de nombreux sauts de puce à droite et à gauche. Je crois que je vais préférer utiliser ce temps à découvrir l’ouest de la France et construire des projets de voyage comme la Catalogne, l’Islande ou le Cambodge, les trois que j’ai le plus appréciés ces derniers temps ou ma semaine dans les Pouilles l’an dernier. Dans tous ces voyages, la liberté et le temps étaient mes alliés, rien de mieux pour faire des photos de qualité (enfin j’espère) et profiter de l’instant pour mieux raconter et retranscrire mes émotions et donner des conseils utiles. Vous verrez donc ici toujours de l’international, j’ai de beaux voyages en perspective et je dois toujours vous raconter l’Islande et le Cambodge, mais dorénavant mon désir est de me consacrer à des projets plus construits ou des sujets qui me tiennent à coeur. Pour en revenir à Nantes, je collecte pas mal de matière actuellement dont mes photos issues de mes balades (que vous pouvez déjà découvrir sur instagram sous mes pseudos @nantesetc ou @voyagesetc), je reviens vite ici vous parler de toutes mes découvertes sous l’angle « Une nantaise un peu touriste » !

Alors vous embarquez avec moi pour découvrir Nantes et plus largement à terme la Loire Atlantique, les Pays de Loire et la Bretagne ?

En attendant tout ce joli contenu en perspective, vous allez me retrouver sur les réseaux sociaux d’ici quelques jours à l’occasion d’un prochain voyage. Là vous pourrez dire que j’ai de la chance. Prochain départ J-8. Je ne vous dis rien, sachez juste que je fais de nombreux jaloux dans mon entourage proche !

Quitter Paris et s'installer à Nantes, récit d'une transition de vie #nantes #changement
Quitter Paris, s'installer à Nantes et changer de vie #nantes #changementdevie
Adieu Paris, Hello Nantes
4.6 (92%) 5 votes

More from Adeline

Edito Octobre 2015 : Parlons rencontres en voyage

Qu’est-ce qui vous réjouit le plus quand vous voyagez à travers le monde...
Lire la suite

14 Commentaires

  • Merci pour cet article qui me fait vraiment du bien et qui me rassure presque je dois dire…
    J’ai toujours souhaité poser mes valises ailleurs qu’à Paris et je l’ai fait en m’installant à Londres, en Namibie et en Afrique du Sud. Mais la je sens que j’ai envie de me poser pour encore mieux profiter et non pas fuir Paris à chaque fois que une invitation du voyage s’offre à moi. Nous avons décidé de poser nos valises à Nantes l’été 2019…du moins je l’espère. Bizarrement ça me fait plus peur que mes autres expatriations car j’aimerai que ça dure. C’est super que tu t’y plaises, que tu aies en plus trouver ton chez toi. Vive Nantes et bravo d’avoir osé ! À bientôt à Nantes peut être?!:)

    • Ravie de te rassurer Marlène. Nantes est un super choix, nous sommes de plus en plus à venir ici. La qualité de vie est franchement bonne (bon en venant de Paris ce n’était pas dur de trouver mieux). J’avais vraiment besoin de me ressourcer et trouver une base où je me sente bien. J’ai trouvé je crois 😉
      J’y pensais depuis tellement longtemps et le choix de Nantes était évident dans ma tête depuis longtemps aussi. Il m’a fallu 2 ans pour me prendre en main et accepter finalement de quitter ce que je connaissais et qui, malgré le mal être me rassurait certainement. Aujourd’hui je me dis « mais pourquoi tu ne l’as pas fait plus tôt »
      Foncez ! Et si tu veux en parler, n’hésite pas. A bientôt sur Nantes alors 😉

  • Une belle rencontre totalement partagée. Merci pour ta petite mention ici et au plaisir de te recroiser prochainement.
    Je suis nettement moins voyageuse que toi, et je n’ai jamais connu la vie parisienne, mais je peux affirmer être tombée amoureuse de Nantes il y a 4 ans et quelques mois. Et je ne me lasse pas une seule minute de cette région depuis.
    Welcome & A très bientôt,
    Marlène.

  • De plus en plus tenté par le même chemin aussi … Ou par Rouen ! Notre seul frein étant notre situation financière de freelance, justement. J’imagine que tu avais un apport de départ ? Je pense que si nous en avions un, on serait venus l’année prochaine!

    • Nous sommes de plus en plus à vouloir quitter Paris et mettre le cap à l’ouest : Rouen, Nantes, Bordeaux, ces villes ont la côtes pour tout freelance.
      Je te confirme j’avais un apport. Je t’avoue que la case banque m’a offert de vivre l’une des situations les plus stressantes de ma vie et je suis heureuse aujourd’hui que ce soit classé dans la case passé ! Franchement je vous souhaite de pouvoir réaliser ce rêve. Comme dit plus haut, c’est la meilleure décision prise ces dernières années.

  • Non, non, non Adeline. Stp, ne vends pas toi aussi cette illusion en papier carton du rêve de vivre à Nantes (sauf à avoir été gracieusement rémunérée par la Mairie !? ). Oui, on peut aller visiter Nantes un week-end (amplement suffisant)et surtout à la belle saison. Mais partir y vivre !!!!!? Mon Dieu… Je ne peux pas croire que ce soit dans cette ville que l’on puisse atterrir après avoir découvert le monde, et vécu à Paris. Admettons encore, pour toi, parce que tu n’y vis pas vraiment.
    Pour les autres….. hé bien… allez plutôt sur le site « ville ideale »… et lisez bien ce qu’il est est écrit sur Nantes (abstraction faite des commentaires faits par la Mairie… facilement reconnaissables ! ). Ensuite, c’est en connaissance de cause que vous pourrez décider d’aller vous y installer… ou pas !!!!!!

    • Ah ben non je ne suis aucunement rémunérée par la mairie ou n’importe quel acteur de Nantes pour écrire ce billet. Je l’ai écrit de mon propre chef parce que j’avais envie de dire combien je me plais ici et qu’il est possible de vivre ailleurs qu’à Paris et de s’y sentir bien. Et si j’y vis vraiment : en 6 mois je compte plus de jours à Nantes qu’en voyage 😉
      Personnellement Paris m’étouffait et je ne m’y plaisais plus. Le monde c’est bien mais j’aime aussi avoir un pied à terre en France, voir mes amis, avoir une vie sociale et culturelle enrichissant. Bref, je suis bien plus heureuse ici que je ne l’étais à Paris du coup je ne comprends pas trop ton commentaire. Explique-moi ce que tu as contre cette ville ?

  • Salut Adeline, je rejoins « Dupré » et son commentaire : Nantes déçois. j’ai connu la même euphorie que toi une fois installé dans cette ville après avoir passé 5 ans à paris. ( je m’y retrouve par les sensations que tu a décrites donc je n’ai pas besoin de les répéter (-_^)). Mais passé 2/3 ans on commence à tourner en rond: les mêmes animations, les mêmes festivals. les musées se comptent sur les 10 doigts. en 5 ans, j’ai vu que les choses ont beaucoup changé , surtout depuis le départ de l’ancien maire. à mon arrivée il y avait pas mal de restaurants, bars et commerces et bons marché ( vêtements, libraires, épiceries..) locaux, avec des gens détendus . ils ont été remplacés par des pâles copies hipsters/yuccies tendance moins bonnes et plus chères. la ville grossi et sature, beaucoup de travaux de reconstruction (sans élargissement des voiries), de plus en plus de bouchons. les transports en commun ne suffisent plus. on est parfois emporté par la foule , du bruit en permanence ça devient stressant… le centre ville et l’ile de Nantes sont pas toujours rassurants niveau sécurité, prostituées , dealers en plein jour, saleté, campements et squats… ( des copines m’ont raconté des mésaventures pas rassurantes en retour de soirée ). j’ai dû quitter le centre pour la périphérie afin de pouvoir souffler en rentrant du taff. j’ai aussi constaté un certain turn over, les 3/4 de mes amis qui se sont installés sont repartis: pas assez de boulot pour leur couple. pas mal de commerces qui tiennent 2 ans puis ferment. bref j’ai la désagréable sensation de retrouver ce que j’avais fuit à paris: cherté, antipathie, superficialité, des travaux en permanence, encombrements, stress, bruit, saturation, ville de moins en moins pratique, foule, insécurité, le va et vient des amis qui partent… je dois me faire à l’idée que je repartirai tôt ou tard de cette ville que je reconnais de moins en moins, à regrets.

  • Comme je te comprend, trouver son cocon fut de même pour moi en mai dernier à Lévis QC. Dans un autre ordre voir La Cigale avec mon amie de Vallet et découvrir mon repaire à Nantes, bon voyage, un Québécois errant de 13 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *