Accueil > Mes petits bonheurs de décembre

Mes petits bonheurs de décembre

par Adeline
Publié Mise à jour le

Le bonheur se trouve dans les petites choses du quotidien, c’est ce que nous a appris ou confirmé l’année 2020. Choisir le noir ou le rose, d’être négatif ou positif, de sombrer dans la dépression ou s’adapter, chacun fait comme il peut. Même si tout n’est jamais blanc ou noir, et malgré les difficultés du quotidien en cette période Covid, une chose est sûre je préfère être optimiste, voir la vie en rose et m’amuser à trouver un peu de joie dans ces longs mois de solitude.

A l’instar de 3 kiffs par jour, le livre de Florence Servan-Schreiber, j’ai décidé d’ouvrir une nouvelle rubrique pour cultiver le bonheur au quotidien, injecter ici des petites doses d’optimisme. Si avec mes 5 petits bonheurs du mois j’incite, ne serait-ce qu’une personne à voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, alors mon pari sera gagné. Voyage, musique, lecture, peinture,… tout ce qui sera mis en avant ici, sera le reflet de mes goûts, ma personnalité et représentera le volet “etc” de Voyages etc… 😉

Donc en décembre j’ai aimé :

Faire un voyage virtuel dans les Fjords en Norvège et penser à demain

J’avoue, voyager me manque !

2020 et la pandémie liée au Coronavirus ont complètement chamboulé la planète voyage. Les offices de tourisme à travers le monde se doivent d’être innovants pour capter les voyageurs qui pourront, dans un futur proche nous l’espérons tous, reprendre la route vers des ailleurs.

Il y a quelques semaines, j’ai reçu l’invitation de Fjord Norway, de faire un voyage virtuel d’une heure dans l’ouest de la Norvège. Je n’avais jamais eu une telle proposition et cela a piqué ma curiosité. Outre la promesse de m’évader une heure dans un espace sauvage de la planète que j’aime beaucoup, quelles seraient mes impressions ?

Quelque part dans les Lofoten, au large de Svolvær

Ce voyage virtuel m’a emmené dans le Nordfjord où j’ai visité Sagastad, un centre d’interprétation de la culture Viking. A l’intérieur, un bateau en taille réelle totalement reconstruit sur les modèles de l’époque. Ensuite j’ai été transportée en haut du Loen Skylift, un télécabine qui part du fjord et monte au mont Hoven à 1011m d’altitude. Là-haut un joli terrain pour les sportifs visiblement et un vue profonde sur le fjord… Effet whaou garanti !

Enfin, nous avons pris la direction de Tingvoll Fjord dans la région de Nordmøre pour visiter le petit hôtel Angvik Gamle Handelssted. Situé à deux pas de l’Atlantic road, cette route exceptionnelle qui traverse l’océan. Cette région reculée a l’air incroyable.

Il y a quelques années, je suis allée dans les Lofoten en hiver, c’est là que j’avais embrassé un loup au Polar Park et j’avais pu surfer au-dessus du cercle polaire à Stralsund, un lieu emblématique de cette discipline. deux sensations incroyables ! Ce voyage vituel fût tout autre. Cela m’a rendue heureuse d’aller en Norvège le temps d’une heure, même si on ne va pas se le cacher, c’est un peu frustrant de voir tout cela derrière son écran. Au niveau des sens, ce n’est pas du tout le même voyage. Ceci dit, cela me donne des envies pour un prochain voyage en Norvège 😉

Marcher au grand air, m’immerger dans la nature c’est vital !

Le bonheur passe par la nature. L’ouverture de la balade quotidienne à 3 heures et dans un rayon de 20km autour de chez soi est quelque chose dont je rêvais depuis le reconfinement fin octobre. Quand on vit seule et sans nature dans un rayon d’un kilomètre, il y a de quoi entrer en dépression.

J’avoue que le début du mois de novembre a été très pesant alors je suis allée 2 semaines à la campagne chez mon père, merci Papa d’être une personne vulnérable. Ainsi, j’ai pu profiter des dernières couleurs de l’automne, voir les chevreuils courir dans les champs et me promener dans un rayon d’1 km sans attestation (merci les champs).

De retour à Nantes, c’est sur les bords de l’Erdre que je trouve mon bonheur. Cette balade est super reposante et n’a pas de prix. De l’eau, des bateaux, des avirons et des oiseaux, c’est la nature en pleine ville. A un peu plus d’un kilomètre de chez moi, je peux partir faire une boucle d’une heure avec plus de verdure que de béton.

Vivement que nous retrouvions la liberté de nous déplacer, j’ai hâte d’aller me balader en bords de mer et de retrouver les Alpes pour faire de belles randonnées d’hiver en raquettes à neige.

La nature c’est vital pour garder le moral !

Ecouter Vie d’aventure et m’évader autrement

Qu’ils soient aventuriers du monde ou aventuriers de la vie, Denis Brogniart les reçoit chaque semaine dans Vie d’aventure, son podcast produit par TF1. A l’heure où je manque profondément de nature et de terres sauvages, j’ai été captivée par l’interview du photographe animalier Vincent Munier.

C’est assez jeune, grâce à son papa, qu’il s’intéresse à la nature et à la photographie. Dans ce podcast, Vincent Munier nous raconte son cheminement pour arriver à être l’un des plus grands photographes animaliers au monde.

Il nous y livre plein d’anecdotes comme celle du jour où il se retrouve face à face avec un ours dans le Kamchatka en Russie, un moment glaçant qu’il raconte avec beaucoup de recul. Il nous parle aussi de sa fabuleuse rencontre avec une meute de loups blancs dans l’Arctique canadien, son grand rêve et certainement son plus grand moment de vie de photographe animalier. Je connaissais l’histoire, j’ai vu ses vidéos plusieurs fois et pourtant quand il raconte cet instant, j’en ai toujours la chair de poule.

Il revient aussi sur sa “première panthère”, un moment vécu en compagnie de Sylvain Tesson qu’il avait invité à le suivre sur les plateaux du Tibet. Cette aventure, l’écrivain la raconte dans la Panthère de neiges chez Gallimard, un livre qui obtiendra le prix Renaudot en 2018.

Dans cet épisode, Vincent Munier raconte, avec sa voix douce, posée et presque rassurante, ses voyages, ses planques, les émotions de ses premières rencontres avec certaines espèces rares ou ses rêves qu’il admet ne pas tous être réalisables. Enfin il nous fait part de ses questionnements sur l’avenir de son métier, ses engagements écologiques et comment “en faire moins avec plus de sens” pour le bien de la planète.

Retrouvez ici le podcast Vie d’aventure consacré à Vincent Munier

Si vous ne connaissez pas cette histoire avec le loup blanc, je vous conseille aussi cette interview de Vincent Munier dans 7 à 8 et sa vidéo capturée à l’instant où il voit ces loups. Chair de poule assurée !

Regarder le concert en ligne de Vanessa Paradis et M et faire remonter de jolis souvenirs

Quel bonheur de revoir Vanessa Paradis et M chanter ensemble. Ça fait un bien fou ! Ces deux-là je les avais vus à Bercy avant mon tour du monde, je ne situe plus de l’année mais avant 2010 c’est sûr, et j’avais passé un moment extraordinaire. Les revoir chanter tous les deux en concert virtuel, c’est du pur bonheur.

La bonne étoile, Il y a (cette chanson écrite par Gaétan Roussel embarquée dans mon Ipod pendant mon tour du monde), la Seine, Ma déclaration de France Gall, une fleur, onde sensuelle et bien d’autres duos encore… Cette heure simple et naturelle de partage musical entre ces deux artistes, a fait ma soirée.

Regardez ce concert virtuel intimiste, il met la pêche.

M’initier à l’aquarelle et vivre des moments suspendus

Ma grand-mère maternelle peignait beaucoup et à chacun de nos Noël, elle nous offrait une de ses oeuvres, réalisée en fonction de chacun de ses petits enfants. Cela pouvait être un dessin imaginé à partir d’une fable de la Fontaine, d’une photo ou d’un souvenir. C’est ainsi qu’à mon retour d’un voyage scolaire en Andalousie, elle m’a peint à l’aquarelle une fontaine des Jardins de l’Alhambra à Grenade, un lieu où je rêve de retourner un jour.

Ma Grand-mère y est certainement pour quelque chose dans mon goût pour le voyage, pour la peinture et les oeuvres d’art. L’idée de me lancer dans l’aquarelle a toujours trotté dans un petit coin de ma tête mais sans jamais que je n’ose prendre un pinceau. L’annonce du deuxième confinement a été comme un déclic… Quitte à être enfermée, autant me lancer dans quelque chose de constructif.

J’ai alors acheté la méthode Mon cours d’aquarelle en 30 jours de Jenna Rayney pour apprendre pas à pas les techniques de base. De temps à autres j’ai donc mon petit rendez-vous d’une heure avec mes pinceaux et mes pigments et cela me vide la tête. Voir les couleurs se mélanger à l’eau et vivre sur le papier est d’une douceur incroyable. Ces moments sont suspendus.

J’espère un jour pouvoir illuminer mes carnets de voyage de dessins imaginés ça et là sur la planète, comme le font si bien Claire et Reno Marca, un couple de voyageurs dont le livre 3 ans de voyage, 25 pays traversés en histoires et en images que j’ai dans ma bibliothèque de voyage depuis très longtemps, vient de ressortir aux Editions la Martinière. Je suis encore très loin de pouvoir illustrer ainsi mes carnets, ce n’est pas un don chez moi, mais comme m’a dit l’écrivain Dany Laferrière lors d’un festival de voyage “Comment sais-tu que tu ne sais pas dessiner si tu n’as jamais essayé ! Tout le monde sait dessiner, lance-toi”.

Dont acte !

Si vous voulez vous aussi débuter l’aquarelle, je vous recommande le kit des Tribulations de Marie chez Rougié & Plé. Cette aquarelliste fait des tutos pour débuter l’aquarelle sur Youtube et a construit un kit idéal avec la marque d’aquarelle Sennelier. Son kit coûte 23,95€, il est bon marché et vous y trouverez tous les éléments pour débuter (aquarelle, pinceau et papier).

Voilà mes petits bonheurs de décembre… Oh il y a en eu d’autres, notamment des lectures, mais je vous réserve un article entièrement dédié à celles-ci.

Et vous, quels sont vos petits bonheurs de décembre ?

Cet article contient des liens d’affiliation. Quand vous achetez via l’un de ces liens, je reçois une commission. Cela ne vous coûte pas plus mais cela m’aide à vivre.

Mes petits bonheurs de décembre Mes petits bonheurs de décembre

Autres articles à découvrir

3 commentaire

Sarah mercredi 16 décembre 2020 - 13:33

Pour ma part, mes bonheurs de décembre, c’est de faire du vélo et jouer au piano! j’ai trouvé un bon rythme chez moi qui me permet de garder le moral et la motivation 😉 j’ai beaucoup mieux vécu ce 2e confinement que le 1er en tout cas!

répondre
Adeline jeudi 17 décembre 2020 - 14:48

T’es prête pour faire du fatbike à la Toussuire maintenant 😉 Ce 2ème confinement a été beaucoup plus facile que le 1er de mon côté aussi !

répondre
MARTINE VERRY lundi 28 décembre 2020 - 11:33

Merci, tout cela donne envie et fait vraiment du bien
Belles journées à vous

répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation. Si vous continuez à utiliser ce site, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies Accepter Lire la suite